Chauffage à 19 degrés : de grosses sanctions prévues si vous ne respectez pas la condition ?

Cet hiver, avec la demande de sobriété énergétique, est-il possible de recevoir une amende si on ne respecte pas le chauffage à 19 °C ?

Source : Chauffage à 19 degrés : de grosses sanctions prévues si vous ne respectez pas la condition ? – Source : iStock

Depuis quelque temps, le territoire français connaît une difficulté d’approvisionnement en énergie. De ce fait, le gouvernement demande aux foyers français de faire preuve de sobriété énergétique. Pour cela, il leur a été demandé de baisser leur chauffage cet hiver. Et ce, à une température de seulement 19 °C. Pour certains, cela peut paraître une température moyenne normale. Or, pour d’autres, cela représente une grande baisse comparée à leurs préférences ou températures habituelles. Mais, risque-t-on une amende si l’on ne respecte pas cette température cet hiver ? On vous explique tout ici ! 

Le gouvernement demande une sobriété énergétique

Emmanuel Macron, et la première ministre, Elisabeth Borne, continuent de répéter que cet hiver, il reste recommandé respecter une règle en ce qui concerne le chauffage de votre foyer. « La règle, c’est de se chauffer à 19 °C ». Il suffit de rappeler la situation actuelle sur le territoire français pour trouver la cause de cette demande du gouvernement. Avec l’inflation fulgurante sur le territoire, les prix de l’énergie subissent les conséquences. De plus, avec la difficulté d’approvisionnement énergétique, le gouvernement appelle à une sobriété énergétique. Il semble de plus en plus urgent de tenter de faire des économies. Mais existe-t-il des répercussions au non-respect de cette règle des 19 °C ? 

Toute d’abord, ne paniquez surtout pas ! Bien que cette règle soit répétée à maintes reprises par le président de la République et la Première ministre, il n’existe pas d’amende. En effet, pour le moment, a proprement parlé, il n’y a pas de risques pour un non-respect. Ainsi, le choix de baisser votre chauffage à 19 °C reste le vôtre. L’État ne prévoit actuellement aucune sanction pour les foyers qui décident de ne pas respecter les conseils de chauffage. « Il ne s’agit pas de faire une police des températures » indique la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Vie-publique.fr (@viepubliquefr)

Une moyenne et non un seuil maximal 

Le directeur adjoint aux villes et territoires durables à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), Gilles Aymoz, a fait quelques rappels. Lors d’une interview avec nos confrères du Monde, il a souligné le fait que cette règle reste une moyenne et non une obligation. En effet, malgré les multiples rappels d’Emmanuel Macron ou Elisabeth Borne, cette règle de chauffage ne représente pas un seuil maximal à ne pas dépasser. Pour le bien de tous, cette sobriété énergétique fait l’objet d’une demande de la part du gouvernement.

« On parle de 19 °C en moyenne, ce qui induit la possibilité de chauffer un peu plus quand on est présent et un peu moins quand on est absent ou la nuit », confie Gilles Aymoz. Pour les personnes âgées ou les enfants en bas âge qui se trouvent dans le foyer, 19 °C peut sans doute sembler trop bas. Il n’y a donc aucune obligation de respecter cette température dans ce cas de figure. Toutefois, les pièces inoccupées ou les bureaux vacants pendant le weekend devraient respecter la règle du chauffage. Et ce, pour le bien du compte bancaire des Français ainsi que l’approvisionnement d’énergie du territoire

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Lumo (@lumofrance)

Une amende pour non-respect de la règle du chauffage ?

Comme évoqué plus haut, le gouvernement ne cesse de rappeler aux foyers français qu’il faut faire preuve de sobriété énergétique cet hiver. Et ce, dans le cadre d’un effort collectif pour modifier les fâcheuses habitudes de consommation et de chauffage. Au cours d’une interview sur BFMTV, Elisabeth Borne a demandé à ses concitoyens de se « chauffer à 19 °C ». À cause des conflits chez nos voisins de l’est, la France craint alors une vague de pénuries d’énergies. De ce fait, pour le moment la sobriété énergétique ne s’agit que de recommandations. Ainsi, aucune sanction ne semble prévue si l’on ne respecte pas cette règle. 

Toutefois, rien ne confirme que d’ici à quelques semaines, cette règle n’aura pas changé. En effet, les autorités qui ne prévoient aucune amende pour le moment quant à la règle du chauffage pourraient bien changer d’avis. Il convient de noter qu’en Suisse, plusieurs cantons ont demandé des sanctions financières uniformisées. Et ce, pour faire face aux particuliers qui ne respectent pas le plan énergétique.  Rien ne dit que la France ne suivra pas ce plan d’ici à quelque temps.

Pas de sanction, pour le moment 

Sollicité par TF1 Info, le ministère de la Transition énergétique français a voulu confirmer cette règle. De ce fait, Agnès Pannier-Runacher a pris la parole. Elle a alors précisé : « L’idée est plutôt d’accompagner les foyers ». Avant d’ajouter : « Notre philosophie, c’est que la sobriété soit accompagnée d’une acceptation par les gens. C’est aussi pour ça qu’on a en premier lieu communiqué en disant : ‘On va déjà nettoyer devant notre porte et voir ce que l’on peut faire du côté des parties prenantes de l’État.’ ». Pour le moment donné, aucune sanction ne semble réfléchie. « Il ne s’agit pas de faire une police des températures », confie le cabinet de la ministre. 

En revanche, d’ici aux prochains mois, le gouvernement pourrait décider de durcir les règles quant au chauffage. Par exemple, les entreprises pourraient subir des amendes de 1 500 € en cas de non-respect du plan énergétique, voire 3 000 € si récidive. Sachez que le simple fait de baisser son chauffage d’un degré permettrait de réaliser 7 % d’économies d’énergie.  Une donnée qui n’a pas manqué d’être validée par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).

Chauffage : la température idéale par pièce ?

Évidemment, tout le monde sait qu’une seule température ne peut pas convenir à toutes les pièces. Pour le bien de tous les habitants, les températures peuvent donc varier d’une pièce à l’autre. Pour que cela fonctionne, il faut alors fermer les portes, pour éviter que le chauffage se disperse inutilement. Il reste recommandé que la salle de bain atteigne les 19 / 20 °C, de même pour la chambre d’un bébé. Ensuite, toutes les autres chambres devraient se situer à environ 17 °C. Cette température semble la parfaite température, selon des études scientifiques, pour dormir. Enfin, la cuisine comme le salon devraient s’approcher de 16 °C la nuit et 19 °C le jour.

Sachez bien que tout degré en moins peut aider à faire de grosses économies. Toutefois, les forces de l’ordre ne viendront pas contrôler la température. Pour le moment, « L’objectif est que chacun puisse intégrer dans son comportement la manière dont, collectivement, on contribue à cette sobriété (…). Il n’a jamais été question de police des températures », a expliqué Roland Lescure, le ministre délégué chargé de l’industrie. Et ce, sur son compte Twitter le 7 septembre. De plus, il ne faut pas oublier que le chauffage constitue jusqu’à 66 % des consommations d’un foyer pour le chauffage électrique. Il ne semble donc pas une mauvaise idée, lors des hausses des prix, de réduire ces consommations.