La SNCF va augmenter le prix du billet selon votre « profil » et la ligne de train

À cause de l’inflation, la SNCF doit aussi augmenter ses tarifs. Le groupe envisage des prix différents en fonction du profil de l’usager.

Source : IStock

La billetterie de SNCF pour Noël et les vacances de fin d’année vient d’ouvrir. Mais en même temps, le groupe pense déjà à l’impact de la montée des prix sur le coût des billets. L’explosion du taux d’inflation est non négligeable sur leurs services. D’après Le Parisien, une mise à jour de leur grille tarifaire devrait se faire en 2023. Il est possible qu’une hausse uniforme des billets de train se fasse. La hausse peut aussi concerner une ligne de train en particulier ou juste une catégorie de profil.

Une catégorie de clientèle cible

D’après le sénateur LR et rapporteur du budget des Transports au Sénat, Philippe Tabarot :

« Bien sûr qu’on préfère faire peser les éventuelles augmentations sur les voyageurs occasionnels que sur ceux du quotidien ».

En ce qui concerne les transports du quotidien, celui-ci affirme que « la patate chaude va revenir aux régions, alors même que la compétence ferroviaire est de plus en plus lourde à porter ».

Mais face à cette situation difficile, Jean-Pierre Farandou a tout de même déclaré :

« Au nom du plan de sobriété, il n’y aura pas de suppression de trains ».

Le parlementaire a aussi souligné que la situation risque d’être difficile pour les autres :

« Il faut choisir entre la clientèle d’affaires et de loisirs. On aurait tendance à se dire que la clientèle d’affaires a plus les possibilités et les moyens pour pouvoir prendre en charge le surcoût énergétique sur le billet ; d’un autre côté, c’est la clientèle qui est le moins bien revenue après le covid. Aujourd’hui, les chiffres moins bons qu’avant covid sont exclusivement dus au non-retour de la clientèle d’affaires, donc il n’y a pas de solution simple et claire. »

SNCF : le plus grand consommateur d’électricité

SNCF est le plus grand consommateur industriel d’électricité dans l’hexagone. Cet usage correspond aux 10 % de la consommation du pays.

Christophe Fanichet, patron de SNCF Voyageurs précise :

« 95 % de notre énergie de 2022 est achetée, nous achetons notre électricité entre deux à trois ans à l’avance ».

Cet achat à l’avance, appelé « couverture » dans le secteur, est aussi une technique utilisée dans l’aérien.

Comme ces réserves ne pourront plus couvrir entièrement 2023, des modifications des prix de leur service auront lieu prochainement. Jean-Pierre Farandou, le PDG de SNCF, a même ajouté :

« L’année prochaine, on n’est moins bien couvert par ces achats anticipés, donc il y aura une augmentation de la facture d’énergie, 1 milliard d’euros à peu près ».

Toutefois, l’entreprise cherche déjà des solutions afin d’économiser de l’énergie pour réduire cette hausse du coût de l’électricité. En effet, selon Didier Mandelli, le rapporteur (LR) de la loi sur le développement des énergies renouvelables a interrogé la SNCF là-dessus. D’après lui, SNCF va utiliser plus de 1500 hectares pour le développement d’installations photovoltaïques. L’entreprise envisage au moins d’instaurer une autosuffisance énergétique de 25 % au moyen terme.

Quelle augmentation sur le prix des billets en 2023 ?

D’après Jean-Pierre Farandou :

« Si on répercutait directement (cette hausse) sur le coût du billet, on serait amené à augmenter les billets de TGV de 10 %. »

Outre le prix de l’énergie, SNCF doit aussi faire face à l’augmentation du prix des fournitures, des salaires, du coût des travaux, et bien plus encore. Face à ces circonstances, le dirigeant de la compagnie ferroviaire a affirmé :

« On n’a pas encore décidé ce qu’on allait faire ».

Le gouvernement suivrait déjà le cas. Jean-Pierre Farandou a tout de même garanti :

« Rassurez-vous, on ne répercutera pas 100 % des coûts sur les clients ».

Une bonne nouvelle pour les clients qui se plaignent déjà de la hausse des billets. La hausse du prix des billets qui doit avoir lieu sera donc comprise entre 0 et 10 % de leur prix actuel.

Toutefois, le groupe SNCF affirme :

« Nous pourrons nous pencher sur ce sujet lorsque nous y verrons plus clair sur nos perspectives économiques pour 2023 notamment les prix de l’énergie et l’inflation. Mais ce n’est pas d’actualité, il est trop tôt pour qu’on travaille à des scénarios. »