Prime Macron : voici comment bénéficier de l’aide de 6 000€

La prime Macron est maintenant devenue la prime de partage de valeur ou PPV. Comment fait-on pour la toucher ? Les détails dans cet article.

Source : Getty Images

Pour information, la prime de partage de valeur a été mise en place afin de renforcer le pouvoir d’achat des Français. Cela dans le but de remplacer la prime Macron. Elle restera valable durant un délai déterminé.

Qu’est-ce que la prime de partage de valeur ?

Oubliez la prime Macron, désormais, ce dispositif issu du projet de loi « pouvoir d’achat » devient la PPV.

Pour ceux qui l’ignorent encore, cette prime a pour but d’inciter les employeurs à offrir une somme d’argent chaque année à leurs salariés. La PPV a remplacé la prime Macron depuis le début du mois de juillet 2022, jusqu’au 31 décembre 2023.

Comme on nous l’avait déjà expliqué, la PPV est une prime complémentaire annuelle. Toutefois, sachez que les entreprises ne sont pas obligées de se soumettre à ce nouveau projet.

Comme l’a précisé le ministère du Travail, la PPV n’est pas une obligation. C’est plutôt « une prime exonérée de toutes cotisations sociales à la charge du salarié et de l’employeur, ainsi que des autres taxes, contributions et participations dues sur le salaire ».

Le versement de cette prime peut se faire soit une fois, soit à plusieurs reprises par an. Elle se verse notamment, au maximum, une fois par trimestre. Il reste aussi important de savoir que la PPV ne doit pas être substituée avec le salaire ni quelconque élément de rémunération.

Qui peut bénéficier de cette prime ?

Comme on l’avait mentionné en haut, ce sont surtout les entreprises qui sont concernées par la PPV. Les employeurs qui peuvent les verser à leurs salariés sont les suivants :

  • L’ensemble des employeurs de droit privé, les associations, les syndicats, etc. Les travailleurs indépendants tels que les commerçants et les professions libérales y font aussi partie.
  • Les établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC) peuvent aussi offrir une prime à leurs salariés. C’est le cas de RATP, Opéra de Paris ou encore INA.
  • Cette prime touche aussi les établissements publics administratifs. Seule condition : ils emploient du personnel de droit privé, comme Pôle emploi par exemple ou ARS.

Les conditions à remplir

Les salariés doivent aussi remplir certaines conditions pour pouvoir toucher à la PPV. Les collaborateurs à qui les employeurs versent la prime peuvent être :

  • Des salariés qui ont signé un contrat de travail avec l’entreprise où ils officient
  • Des intérimaires
  • Des agents publics relevant d’un établissement public
  • Ou bien des salariés ayant un handicap et qui ont signé un contrat de soutien et d’aide par le travail, comme l’a précisé Les Échos

Par ailleurs, en accord avec le projet de loi du pouvoir d’achat de l’été 2022, la prime se retrouve exonérée des prélèvements sociaux et fiscaux. C’était déjà le cas pour la prime Macron.

Cependant, cette exonération n’est valable que pour les salariés dont le revenu est inférieur à 3 fois le SMIC. Ainsi, pour ceux qui touchent plus de 20 147,40 euros chaque année, l’aide n’est donc pas exonérée.

Combien toucheront les salariés ?

Pour rappel, la prime Macron avec exonération s’est élevée à 1000 euros, avec plafond. Pour cette année, suite à une décision votée par les députés de l’Assemblée Nationale, ce montant a atteint les 3 000 euros.

La PPV peut même s’élever jusqu’à 2 000 à 6 000 euros pour certaines sociétés. C’est notamment le cas des entreprises ayant signé un accord d’intéressement l’année dernière.

Les salariés qui officient dans des entreprises n’employant pas plus de 50 personnes bénéficient aussi de cette grosse somme. Pareil pour les travailleurs de la 2e ligne, à condition qu’il y ait engagement des mesures de revalorisation.

Il est aussi important de savoir qu’en 2022, comme l’a révélé L’internaute, la PPV peut atteindre jusqu’à 8 000 euros. Ainsi, un employeur ayant déjà versé l’ancienne prime avec plafond de 1000 euros peut la verser à nouveau depuis le mois d’août.

C’est donc pour cette raison qu’il vaut 8 000 euros. En effet, si on additionne l’ancienne et la nouvelle version de la prime (2 000 euros + 6 000 euros), cela est égal à cette énorme somme. De quoi gâter les salariés bénéficiaires.

Les modifications en 2024 ?

Même si la prime de partage de valeur semble prévue jusqu’à la fin de l’année 2023, elle pourrait toutefois se poursuivre jusqu’en 2024. Cependant, il y a des modalités à suivre.

Tout d’abord, il faut que le versement de la prime soit possible pour tous les salariés. Ensuite, tout comme en 2022, l’exonération des cotisations sociales patronales et salariales ne touchera pas sur la CSG et la CRDS. L’exonération d’impôt sur le revenu se retrouve aussi supprimée.

Enfin, l’aide se retrouvera assujettie au forfait social dans les conditions applicables à l’intéressement pour les entreprises qui en sont redevables. À noter que les montants maximum de 3 000 euros et 6 000 euros resteront les mêmes en 2024. Tout comme les conditions pour bénéficier la PPV.

Les types de primes en entreprise

En réalité, la gratification n’est pas si différente. Les deux sont tous des compléments de salaire de bénévoles des salariés. Cependant, si la prime représente un genre de récompense que les employeurs offrent aux salariés ayant fait de bonnes performances, la gratification, elle, peut-être une obligation.

En effet, on emploie la gratification si le salarié a passé 308 heures ou plus dans l’entreprise. Pour la calculer, il suffit de calculer le nombre d’heures de présence effective du stagiaire.

Par ailleurs, il existe plusieurs types d’aides qu’un employeur peut verser à ses salariés. La prime à risque, par exemple, se retrouve versée à certaines personnes. Ceux qui prennent des risques dans leur emploi (utilisation de produits dangereux, etc.)

Il y a aussi la prime d’ancienneté destinée aux salariés ayant officié dans l’entreprise pendant longtemps. Puis, il y a la prime des vacances qui finance les vacances du salarié. Ou encore la prime de panier, de mariage ainsi que le 13e du mois. En revanche, les heures supplémentaires n’en font pas partie.