Après Camaïeu, ces grandes marques de prêt-à-porter pourraient disparaitre

Alors que les Français sont encore choqués par la disparition des magasins Camaïeu, d'autres enseignes qui pourraient bien suivre leurs pas.

Source : Camaïeu

Les 511 magasins de l’enseigne Camaïeu ont baissé leur rideau pour la dernière fois le samedi 1er octobre 2022. Ce sont des milliers de clientes qui sont allées dire adieu à la marque, partout en France. Mais alors que le choc est encore présent, que les salariés comme les fidèles clientes n’en reviennent pas, d’autres enseignes pourraient suivre les pas de Camaïeu, et disparaître.

La fin de Camaïeu après 40 ans d’existence

La nouvelle est tombée le 28 septembre dernier. Le tribunal de commerce de Lille a annoncé la liquidation judiciaire de la marque Camaïeu, qui existe depuis 40 ans. 2600 personnes sont alors licenciées. Les salariés sont sous le choc et visent un homme, Michel Ohayon, qui a repris l’enseigne de prêt-à-porter en 2020. « J’espère que vous serez puni », lance un salarié, désemparé. L’homme d’affaires bordelais tente alors de se défendre. « On s’est battu pour cette entreprise ! Je suis autant atterré que vous« .

Cette liquidation judiciaire est la conséquence d’une mauvaise gestion depuis des mois. Une cheffe de projet ne s’en cache pas. « L’entreprise a assez été saignée. Cette boîte a été pompée par les actionnaires successifs. On travaille depuis des mois dans des conditions horribles, les fournisseurs pleuraient au téléphone parce qu’ils n’étaient plus payés« .

Samedi 1er octobre, des milliers de Françaises se sont données rendez-vous pour faire leurs adieux à la marque et soutenir les salariées, également très émues. C’est le clap de fin pour une marque connue de tous. Et malheureusement, d’autres enseignes tout aussi célèbres ne sont pas à l’abri de connaître le même destin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par So’ Fy (@dodebsofy)

Après Camaïeu, quelles sont les enseignes qui pourraient disparaître ?

Plusieurs autres marques rencontrent actuellement des difficultés financières suffisamment inquiétantes pour que les observateurs envisagent une liquidation. C’est notamment le cas de la marque Pimkie. D’autres marques sont concernées. On pense évidemment à Célio, placée en procédure de sauvegarde depuis 2020, ou encore La Hall qui a été placée sous la protection d’un tribunal de commerce avant d’être vendue au groupe Beaumanoir.

Comment expliquer que ces marques pourtant bien connues rencontrent autant de difficultés ? La première des raisons est bien évidemment le covid-19. On se rappelle que les enseignes de prêt-à-porter ont été dans l’obligation de fermer leurs portes pendant de longues semaines en 2020. Elles ne sont pas considérées comme des commerces essentiels par le gouvernement. Et malgré les aides de l’État, elles n’arrivent pas pour certaines à se remettre de cette période. Camaïeu par exemple a accumulé près de 240 millions d’euros de dettes. Parmi elles, 70 millions d’euros uniquement pour les loyers impayés. 

Les marques, plus de deux ans après le premier confinement, essaient encore de se remettre de cette période trouble et difficile d’un point de vue économique. On le savait, les spécialistes le disaient. Les conséquences du covid-19 et du confinement vont se payer dans les années à venir. Ce n’est peut-être que le début.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Camaieu OFFICIAL (@camaieu)

La concurrence de la vente en ligne ! 

Outre l’impact évident de la crise sanitaire, impossible de ne pas citer la concurrence de la vente en ligne. Les Français achètent de plus en plus sur internet, même les vêtements. Cela leur permet de gagner du temps, mais aussi de faire des économies. Car en ligne, les soldes, c’est toute l’année. Les promotions sont en effet nombreuses et un simple code promo permet de faire baisser encore plus la note. Entre 2019 et 2022, on note une baisse de 15% de clients dans les magasins… tandis que les charges ne font qu’augmenter depuis 2022. Il n’est donc pas étonnant que certaines enseignes comme Camaïeu ne s’y retrouvent plus.

Enfin, et peut-être que l’impact est plus faible mais il existe cependant, les préoccupations écologiques ont également un rôle à jouer. On sait que l’industrie du textile est extrêmement polluante, sans parler des conditions de travail des salariés dans certains pays. C’est pourquoi de nombreux Français se tournent vers la seconde main avec les friperies ou encore l’application Vinted qui rencontre un franc succès. Pourquoi acheter neuf quand on peut acheter des vêtements en parfait état et beaucoup moins cher ?