Crise énergétique : êtes-vous concernés par la nouvelle aide de 100 à 200€ ?

L’hiver est proche, une crise énergétique est à craindre en France. Pour y faire face, le gouvernement offre plusieurs aides financières.

Source : Istock

Avec le chauffage, les eaux chaudes, l’hiver est la saison la plus énergivore. Sur le marché international, le prix de l’énergie a doublé en Europe. La France et plusieurs autres pays européens redoutent une crise énergétique pour cet hiver. Heureusement, pour le cas de la France, plusieurs aides ont été apportées, et plusieurs encore sont à venir.

Après la prolongation du bouclier tarifaire, une nouvelle aide financière allant de 100 à 200 euros est prévue. Cette aide est dans le but de payer n’importe quelle facture d’énergie. Avez-vous droit à cette nouvelle aide ? Quand sera-t-elle versée ? Vous voulez des réponses à ces questions, lisez l’article jusqu’au bout.

Crise énergétique : des statistiques inquiétantes

Selon les chiffres publiés par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), l’inflation en septembre était de 5,6 % sur un an. Cette courbe de l’inflation présente un manque de 5 % pour l’équilibre des dépenses et des recettes de l’État. Ce déficit sera le même l’an prochain.

Aujourd’hui, la flambée des prix de l’énergie est à 120 %. Heureusement, le gouvernement français limite cette augmentation à 4 %. Le bouclier tarifaire passera à 15 % en 2023. Cela dit, le conflit sur la terre européenne qui est à l’origine de cette flambée est toujours en cours. En attendant sa résolution, une crise énergétique est à craindre en France.

L’inflation ne touche pas seulement le domaine de l’énergie. Plusieurs secteurs sont touchés par cette hausse de prix. Pour lutter contre cela, le gouvernement offre plusieurs aides financières. Parmi eux, une aide entre 100 à 200 euros.

Les origines de la crise énergétique

Comme susmentionné, la crise énergétique actuelle est due au conflit sur le sol européen. Le Kremlin a décidé de réduire ses exportations vers l’Occident. Il y a même un risque de coupure complète. Le gouvernement français a déjà prévu ce scénario. Les réserves de gaz sont pleines à 90 %. Toutefois, l’électricité est assez difficile à stocker.

Malgré les différents parcs nucléaires, l’hexagone n’a pas une autonomie absolue en énergie. Or, les prix du carburant sont aussi fortement en hausse. Les centrales nucléaires sont en maintenance et produisent peu d’électricité. Voilà pourquoi les fournisseurs sont obligés d’aller s’approvisionner au prix cher sur le marché international.

Le gouvernement avait prévu la limitation d’exportation venant du Kremlin. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que d’autres ressources vont aussi être en manque. Selon Nicolas Goldberg, expert énergie chez Columbus consulting :

« S’il fait froid, qu’il n’y a pas de vent cet hiver et qu’on ne remonte pas notre production d’électricité avec le parc nucléaire français, il pourrait y avoir une pénurie d’électricité. »

Toute cette raison nous pousse à croire qu’une crise énergétique est susceptible de toucher la France pour cet hiver 2022-2023.

Les différentes mesures prises par l’État

La pénurie d’énergie est imminente. D’ailleurs, nous sommes déjà en pleine pénurie, il y a quelque temps, plusieurs stationnements d’essence ont fermé le robinet. Pour lutter contre l’inflation, le gouvernement français avait appliqué plusieurs mesures. Et prévoir d’autres aides financières aussi. Voici ce qu’il faut retenir concernant les aides sur le prix de l’énergie.

1. Des boucliers tarifaires

Il y a maintenant un an, l’ex-Premier ministre, Jean Castex, a déclaré :

« Nous mettons en place un bouclier tarifaire. Concrètement, pendant tout l’hiver prochain, le tarif du gaz ne dépassera jamais le niveau d’octobre 2021. »

Le niveau de la flambée à l’époque était de 12,6 %. On peut dire que Jean Castex a tenu sa parole, car le bouclier tarifaire instauré est de 4 %. Par ailleurs, pour l’heure, le prix de l’énergie que vous payez est limité à 4 %. Toutefois, l’an prochain, les choses vont changer.

Le bouclier tarifaire de 4 % passera à 15 %. C’est ce que la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé lors d’une conférence de presse mercredi 14 septembre dernier. On parle de l’énergie, mais il n’y a que le gaz et l’électricité qui sont concernés par cette limitation. Le changement de tarif n’intervient pas au même moment.

Et pour le gaz ?

Pour le gaz, le changement de bouclier interviendra dès janvier 2023. Toujours selon la cheffe de gouvernement, cette nouvelle limitation fera augmenter les factures de gaz d’environ 25 euros par mois et par ménage. Sachez que s’il n’y a pas de limitation, il faut additionner 200 euros à la facture actuelle.

Pour l’électricité, le nouveau bouclier de 15 % n’interviendra qu’au mois de février 2023. Cela représente une hausse de 20 euros par mois. Toutefois, avec le vrai prix de l’électricité actuel, la hausse sera de 180 euros.

Cette mesure coûte à l’État une somme de 45 milliards d’euros bruts, soit 34 milliards pour l’électricité et 11 milliards pour le gaz. Pour éviter que la crise énergétique ne touche de plein fouet les ménages, le gouvernement fait tout son possible.

2. Chèque énergie

En plus du bouclier tarifaire, l’État offre encore d’autres aides financières. Vu que le bouclier tarifaire à 15 % est déjà difficile pour certains ménages. Lors de la conférence de presse à la mi-septembre, la cheffe de gouvernement a déclaré un chèque énergie exceptionnel.

C’est une aide allant de 100 à 200 euros offerts pour les foyers les plus modestes. On ne sait pas exactement quand aura lieu le versement. Cependant, pour vous prouver que c’est du sérieux, cette mesure semble déjà inscrite dans le projet de loi de finances (PLF) 2023.

3. Chèque fioul

Au lendemain de l’annonce de la Première ministre en mi-septembre, le ministre délégué chargé des Comptes publics était l’invité de France info. Jeudi 15 septembre 2022, Gabriel Attal a aussi annoncé une autre aide qui touche principalement les foyers qui se chauffent au fioul.

Selon Gabriel Attal, cette aide touchera environ 1,4 million de foyers de Français. Le montant de ce chèque supplémentaire est de 100 à 200 euros. Pour les conditions d’octroi, c’est pour les familles modestes qui se chauffent au fioul.

Selon le ministre délégué chargé des Comptes publics, sur le site ChequeEnergie, « un simulateur permettra de savoir qui est éligible ». Toutefois, si votre facture de fioul semble déjà effectuée, vous pouvez payer avec ce chèque toutes les autres factures d’énergie comme le gaz, l’électricité et les pellets de bois.

Pour le « quand », le chèque fioul pourra aussi se demander dès le 8 novembre prochain sur le site ChequeEnergie. Il est bon aussi de préciser, que le chèque énergie exceptionnelle et le chèque fioul sont complémentaires.

« Pour les ménages les plus modestes, ça fait jusqu’à 400 euros d’aides exceptionnelles cet hiver pour remplir sa cuve », assure Gabriel Attal sur le plateau de Franceinfo.

Avec ou sans crise énergétique, avec toutes ces aides, il n’y aura aussi pas d’inégalités de traitement entre les Français durant cet hiver.