Un homme vit dans le luxe grâce à ses arnaques et touche les allocations, une histoire scandaleuse

Dans les Yvelines, un étudiant de 20 ans avait escroqué près de 100 000 euros grâce à ses arnaques. Il utilisait des comptes de rebond.

Source : Istock

Mardi 27 septembre dernier, des enquêteurs se sont rendus dans une résidence étudiante de Clichy (Hauts-de-Seine) pour interpeller un arnaqueur. L’individu en question est un étudiant de 20 ans qui faisait des arnaques en créant des comptes de rebond. Les policiers étaient surpris en voyant les objets de luxe que le jeune homme possédait avec ses 120 euros d’aides sociales. Découvrez les détails dans cet article.

Blanchiment d’argent et autres arnaques

Les policiers de Sartrouville (Yvelines) se sont déplacés dans l’appartement de Sahim pour l’interpeller. L’étudiant de 20 ans, originaire de Clichy (Hauts-de-Seine), est soupçonné de blanchiment d’argent et de plusieurs arnaques. Dans son appartement, il avait des objets de luxe qu’il ne pouvait jamais se payer avec 120 euros d’allocations sociales.

Voici la liste des objets qui a surpris les enquêteurs :

  • 3 trottinettes électriques pour un total de 11 000 euros,
  • 30 iPhone,
  • 30 tenues de sport de marque Nike et Jordan,
  • Des doudounes à 1 500 euros l’unité,
  • Des baskets Gucci, Prada, Dior, Jordan,
  • Des sacoches Louis Vuitton et Yves Saint-Laurent,
  • Des casques Bluetooth,
  • Des billets d’avion pour Marrakech et Barcelone.

En plus de tout cela, il y avait 12 000 euros en espèces et 42 cartes bancaires. Rapporté par le média 78 Actu, le total de ses biens plus l’argent est estimé à « près de 100 000 euros ». Comment le jeune étudiant a-t-il pu se procurer tous ces biens de valeur ?

Entre 100 et 500 euros pour créer des comptes de rebond

Mercredi 28 septembre, le présumé arnaqueur a été traduit devant le juge. Il est accusé de blanchiment d’argent et de plusieurs autres arnaques. Face à la cour, le jeune homme a soutenu n’être qu’un pion dans une vaste organisation.

« Ma tâche, c’était juste de trouver des personnes pour créer des comptes de rebond. Je gagnais entre 100 et 500 euros selon la capacité de retrait. J’ai commencé quand on m’a proposé d’ouvrir un compte de rebond, dans mon lycée, à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine, NDLR). En remerciement, j’avais eu 250 euros. Je me suis dit que j’allais aussi me mettre à recruter des personnes », expliquait Sahim.

Source : Pexels

Le juge demandait des preuves de ce qu’il avançait. Le présumé coupable a dit qu’il recevait des directives par des profils anonymes sur Snapchat. La présidente du tribunal a alors demandé :

« Et qu’est-ce qui nous prouve que vous n’êtes pas l’investigateur de tout ce système ? »

Le prévenu remarquait :

« Il y aurait peut-être eu plus d’argent chez moi… »

Une réponse qui ne lui a pas donné gain de cause, car le jeune Sahim s’avère vraiment être un escroc.

La sanction prononcée par le tribunal

Malgré ses explications, le procureur de la République a répondu que c’était insuffisant. Qui plus est, rien que la possession de plusieurs cartes bancaires témoigne qu’« il en a bien profité ». C’est sur ces mots que le tribunal a prononcé la sentence.

Sahim, le jeune homme qui faisait des arnaques en créant des comptes de rebond, est désormais en prison. Il va passer les 16 prochains mois derrière les barreaux. Et bien évidemment, le tribunal va saisir tous ses biens.

Arnaques : qu’est-ce qu’un compte de rebond ?

Toujours d’après les enquêtes de la police, cet escroc faisait son affaire depuis au moins le mois de juin 2022. Le 14 juin dernier, un homme arrive au bureau du commissariat de Sartrouville et raconte les faits suivants.

L’homme raconte qu’un employé du service des cartes bancaires l’a contacté et lui disait :

« Monsieur, vos comptes ont été piratés aux États-Unis. Il faut faire des virements pour boucher les trous. Voici le numéro des comptes d’urgence. »

Pris de panique, l’homme a fait 2 virements de 25 000 euros au numéro indiqué. Toute cette situation est cependant une manœuvre d’escroquerie bien ficelée. Quelques heures plus tard, la victime s’en rend compte, mais c’est déjà trop tard.

Il demande de faire le suivi du virement, mais l’argent a disparu. Pourquoi ? L’argent s’est envolé vers plusieurs autres comptes de rebond. Par ailleurs, c’est d’avoir créé ces comptes de rebond pour faire disparaître des transactions illicites que Sahim a été accusée.

Source : Pexels

Voilà, vous savez maintenant comment se passent les arnaques avec des comptes de rebond. À vous de faire attention !