Supermarché : ces astuces imparables pour faire de grosses économies aux courses

Étant donné l’inflation sur les produits alimentaires au supermarché. Pour faire des économies, il faut user de quelques astuces. En voici 4.

Source : IStock

À cause de l’inflation, plusieurs consommateurs se tournent vers les produits de premier prix. Au supermarché, certains achètent même des produits dont la date de péremption est courte dans l’espoir d’économiser quelques centimes. En effet, selon l’Insee, le prix de consommation est en hausse de 5,6 % sur un an en septembre 2022.

Conscient de cette situation, le gouvernement ne reste pas les bras croisés. Pour ce faire, l’État a revalorisé les allocations sociales. Cette mesure s’inscrit notamment dans la loi sur le pouvoir d’achat. Toutefois, les ménages doivent user de quelques astuces pour faire des économies. En voici 4 qui concernent les produits au supermarché.

Les statistiques sur le gaspillage

Comme susmentionné, en septembre, l’inflation en France est de 5,6 %. Selon Franceinfo, depuis le début de l’année, les ventes de produits à prix réduits sont en hausse de 15 %. Plus de la moitié de la population s’est tournée vers l’achat des produits de premier prix.

Cela prouve que le pouvoir d’achat des Français est au plus bas. Cependant, rien que l’incompréhension des différentes dates de péremption est à la cause de 20 % du gaspillage alimentaire. Pour les ménages, cela représente 10 millions de tonnes de nourriture gaspillée par an.

Au supermarché, plus de 55 à 94,8 % de produits victimes de gaspillage sont dus aux dates de péremption. Ces derniers temps, la plupart des enseignes cherchent alors des solutions pour éviter les gaspillages. Surtout en ces temps durs de pénurie.

De nouveaux textes pour éviter le gaspillage

Selon le site gouvernemental du Service Public :

« En France, les pertes et gaspillages alimentaires représentent 10 millions de tonnes de produits par an, soit une valeur commerciale estimée à 16 milliards d’euros. »

Vu les pertes causées par le gaspillage, en plus des mesures prises par les supermarchés, le gouvernement adopte de nouvelles lois. Aujourd’hui, on vous propose 2 textes juridiques qui visent à réduire le gaspillage alimentaire au supermarché.

1. La loi Garot pour les supermarchés

Ce texte oblige les épiceries, les distributeurs de produits alimentaires à faire des dons de leurs marchandises invendues. Ces dernières seraient par la suite distribuées gratuitement aux citoyens. Toutefois, cette loi interdit la distribution des produits invendus impropres à la consommation. Autrement dit, les biens invendus jugés dangereux doivent être détruits.

2. La loi AGEC

Ce texte fixe comme objectif de réduire de 50 % le gaspillage alimentaire d’ici à 2025. Plus précisément, cet objectif est pour le domaine de la distribution alimentaire et de la restauration collective.

Néanmoins, pour les domaines de la consommation, de la production et de la transformation, c’est le même objectif, mais pour 2030. Pour y arriver, la loi renforce les mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Désormais, il n’y a pas que pour les supermarchés et les grossistes dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 50 millions sont aussi concernés. Des sanctions sont prévues pour le responsable de supermarché qui ne suit pas ces obligations.

Ce texte prévoit aussi d’afficher des précisions de consommation après la date de durabilité minimale (DDM). Des précisions pour savoir jusqu’à quand l’aliment est comestible après la fin du DDM. Justement, comment distinguer la date de durabilité minimale (DDM) et la date limite de consommation (DLC) ?

La distinction entre la DLC et la DDM ?

Selon le texte en vigueur, un produit, qui se mange ou se boit, doit contenir deux dates de péremption : la DLC et DDM. Que veulent dire ces dates ? Comment les différencier ?

La date limite de consommation (DLC)

La date limite de consommation (DLC) est sur la mention « à consommer avant le » ou « à consommer jusqu’au » suivies du jour, du mois et de l’année. Ce délai marque le dernier jour où ce produit est consommable. Une fois atteint, il est donc formellement interdit de consommer le produit en question. C’est parfois le motif de rappel produit.

Dans la plupart des cas, l’interdiction de consommation suite à ce délai concerne les produits frais. On peut citer les viandes, les poissons, les charcuteries. D’ailleurs, la viande est l’un des produits les plus inflationnistes.

La date de durabilité minimale (DDM)

La date de durabilité minimale (DDM) est sur la mention « à consommer de préférence avant fin… » ou « à consommer avant fin… » suivie d’une date plus ou moins précise. Cette date est bien sûr indicative.

Ainsi, après ce délai, plusieurs produits sont encore consommables. Ce sont ces produits que les lois précitées considèrent invendues. Une fois la DDM atteinte, les dirigeants de supermarché distribuent obligatoirement et gratuitement les denrées concernées.

Supermarché : 4 astuces pour payer moins cher

Voilà, pour éviter le gaspillage, l’État, par la voie de la loi, apporte son aide. Les dirigeants de supermarchés sont tenus à quelques obligations. Que peuvent alors faire les particuliers ?

1. Favoriser les paniers de produits à prix cassés

Une fois proches de la date limite de consommation, les distributeurs proposent des paniers de produits à bas prix. À ce propos, chez Monoprix, actuellement, pour les étudiants, il y a des paniers-repas pour 5 personnes. Ces 5 personnes au petit déjeuner et au dîner. Tout cela pour le prix de 20 euros.

2. Acheter les produits à prix bloqué dans les supermarchés

Pour lutter contre l’inflation, plusieurs supermarchés ont donc bloqué le prix de nombreux produits du quotidien. Pour vous faciliter la tâche, voici une liste d’enseignes avec le nombre de produits à prix bloqué.

  • Casino : 550 produits
  • Leclerc : 234 produits
  • Carrefour : 100 produits
  • Monoprix : 300 produits

3. Acheter chez les magasins « Nous anti-gaspi »

Selon Arnaud Laroque, patron d’un des magasins de « Nous anti gaspi » :

« Un produit vendu à l’épicerie est 15 à 20 % moins cher que dans les rayons des grandes surfaces », expliquait-il dans une interview à Actu Bordeaux.

Pour vous dire que par rapport aux autres supermarchés, dans ces magasins qui existent partout en France, les prix sont alors moins chers.

4. Utiliser les applications anti-gaspillage

Plusieurs applis proposent donc des invendus à prix très abordables disponibles partout en France. À titre d’exemple, l’app « Too Good To Go » compte 12,5 millions de téléchargements et 34 000 commerces partenaires. Tous ces partenaires proposent des produits à prix cassés.

Voilà, appliquez alors ces 4 astuces et vous verrez que, même avec l’inflation, il est tout de même possible de faire des économies. Et ce, tant financières qu’alimentaires.