Prime inflation : voici pour qui et quand aura lieu le troisième versement, c’est pour bientôt

L’allocation exceptionnelle de rentrée connaitra son troisième versement en ce mois d’octobre 2022. Mais qui seront les bénéficiaires de cette prime inflation ?

Source : IStock

Cet été, le gouvernement a mis en place de nombreuses mesures en faveur du pouvoir d’achat pour la rentrée 2022. En effet, ces mesures tentent de limiter les effets du contexte d’inflation galopante et de la baisse du pouvoir d’achat des Français. Parmi ces aides se trouve la prime exceptionnelle de rentrée, la prime inflation, qui profite à près de 11 millions de foyers modestes en France. Les versements de cette prime ont lieu depuis le 15 septembre et le troisième versement ne saurait tarder. De ce fait, en mi-octobre, les bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) pourront enfin en bénéficier. Ils recevront alors un versement de 100 euros plus 50 euros par enfant à charge supplémentaire. Et ce, d’après les dernières coordonnées bancaires détenues par la Caisse nationale d’Assurance vieillesse (CNAV). On vous dit tout !  

L’allocation exceptionnelle de rentrée

Il convient de rappeler que le premier versement de cette prime de rentrée exceptionnelle a eu lieu le 15 septembre. En effet, les bénéficiaires des minimas sociaux ainsi que les étudiants boursiers ont reçu un virement sur leur compte courant. Les derniers à recevoir le virement seront les bénéficiaires de la prime d’activité. De ce fait, il recevront le versement en mi-novembre, en même temps que la prime d’activité. Le montant de la prime exceptionnelle de rentrée se chiffrera à 28 euros plus 14 euros par enfant à charge supplémentaire. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by CRIJ Hauts-de-France (@crijhdf)

De plus, il n’y a aucune démarche à effectuer afin de percevoir cette prime. Le versement se fait de manière automatique par virement bancaire. Les bénéficiaires de cette prime se décline en quatre groupes. Les bénéficiaires des minimas sociaux, les bénéficiaires de l’ASS et de la prime mensuelle forfaitaire. Ainsi que les allocataires de l’Aspa et enfin les bénéficiaires de la prime d’activité. Alors, si vous souhaitez connaître une date de versement précise ou encore si vous faites partie des bénéficiaires de la prime inflation. Les réponses se trouvent ci-dessous. 

Le troisième versement

La prime exceptionnelle de rentrée constitue une aide qui soutient les Français et tend à lutter contre l’inflation. Mais également à renforcer le pouvoir d’achat de ces derniers. Mise en place par le gouvernement, cette aide se voit soutenue par Elisabeth Borne, la Première ministre. Elle fait l’objet d’un virement automatique sur le compte en banque des bénéficiaires par des organismes de versement. Tels que la CAF, le Crous, Pôle Emploi… Et ce, depuis la rentrée de 2022. Près de 11 millions de foyers français modestes font partie des bénéficiaires. De ce fait, à compter du mois de septembre, ils verront un virement sur leur relevé de compte. 

Il faut savoir que le premier versement a eu lieu le 15 septembre 2022. Et ce, pour les bénéficiaires des minimas sociaux. En revanche, pour les bénéficiaires de la prime d’activité, le versement n’intervient pas au même moment. De ce fait, ils ne recevront le virement que deux mois plus tard, au mois de novembre. Pour donner plus de détails, voici les dates fixées pour les versements. Le 15 septembre pour les bénéficiaires des minimas sociaux et étudiants boursiers. Le 27 septembre pour les bénéficiaires de l’ASS et prime mensuelle forfaitaire. Au courant du mois d’octobre pour les allocataires de l’Aspa. Ainsi qu’en mi-novembre pour les bénéficiaires de la prime d’activité.

La prime inflation en 2022 

Cette prime inflation a pour but de soutenir “les plus modestes”. De ce fait, selon Elisabeth Borne, les bénéficiaires de certaines prestations sociales comme les APL, le RSA, l’AAH ou l’Aspa en ont bénéficié dès la rentrée 2022. Les allocataires de l’ALF et de l’ALS se trouvent également concerné par cette aide.

En réalité, les Français les plus démunis auront tous la possibilité de profiter de cette nouvelle prime inflation ou prime de rentrée exceptionnelle. Ce qui représente près de 11 millions de personnes. Avant la fin de l’année des millions de personnes auront eu cette possibilité. Une chance qui a pour objectif de soutenir les Français face à l’inflation qui sévit sur le territoire et qui a des effets néfastes sur le pouvoir d’achat des habitants. 

Les organismes de versement

Cette intervention de la prime inflation se verra sans doute retardée. Et ce dû à la recomposition de l’Assemblée nationale. En effet, cette recomposition a un impact sur les organismes de versement. De ce fait, l’organisme qui verse la prime inflation en fonction du statut des bénéficiaires n’a pas encore été confirmé. La CAF et Pôle Emploi ont la possibilité de le faire, comme ils l’ont fait pour la première prime inflation distribuée à 38 millions de Français en début d’année.

Pour le moment, il semblerait que la CAF la verse aux bénéficiaires des minimas sociaux. Pôle Emploi risque de la verser aux demandeurs d’emploi. De plus, le Crous se chargera du versement aux étudiants boursiers. L’État se chargera des fonctionnaires. Enfin, la CNAV gère les retraités, l’URSSAF organisera le versement aux indépendants et chaque employeur se chargera de ses salariés. 

Ce qu’il faut savoir sur cette prime inflation

Il reste certaines choses à savoir sur la prime inflation. En effet, en ce qui concerne le montant, elle se chiffre à 100 euros plus 50 euros par enfant à charge supplémentaire. « Concrètement, l’aide s’élèvera à 200 euros pour un foyer avec deux enfants », confirme l’exécutif dans son dossier de presse. Il convient de rappeler que les retraités se trouvent bien parmi la liste des bénéficiaires de cette aide. Toutefois, pour cela, il leur faudra percevoir le minimum vieillesse (Aspa) afin d’y prétendre. 

Il s’avère que les allocataires du revenu de solidarité active (RSA) ont pu toucher cette prime inflation le 15 septembre. D’un montant de 100 euros ainsi que 50 euros par enfant à charge, l’allocation a pu bénéficier d’une revalorisation de 4 % comme toutes les autres prestations sociales. Et ce, tout comme les bénéficiaires du RSA. En effet, ils percevront également la hausse de ce dernier. Une hausse qui provient du projet de loi sur le pouvoir d’achat adoptée cet été. Une bonne solution qui tend à soutenir les Français durant cette période d’inflation fulgurante. Le pouvoir d’achat, prenant un coup, profitera également de ces aides.