Évelyne Dhéliat victime du cancer : pourquoi la star de TF1 a caché sa maladie ?

En 2022, Évelyne Dhéliat révèle avoir été diagnostiquée d'un cancer du sein en 2012. Elle révèle pourquoi elle a tenu le secret.

Source : Getty Images

La présentatrice météo la plus célèbre de France a appris en 2012 une terrible nouvelle. En effet, ses médecins lui apprennent qu’elle est touchée par un cancer du sein. Elle entame directement les démarches pour se soigner et parvient à s’en sortir. Aujourd’hui, cela fait dix ans. La maladie est loin derrière elle. En ce mois d’octobre, dédié à la campagne Ruban Rose (elle en est l’ambassadrice), Évelyne Dhéliat accepte de revenir sur son combat. Elle veut pousser les femmes à se faire dépister.

Évelyne Dhéliat a guéri de son cancer il y a dix ans

Dans les colonnes de Télé Star, celle qui nous présente sur TF1 la météo est revenue sur sa maladie. Un retour en arrière vieux de 10 ans. « Quand j’ai eu mon cancer, en 2012, je ne voulais pas communiquer parce que c’était personnel. Je n’avais pas envie de m’étaler, de pleurnicher. Il fallait au contraire que je me batte. Aujourd’hui, je suis fière de participer à cette campagne de prévention ». Comme de nombreuses célébrités, Évelyne Dhéliat préfère parler de sa maladie une fois que cette dernière est derrière elle. Et si aujourd’hui, elle considère qu’il est important d’en parler, c’est pour pousser toutes les femmes à se faire dépister. Découvert à temps, le cancer du sein se guérit bien avec 90% de guérison. 

« J’ai accepté parce que j’ai entendu des médecins dire que lorsque les personnes qui ont une certaine notoriété s’engagent pour cette cause, cela peut provoquer un déclic chez les femmes. Montrez vos seins à vos médecins ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sandrine Planchon (@sandrineplanchon)

Avant Évelyne Dhéliat, son collègue Jean-Pierre Pernaut faisait de la prévention

Évelyne Dhéliat suit les pas de son ancien collègue Jean-Pierre Pernaut. Si le cancer du sein touche beaucoup de femmes, celui de la prostate fait également de nombreuses victimes chez les hommes. Avant d’être touché par un cancer des poumons, le journaliste de TF1 a rendu publique sa maladie. Il n’a jamais regretté d’avoir directement communiqué sur son cancer de la prostate, même avant sa guérison. « C’est en en parlant qu’on peut améliorer la prévention », dit-il.

« J’ai découvert il y a un an que j’avais un cancer de la prostate », a-t-il débuté. « J’avais appris à ne pas avoir peur du mot grâce à ma femme Nathalie Marquay qui elle a eu un grave cancer, une leucémie, il y a quelques années. Elle a toujours dit : “Il faut en parler, il faut dire quand on a un cancer, on a un cancer, on ne va pas cacher sa maladie”. Un cancer de la prostate c’est vrai, on en entend rarement parler et pourtant c’est le premier cas de cancer en France avec 70.000 cas par an et 7 000 morts« . Il a toujours insisté sur les taux de guérison élevés de ce cancer, à condition de prendre soin de soi et de faire les examens. « Il suffit de faire de la prévention et d’aller voir un toubib pour faire un examen qui n’est pas agréable du tout ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean-Pierre Pernaut (@pernautjp)

Michel Cymès révèle sur le tard sa maladie

Évelyne Dhéliat n’est pas la seule à avoir parlé de sa maladie des années après. C’est également le cas du médecin le plus connu de France, Michel Cymes. Nous sommes en 2008. Michel Cymès part au ski avec son fils. Ce dernier l’incite à faire quelques acrobaties. Mais le docteur finit par se blesser. Il se casse une côte. Il passe alors des examens de contrôle pour vérifier qu’aucune complication n’est à déplorer. À ce moment-là lui prend une intuition presque miraculeuse qui lui sauve sans doute la vie.

« Alors que je passais un scanner pour vérifier que la rate ne saignait pas, j’ai demandé au médecin de jeter aussi un œil sur mes reins, comme ça, sans raison… C’est là qu’on a découvert une tumeur cancéreuse. Par chance, elle n’avait pas métastasé. L’ablation de la partie du rein atteinte a permis de me guérir. Mais cela s’est joué à quelques semaines« , assure-t-il dans les colonnes du Parisien.

A l’époque, il refuse de parler de sa maladie. Il ne tient même pas au courant sa propre famille, pas avant d’être certain de s’en sortir. Mais aujourd’hui, il veut en parler. Car la médecine soigne de mieux en mieux les cancers. Mais encore faut-il les découvrir à temps, comme lui. Et cela passe par le dépistage.