Christophe Dechavanne recadré par Léa Salamé : “Vous vous taisez, ce sont les femmes qui parlent”

La journaliste Léa Salamé ne compte pas laisser le charisme de l'animateur prendre trop de place dans l'émission qu'elle anime.

Source : Capture France 2

Tout le monde se demandait comment Léa Salamé allait parvenir à exister face à Christophe Dechavanne. Pour la première fois, elle anime seule une émission de télévision. À ses côtés, elle peut compter sur l’appui de Christophe Dechavanne. Mais ce dernier ne doit pas invisibiliser l’animatrice. La balance semble difficile à équilibrer et pourtant ils y parviennent très bien. Mais lors de la diffusion du troisième numéro et alors que le débat concernait le féminisme, Léa Salamé a remis à sa place son collègue.

Léa Salamé fait confiance à Christophe Dechavanne

Christophe Dechavanne est l’invité permanent de Léa Salamé. Pas un sniper comme pouvait l’être Laurent Baffie avec Thierry Ardisson. Ce n’est pas comme cela qu’il veut être qualifié. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, il explique qu’il laisse Léa Salamé gérer son émission. Il refuse l’idée d’être considéré comme un sniper, car il estime ne pas en avoir le talent ou les compétences. Christophe Dechavanne intervient pour poser des questions et faire des réflexions, sans pour autant être un sniper. Cela reste relativement proche puisqu’il intervient souvent quand les invités parlent. Et forcément, cela ne plaît pas du tout à l’invitée politique de la deuxième émission, Rachida Dati.

Nous avons en effet assisté à un échange relativement houleux. La femme politique n’est pas connue pour garder sa langue dans sa poche. Ce qu’elle pense, elle le dit. Quand elle se sent attaquée, elle réplique. Alors qu’elle peine à finir sa phrase, elle s’arrête, fixe Christophe Dechavanne, et enchaîne.

« Non mais je finis une phrase et ensuite… Non mais parce que je vous ai vu la semaine dernière et pareil ! Donc, je finis ma phrase et après, on discute si vous voulez. Parce que c’est un peu énervant ». Christophe Dechavanne se défend en disant que n’était pas agressif. « Non mais est-ce que moi je vous agresse ? Bon alors voilà, je vous réponds. C’est un petit débat », a conclu l’ancienne ministre de la Justice.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christophe Dechavanne (@cdechavanne_)

Léa Salamé remet Christophe Dechavanne à sa place

Après Jean-Luc Mélenchon et Rachida Dati, c’est la députée Sandrine Rousseau qui a été invitée sur le plateau de Léa Salamé. L’occasion pour l’animatrice de lui faire savoir qu’on reproche à la femme politique de ne pas bien mener son combat pour le féminisme.

« Vous n’avez pas le monopole du féminisme et de la défense des femmes. Vraiment, je vous assure, parce que, parfois, on a l’impression que vous parlez pour toutes les femmes », a-t-elle lancé à Sandrine Rousseau. Christophe Dechavanne essaie alors d’intervenir, mais il est immédiatement coupé par Léa Salamé. « Vous vous taisez, ce sont les femmes qui parlent ». L’animateur, sans doute surpris par cette sortie, n’a pas mâché mot et a laissé les deux femmes débattre entre elles.

Sandrine Rousseau a ainsi pu donner sa vision des choses. « Ah, mais non je ne parle pas au nom de toutes les femmes, ce n’est pas vrai, je parle au nom d’un combat que je mène qui est l’égalité ». Une réponse qui ne satisfait pas totalement Léa Salamé. « Oui, mais vous n’êtes pas la seule à le mener. » « Oui, et c’est très bien comme ça. Et il y a d’autres femmes qui parlent d’une autre manière, et c’est très bien comme ça. C’est comme ça qu’on sera plus fortes », a conclu la députée de Paris.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Léa Salamé (@leasalameoff)

Christophe Dechavanne a-t-il trouvé sa place ?

Ceux qui connaissent l’animateur Christophe Dechavanne savent qu’il attrape la lumière. Les caméras se braquent naturellement sur lui. Ce statut de second est-il ce qui lui faut ? On serait tenté de dire oui, puisqu’il n’a aucun autre projet à la télévision. C’est une manière de revenir dans une émission populaire sans pour autant être animateur principal. Mais ce n’est pas évident pour lui, comme il le confie à TV Magazine après la première émission.

« Je n’ai pas encore trouvé totalement ma place, c’est évident, mais je suis très content de retourner à mes premières amours, de rencontrer des gens, d’interviewer avec mon ton à moi des artistes, des hommes politiques ».