Prime de Noël : jusqu’à 442€ d’aide prévue pour les Français, êtes-vous concerné ?

Depuis 1998, chaque année, certains foyers français reçoivent une prime de Noël. Êtes-vous concernés ? Quelles sont les conditions ?

Source : IStock

Dans toute l’Europe, la France est sûrement le pays le plus généreux en matière d’aides sociales. Cette année, après la prime inflation ou encore la prime de rentrée exceptionnelle, d’ici peu, beaucoup de Français vont recevoir ce qu’on appelle la prime de Noël.

On ne sait pas exactement quand ce bonus arrivera, mais elle sera versée avant la fin de l’année. D’ailleurs, la vraie appellation de cette aide est la « prime exceptionnelle de fin d’année ». Qui peut y prendre ? Et quel est le montant ? Les détails dans cet article.

Qu’est-ce qu’une prime ?

Dans le monde professionnel, il y a ce qu’on appelle prime. Concrètement, il s’agit d’une somme que l’employeur donne à ses salariés, mis à part le salaire. Parmi les types de primes, il y a notamment la prime de risque.

Les primes que l’État offre sont des « primes exceptionnelles ». D’ailleurs, le nom exact de la prime de Noël est « la prime exceptionnelle de fin d’année ». Le terme exceptionnel change tout. Ces aides ne sont pas versées par les employeurs et ne concernent pas uniquement les salariés.

C’est le gouvernement lui-même qui verse ces aides. À la différence des autres aides sociales, comme les allocations, les primes exceptionnelles sont souvent payées en une seule fois. Pour le cas de la prime de Noël, comment l’obtenir ?

Les conditions d’octroi de la prime de Noël

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une prime exceptionnelle. De ce fait, il faut des situations exceptionnelles pour l’obtenir. En effet, cette prime n’est pas offerte à tout le monde. Ce sont les foyers les plus modestes qui sont concernés.

Avec le niveau de l’inflation actuelle, il est assez difficile de distinguer qui vit dans une situation de précarité et qui ne l’est pas. Il y a aussi la distinction entre les Français avec un niveau de vie moyen et ceux qui sont classés inférieurs.

Tout cela vous semble difficile à comprendre. Pour vous faciliter la compréhension, la prime de Noël est attribuée aux bénéficiaires des minima sociaux. Ce n’est pas tous les minima sociaux non plus.

Plus exactement, cette aide est allouée aux bénéficiaires des allocations suivantes :

  • Le revenu de solidarité active (RSA)
  • L’allocation de solidarité spécifique (Ass)
  • L’allocation équivalent retraite (Aer)

Si vous êtes concerné par une de ces allocations, vous bénéficiez de la prime de Noël. Petite précision, les situations sont appréciées sur la base de l’année dernière. Le site internet du Service Public le confirme :

« La prime de Noël est versée si vous avez perçu pour le mois de novembre 2021 ou pour celui de décembre 2021 une des prestations… »

Particulièrement pour le cas de Mayotte, il n’y a que deux allocations qui vous donnent droit à la prime de Noël. Ce sont :

  • Le revenu de solidarité active (RSA)
  • L’allocation de solidarité spécifique (ASS)
  • Ils sont aussi appréciés sur la base de l’année antérieure.

Les organismes qui paient la prime de Noël

On a dit tout à l’heure que c’est l’État qui distribue cette prime. Qui exactement ? En effet, l’État peut paraître vague comme mot. Selon votre situation, les organismes suivants vous paient la prime de Noël :

  • La caisse d’allocations familiales (CAF) pour les bénéficiaires du RSA
  • La caisse centrale de la mutualité sociale agricole (Ccmsa) pour les bénéficiaires de l’Aer
  • Le pôle emploi pour les bénéficiaires de l’Ass et de l’Aer

Si vous êtes bénéficiaire de cette aide exceptionnelle, un de ces services vous le paiera. Par ailleurs, combien cela coûte-t-il ?

À combien s’élève le prix de la prime de Noël ?

Vous savez maintenant si vous faites partie des Français qui vont recevoir la prime de Noël. Ce qui reste à savoir c’est combien et quand ? Depuis deux ans, le montant de base de la prime est de 152,45 euros.

Cependant, ce prix peut augmenter en fonction de votre situation et des minima sociaux dont vous bénéficiez. Pour les bénéficiaires de l’Ass et de l’Aer, le montant est fixe. Quelle que soit la composition de votre famille, vous réserverez un tarif de 152,45 euros.

Néanmoins, pour les bénéficiaires du RSA, le montant de la prime varie un peu selon les composants de votre famille. Voici les montants respectifs selon le nombre d’habitants du foyer en question. Voici les chiffres :

  • Pour un foyer composé d’une seule personne : 152,45 euros
  • Pour un couple sans enfant : 228,67 euros
  • Pour un couple avec un enfant : 274,41 euros
  • Pour un couple avec deux enfants : 320,14 euros

Pour chaque enfant supplémentaire, il suffit d’ajouter 60,98 euros. Le montant peut s’élever jusqu’à 518,33 euros pour une famille composée de 7 personnes. Pour le « quand », on ne connaît pas la date exacte. Une chose est sûre, vous l’aurez avant la fin de l’année.

Comment obtenir ces sommes ?

Vous remplissez les conditions d’octroi ? Pour recevoir ces sommes, est-ce qu’il y a des démarches particulières à suivre ? La réponse est non. Par ailleurs, Mariette Daval, directrice du département insertion et cadre de vie à la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) l’ont expliqué :

« Elle (la prime de Noël, NDLR) est attribuée de manière automatique (…) il n’y a aucune démarche à effectuer pour la recevoir. »

Cela voudrait dire que si vous remplissez les conditions, il ne vous reste plus qu’à attendre. À l’approche du 25 décembre 2022, n’oubliez pas de vérifier votre compte bancaire. En effet, l’argent sera versé de manière automatique. Cette année, le nombre de foyers qui aura cette prime est estimé à 2 millions de ménages.

Les polémiques concernant la prime de Noël

Pour un cadeau de Noël, 152,45 euros est une somme non négligeable. Cela dit, cette prime, comme toutes les autres aides sociales, est sujette à des critiques. Selon certaines personnes, la prime de Noël favorise l’émergence de « trappes à inactivité ». Cela voudrait dire que l’existence de ces aides inciterait les foyers bénéficiaires à ne pas travailler.

C’est peut-être cela qui a poussé le gouvernement à changer les modalités d’octroi du RSA. Désormais, il faut faire une activité de 15 à 20 heures par semaine au profit d’une collectivité, d’une entreprise ou de formation. C’est le RSA sous condition. En revanche, de l’autre côté de la balance, la prime réduit le contraste entre riches et pauvres.