Impôt sur le revenu : voici combien vous allez payer en moins avec l’indexation de l’inflation

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a annoncé une revalorisation et indexation du barème de l’impôt sur le revenu face à l’inflation.

Source : IStock

Après un début d’année compliqué, entre l’inflation fulgurante qui sévit sur le territoire et la situation actuelle de nos voisins de l’est, la France se trouve dans une situation économique compliquée. Pour tenter de soutenir le pouvoir d’achat des Français, le gouvernement a mis de nombreuses aides en place dès cet été. De plus, comme tous les ans, le barème de l’impôt sur le revenu a été indexé et revalorisé afin de suivre la croissance extrême de l’inflation. En effet, cette année, Bruno Le Maire a annoncé cette indexation du barème. On vous dit tout ! 

L’inflation sur le territoire français 

La France a connu deux années contrôlées par la pandémie mondiale du Covid-19. Suite à cela, de nombreux Français ont tenté de s’en remettre. Tout comme l’économie française qui a pris un coup. Même si la Covid-19 existe bel et bien encore, elle ne constitue plus l’inquiétude principale. En effet, il convient de noter qu’un des plus gros acteurs de l’économie commerciale mondiale de l’Est a pris la décision de mettre fin aux commerces.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by FemuQuì (@femu_qui)

La France se retrouve donc avec une vie bien différente que celle des années précédentes. Avec l’augmentation des prix des produits alimentaires. Ou encore le prix du carburant atteignant des montants sans précédent, il a fallu trouver une solution durable qui soutient le pouvoir d’achat des Français. Et ce, pour faire tourner l’économie française. 

Les conséquences en France

Les conséquences de cette inflation fulgurante sur le pays ont été conséquente. Et malheureusement, la France ne parvient pas à s’autosuffire. Ou du moins, avec une consommation égale à celle d’avant. Il faut donc contrer cela, et l’inflation fulgurante qui en découle. De ce fait, le gouvernement a mis en place des aides pour venir booster le pouvoir d’achat des Français. Il faut savoir que l’inflation a atteint près de 6,7 % en juillet 2022.

Et malgré les efforts du gouvernement, de nombreux foyers modestes se retrouvent avec des difficultés financières. Comme tous les ans, le barème de l’impôt sur le revenu se voit revalorisé. Et ce, en fonction de la hausse ou de la baisse des prix constaté sur l’année. De ce fait, de nombreux Français paieront moins d’impôt sur le revenu grâce au nouveau barème voté par les députés. 

Les effets de l’inflation sur les impôts

Le prélèvement de l’impôt sur le revenu a débuté le 26 septembre. Bien qu’il s’étende jusqu’au 15 novembre, de nombreux Français ont déjà réglé le nécessaire. De ce fait, ils ont sans doute dû remarquer l’indexation sur l’inflation. Chaque année, le barème se revalorise en fonction de la hausse ou de la baisse des prix constaté sur l’année. Il convient de rappeler qu’en 2022, l’inflation a atteint des records sans précédent. Notamment en juillet dernier avec 6,7 % d’inflation. Lors d’une interview avec RMC en juin, Bruno Le Maire a donc expliqué cette indexation. « Il est hors de question que des salariés paient plus d’impôts sur le revenu ou rentrent dans le barème de l’impôt sur le revenu à cause de l’inflation ». 

Afin de permettre aux contribuables de moins payer d’impôt sur le revenu, le seuil de chaque tranche a subi une augmentation. Comme tous les ans, le barème connaît une revalorisation. Et, avec l’inflation fulgurante situé à 6,7 % cet été, cette année a connu plus de changements que d’habitude. Pour faire une moyenne, dans le cadre d’une inflation à 4,4 %, le premier palier d’imposition passe donc de 10.225 euros à 10.675 euros. Ensuite, le second augmente de 26.071 euros à 27.218 euros. Quant à la dernière tranche d’imposition fixée à 160.336 euros, elle passe donc à 167.390 euros. Un changement non négligeable. Et ce, surtout pour les Français qui ont reçu une hausse de salaire en 2022. 

Le nouveau barème de l’impôt sur le revenu

Après l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu, les tranches d’imposition ont subi un changement. De ce fait, l’imposition se chiffre à 0 % pour un revenu imposable inférieur à 10 777 euros. De plus, pour un revenu compris entre 10 777 euros et 27 478 euros, l’imposition se situe à 11 %. Ensuite, la tranche suivante (27 478 euros et 78 570 euros) se suivra d’un impôt sur le revenu à 30 %. Pour une imposition à 41 %, le revenu doit être compris entre 78 570 euros et 168 994 euros. Enfin, l’impôt sur le revenu se chiffre à 45 % pour un revenu supérieur à 168 994 euros.

Pour illustrer le nouveau barème après la réévaluation annuelle, le site Previssima a tenu à l’illustrer. En effet, ils emploient donc l’exemple d’une femme célibataire. Ainsi que sans enfants à charge et qui touche un revenu net imposable de 55 000 euros. Nos confrères de La Dépêche expliquent alors « Son impôt sur le revenu sera progressif : il ne sera pas taxé sur les 10 777 premiers euros, se fera appliquer un taux de 11 % sur la tranche allant de 10 777 euros à 27 478 euros, puis un taux de 30 % sur la dernière tranche allant jusqu’à 55 000 euros. Après calcul, son impôt sur le revenu sera donc de 10 093,71 euros ». 

Une légère baisse de l’impôt sur le revenu 

Il convient de noter que certains des contribuables pourront bénéficier d’une petite baisse au niveau de leur impôt sur le revenu. Selon nos confrères Les Échos, la réévaluation de ce barème pourrait avoir un léger impact sir le système de décote. Et ce, s’adressant principalement aux foyers les plus modestes. De ce fait, les foyers dont le revenu brut n’excédait pas les 1 745 euros en 2021, le seuil se trouvant à 1 821 euros pour une personne seule. Mais également pour un foyer composé d’un couple dont l’impôt sur le revenu brut n’excédait pas les 2 888 euros en 2021. Ils verront le seuil augmenter et passer à 3 015 euros.   

Il faut savoir que toutes les rumeurs sur l’impôt sur le revenu qui va augmenter restent fausses. En effet, l’impôt sur le revenu ne va pas augmenter en 2023 ! De ce fait, les Français qui n’ont pas eu d’augmentation en 2022. Ou encore qui ont eu une hausse du salaire plus basse que l’inflation cette année. Ces derniers verront sans doute leur imposition baisser modérément. Il faut savoir que cette indexation de l’inflation sur le barème de l’impôt sur le revenu risque de coûter près de 6,2 milliards à l’État. Et ce, selon Gabriel Attal, le ministre des Comptes publics. En effet, il a annoncé cela en septembre dernier.