La prime vélo électrique va évoluer dans cette région : tout ce qu’il faut savoir

Les primes à l’achat d’un vélo électrique vont connaitre une évolution dès le 15 octobre. On vous dit tout ce que vous devez savoir.

Source : IStock

Depuis le début de l’année, l’inflation bat son plein. De ce fait, le gouvernement a mis en place de nombreuses aides, mais il a aussi revalorisé des aides déjà existantes. À Paris, il existe donc des aides à l’achat d’un vélo électrique. Et ce, afin de réduire les émissions de gaz causées par les déplacements en voiture. Cette prime va connaitre une évolution dès le 15 octobre 2022. Les personnes ciblées seront dorénavant les personnes en situation de handicap mais également les foyers les plus modestes. De ce fait, à Paris, les usagers éligibles à cette prime se voient réduits de manière drastique. On vous dit tout ! 

Une évolution de la prime de vélo électrique

La prime à l’achat d’un vélo électrique va bientôt connaitre un changement drastique. En effet, le 15 octobre, les possibles bénéficiaires de cette aide se voient réduits. L’adjoint à la mairie, David Belliard, a annoncé la nouvelle sur son compte Twitter. En charge de la transformation de l’espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie, David Belliard annonce la nouvelle décision. De nombreuses précisions sur ce changement se trouvent sur le site de la mairie. 

Les changements ne concernent en rien le montant maximum ni le pourcentage de la prise en charge de l’achat du vélo. En effet, la prime se chiffre toujours à 33 % du prix d’achat hors taxes. Le plafond de l’aide proposée par le gouvernement se trouve toujours à 400 euros. Toutefois, les changements concernent les usagers. De ce fait, des conditions de ressources ont été ajoutées pour pouvoir profiter de la prime. Ainsi, seules les personnes ayant un revenu fiscal de référence (RFR) annuel inférieur à 6 300 euros peuvent bénéficier de l’aide

De nombreux usagers exclus

De ce fait, à Paris, de nombreux usagers se retrouvent exclus de la prime.  Les personnes à mobilité réduite, ou en situation de handicap, peuvent bénéficier, quant à elles, d’une aide de 33 %. Et ce, plafonnée à 900 euros pour l’acquisition d’un vélo adapté. Cependant, il n’y a toujours pas de condition de ressources requise dans ce cas de figure. Il existe d’autres aides accordées par la municipalité. Toutes ces aides se trouvent soumises à un revenu fiscal de référence annuel inférieur à 6 300 euros. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Fun Sports Cycles (@funsports.cycles)

Toute d’abord, le kit de conversion électrique. Une aide fixée à 33 % du prix d’achat, avec un plafond de 400 euros, sous conditions de ressources. Ainsi qu’une aide à l’achat d’un vélo cargo ou triporteur électrique, fixée à 33 % du prix d’achat avec un plafond de 600 euros, sous conditions de ressources. Il existe également une aide fixée à 33 % du prix pour l’achat d’un vélo cargo ou triporteur mécanique. Avec un plafond fixée à 600 euros sous conditions de ressources. Ou encore l’achat d’un vélo mécanique avec une aide fixée à 100 % du prix d’achat, et un plafond de 100 euros sous conditions de ressources. Enfin, l’achat d’une remorque pour transformer un vélo classique en vélo cargo peut bénéficier d’une aide. Cette dernière fixée à 33 % du prix d’achat, avec un plafond de 100 euros sous conditions. 

L’aide de l’État

Autrefois, il n’existait aucune condition de ressources afin de pouvoir profiter de la prime à l’achat d’un vélo électrique. Néanmoins, l’Île-de-France offre toujours son coup de pouce financier. En effet, le coup de pouce équivaut à 50 % du prix d’achat TTC, dans la limite de 500 euros. Et ce, sans conditions de ressources quelconques. 

Il faut savoir que 100 % de la région peut profiter de cette prime à l’achat d’un vélo électrique. Ou alors, ils ont la possibilité de compléter une prime locale proposée et attribuée par la ville, intercommunalité ou département en question. Il reste également à rappeler que cette aide a pu bénéficier, à l’échelle nationale, d’une revalorisation. En effet, l’aide proposée par l’État a vu son montant passer de 200 euros à 300 euros. Et même 400 euros pour les foyers les plus modestes, jusqu’au 31 décembre 2022. Auparavant, il se trouvait nécessaire de bénéficier d’une aide locale afin de pouvoir profiter du bonus de l’État. Toutefois, ceci n’est plus obligatoire à présent.