Fin des pièces de 1 et 2 centimes : les changements pour la fin 2022

Les pièces d'euro de 1 et 2 centimes vont-elles disparaître ? Leur destin devrait être scellé prochainement par la Commission européenne. 

Source : IStock

Elles traînent au fond du porte-monnaie et souvent, on ne les utilise que pour faire l’appoint à la boulangerie. Les petites pièces d’euro en bronze de 1 et 2 centimes font malgré cela de la résistance. Et ce, dans le cœur des Français. En effet, d’après une étude de l’IFOP pour la Monnaie de Paris publiée en octobre 2021, un peu plus d’1 sur 2 souhaiterait que leur circulation continue.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Opération Pièces Rouges (@oprouges)

En 2022, la France a frappé 300 millions de pièces d’euro de 1 et 2 centimes. Alors que la Commission européenne devait se prononcer à propos de la suppression des pièces rouges au cours du deuxième trimestre 2022 le projet semble être passé au second plan. Selon MoneyVox, au mois de décembre 2022, des propositions devraient surgir sur le sujet.

Les jours des petites pièces centimes en bronze sont-ils comptés ?

Si la Banque Centrale Européenne (BCE) prenait bientôt la décision de supprimer les pièces d’euro rouges, elle ne ferait pas l’unanimité. En effet, selon un sondage YouGov pour MoneyVox, réalisé en décembre 2021, 51 % des personnes interrogées se prononcent pour une suppression de l’une ou l’autre des pièces d’euro de 1, 2 et 5 centimes. « Dans le détail, les deux premières surtout sont dans le collimateur. 47 % des sondés sont pour la suppression de la pièce d’un centime. 44 % pour celle de deux et seulement 12 % pour celle de cinq centimes. Les petites pièces rouges ont aussi leurs défenseurs, qui représentent 41 % du panel« , rapporte MoneyVox.

La commission européenne avait mené une consultation publique entre le 28 septembre 2020 et le 11 janvier 2021. Et ce, concernant l’usage des pièces de 1 et de 2 centimes d’euro. Mais également les règles permettant d’arrondir les règlements en liquide aux 5 centimes les plus proches. Parmi toutes les personnes ayant exprimé leur point de vue, 70 % souhaitent la suppression de ces moyens de paiement.

Mais les 17 032 avis ne revêtent aucun caractère contraignant. « Ce rapport de synthèse ne préjuge pas des futures propositions que la Commission européenne doit faire à la fin du deuxième trimestre 2022 (…). Une analyse d’impact qui devrait être achevée au début de l’année ». Et ce, comme l’avait précisé un porte-parole de la commission européenne, à Merci pour l’info.

L’engagement de la commission européenne

Si l’institution, basée Bruxelles, a jeté son dévolu sur le sort des pièces de 1 et 2 centimes, ce n’est pas par hasard. Cette réflexion a donc fait suite à ce sondage mené en 2020. Parmi les 17 000 personnes interrogées, dans la très grande majorité, il s’agissait d’Allemands : 79 %, pour 9,4 % d’Autrichiens et 6,8 % de Français.

La Commission européenne avait donc pris l’engagement de traiter le sujet au plus tard à la fin du second trimestre 2022. Ainsi, depuis, plus aucune nouvelle ! « La Commission européenne fera des propositions comme elle s’y est engagée », a déclaré dernièrement le service de presse de cette dernière. « Le sujet de la suppression des pièces de 1 et 2 centimes est toujours ouvert. Il s’agirait de mettre en place des règles d’arrondis communes à l’ensemble de la zone euro« , a expliqué La Monnaie de Paris à MoneyVox.

Pour décembre 2022 ?

Du côté de la France, 13 milliards de pièces d’euro de 1 et 2 centimes ont été mises en circulation. Et ce, depuis le passage à l’euro en 2002. De plus La Monnaie de Paris en a encore fabriqué près de 300 millions pour la seule année 2022.

Cinq pays européens ont pourtant déjà franchi le pas de la suppression de ces pièces d’Euro. On retrouve les Pays-Bas, l’Italie, la Finlande, la Belgique et l’Irlande et l’Italie. « La France pourrait décider seule », a déclaré La Monnaie de Paris.

Mais, semble-t-il, la France ne souhaite pas prendre de décision seule. La Commission européenne ne se prononcera pas avant la fin de l’année 2022.

Pour mémoire, ce débat dure depuis quelques années. En effet dès 2018, des experts recommandaient de « mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes ». La raison ? Leur coût de production supérieur à leur valeur faciale. « Il est à craindre, au vu des expériences passées (passage à l’euro). Baisse de TVA dans la restauration ou étrangères que les commerçants arrondissent les prix à l’unité supérieure… Sous couvert de faire économiser le contribuable, on fait trinquer les consommateurs…« , alertait alors l’association l’UFC-Que Choisir. Affaire à suivre !