Elisabeth Borne veut proposer une nouvelle prime de « 150 à 200€ » par mois

La Première ministre a annoncé une nouvelle prime d’un montant de 150 à 200 euros pour certains foyers.

Source : Capture BFM

Elisabeth Borne a pris la parole récemment pour indiquer l’arrivée d’une possible nouvelle prime. Cette dernière devrait arriver à la fin du mois prochain. Le montant ne semble pas encore définitif. Mais il paraît prévu plus d’une centaine d’euros. Ainsi, cela parait un coup de pouce de l’État pour aider des foyers Français bien spéciaux. Une façon donc d’encourager encore les citoyens à bien venir en aide aux autres. On vous explique tout ici. 

De nombreuses aides 

Depuis que l’inflation a pris place en janvier dernier, le gouvernement a vu que la situation commençait à devenir complexe pour les Français. C’est ainsi qu’après plusieurs mois, le gouvernement a souhaité venir en aides. Pour en venir à cela, il a décidé de proposer une loi du nom de Pouvoir d’achat. Cette dernière contient de nombreuses aides et primes. Ainsi, le gouvernement souhaite particulièrement aider les foyers les plus modestes à pouvoir continuer de subvenir à leurs besoins. 

Ainsi, il y a de nombreuses primes comme celle de fin d’année. Il y a aussi la prime Macron qui permet aux salariés de toucher des aides exonérés de cotisations sociales. De cette façon, les employeurs payent moins ainsi que les salariés qui peuvent toucher la prime dans son intégralité. On a aussi pu trouver dans cette loi de bien nombreuses revalorisations, notamment celle des allocations ou même les pensions de retraite. De cette façon, les foyers avec des revenus plus modestes. 

C’est également dans cette loi que des boucliers tarifaire et des remises viennent compléter les primes. En effet, grâce aux boucliers tarifaire comme sur le prix des énergies, cela permet de contrôler la hausse des prix. Ainsi, ce dernier semble fixé à hauteur de 15%. Donc pour quand les boucliers seront en place, les prix que ce soit des gaz ou même de l’électricité ne pourront pas subir une hausse supérieur à ce taux

Une saison difficile

Mais même si le bouclier tarifaire va se mettre en place pour limiter les dégâts pour les familles, cela reste tout de même un hiver bien différent. Il se trouve que malgré le froid, il ne va pas falloir chauffer de trop. En effet, la sobriété énergétique reste de mise. Que ce soit pour éviter à la France de se retrouver dans un état de pénurie énergétique ou même pour limiter le prix des factures. En effet, les factures vont forcément être plus importantes que l’année passée pour la même consommation, et cela, peu importe les primes ou aides.

Heureusement, il existe de nombreuses façons de faire des économies d’énergie. Ce qui permet donc de consommer moins, et éviter les pénuries, ou même baisser donc le prix des factures. Il se trouve qu’avec de petits gestes, comme baisser le chauffage d’un degré. Ou mieux isoler sa maison, il reste possible de faire de belles économies. En moyenne, un foyer consacre les trois quarts de son budget énergie pour chauffer sa maison. pourtant, en chauffant d’un degré de moins, il semble possible d’économiser 7% de cette facture. Il y a aussi une prime qui pourrait se voir attribuer aux foyers modestes. Dans le but de les aider à financer leurs dépenses énergétiques. Mais cette prime se réserve pour les foyers avec des revenus plus modestes. 

Une prime pour aider 

Ainsi, Elisabeth Borne, la Première ministre, encourage les Français à venir en aide aux réfugiés. En effet, ce lundi, elle fait sa première rentrée au parlement en tant que cheffe du gouvernement. Et son intérêt s’est bien plus porté sur nos amis de l’Est qui semblent avoir besoin d’aide. En effet, elle a donc parlé de ce contexte et de l’impact que cela avait sur notre pays. Et pour cela, elle souhaite mettre une prime en place. 

En effet, si les énergies paraissent un problème premier ici, les réfugiés de conflits de cette envergure aussi. Ainsi, elle souhaite mettre en place dès la “fin novembre” une prime pour tous ceux qui vendront en aide à ces réfugiés. Ainsi, les Français qui “accueillent des déplacés ukrainiens chez eux”, auront droit à une prime. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Caf de la Vienne (@caf_86)

La Première ministre déclare ainsi vis-à-vis de cette prime que “Je veux rendre hommage (…) et remercier toutes les collectivités qui se mobilisent, organisent la solidarité et permettent l’accueil et la scolarisation des réfugiés ukrainiens”. Elle ajoute aussi que “Leur engagement est précieux et déterminant« . « Je pense enfin à tous nos concitoyens qui se sont engagés. Nous devons les soutenir et je vous confirme la mise en place, à partir de fin novembre, d’une aide pour nos compatriotes qui accueillent des déplacés ukrainiens chez eux”. 

150 ou 200 euros de prime

Pour le moment, la somme exacte de cette prime ne semble pas encore défini. Mais, un nombre a paru déjà annoncé par le préfet Joseph Zimet. Il reste en charge de la cellule interministérielle de crise sur l’accueil de ces réfugiés. Ainsi, c’est auprès du Monde que ce dernier a confié que cette prime serait “de 150 à 200 euros pendant quelques mois« , afin d' »éviter que cet accueil ne s’effondre”. En effet, accueillir des gens chez soi représente un cout. 

Ainsi, cette prime reste pour venir aider les Français à accueillir les réfugiés. Sans pour autant les mettre eux-mêmes dans une situation délicate. Pour le moment, la France a paru accueillir déjà près de 100 000 Ukrainiens. Et parmi eux, cela représente près de 19 000 enfants qui ont pu aller à l’école. “Avoir un ménage ukrainien chez soi pendant plusieurs mois, cela engendre des charges financières et peut entraîner une forme de lassitude”. Ainsi, cela parait rester un moyen de favoriser l’entraide entre citoyens de différents pays de l’Europe. Une façon de la rendre “rapide, efficace, digne”. 

Il faudra donc attendre encore un peu pour voir les modalités de cette nouvelle prime se définir plus clairement. Mais cela reste un moyen que la Première ministre juge utile et important pour que les Français puissent venir en aide aux autres sans pour autant voir leur revenu diminuer de trop.