Camaïeu lance un destockage exceptionnel avant la fermeture définitive de ses magasins

L'ancien géant du prêt-à-porter féminin, Camaïeu, baisse définitivement le rideau après 38 ans d'existence. Les clients se pressent donc pour profiter des prix bradés.

Source : Camaïeu

L’enseigne de prêt à porter féminin, Camaïeu se trouvait dans une situation financière catastrophique depuis de nombreuses années. Malheureusement, cette dernière ne s’est pas relevée à l’issue de son redressement judiciaire. Après des années Covid, elle a pâti de ses choix stratégiques discutables. La transformation de nos modes de consommation n’ont certes pas aidé cette marque. Une marque qui a vu le jour en 1984 à Roubaix.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gossip Room (@gossiproomoff)

Placée en liquidation judiciaire ce mercredi 28 septembre par le tribunal de Lille, la marque Camaïeu n’aura pas attendu longtemps pour en voir les conséquences. En effet, ce samedi soir, ce sont, au total, 2.600 personnes qui ont reçu une lettre de licenciement.

Camaïeu baisse le rideau définitivement

Tout comme la marque Naf Naf, ou les chaussures André. En effet, la pandémie de COVID-19 et ses confinements à répétition ont eu raison de l’enseigne Camaïeu. La rude concurrence dont elle a fait les frais n’a pas n’a plus aidé.

Alors qu’en 2016, Camaïeu avait déjà 1 milliard d’euros de dettes. Et, dès la fin du mois de mai 2020, riche de ses 634 magasins en France et de ses 3 900 salariés, la marque avait été placée en redressement judiciaire.

C’est à la même date que l’homme d’affaires bordelais, Michel Ohayon, et son groupe « Financière Immobilière Bordelaise«  (qui compte également GAP, Go Sport, La Grande récré et 22 magasins affiliés des Galeries Lafayette) a repris l’entreprise.

Mais l’entrée en scène de Michel Ohayon, 104ᵉ fortune de France selon le magazine Challenges, n’est pas plus convaincante. « Il aurait fallu investir dans l’outil logistique. Et il aurait surtout fallu investir dans les collections. Avant tout, le but de camaïeu c’est de vendre des produits. Cela a été négligé. On a voulu faire une belle campagne de pub, un beau paquet-cadeau mais le cadeau à l’intérieur n’était pas en phase avec ce que les clientes attendaient« , a confié sur France Bleu Laurent Gunst, représentant de l’U.P.A.E., Syndicat autonome majoritaire au sein de l’enseigne, dont le siège social se trouve à Roubaix, dans le Nord.

En juin 2021, Camaïeu a pris de plein fouet une cyberattaque qui lui a fait perdre 45 millions d’euros. Ne voulant et ne pouvant pas payer tous les loyers des magasins restés fermés pendant les confinements, Camaïeu la cour de cassation a sommé l’enseigne de s’acquitter de ces loyers le 30 juin dernier. Et, le 1er août dernier, elle a été placée en cessation de paiements par le tribunal de commerce de Lille.

Braderie de dernière minute

Selon les colonnes du Parisien, depuis la reprise de Camaïeu, en 2020, par Michel Ohayon, ce dernier a, à plusieurs reprises, demandé de l’aide à l’État et Bercy pour venir au secours de la marque. « On lui a déjà prêté plein d’argentOn ne peut pas dire que l’État n’a pas accompagné Camaïeu…« , a confié avec agacement un haut fonctionnaire du ministère de l’Économie, pour justifier le refus du gouvernement. En effet, l’homme d’affaire, qui a plaidé sa cause trois jours avant la décision du tribunal, a essuyé un refus de l’État.

Pour soutenir l’entreprise pendant la pandémie de Covid-19, l’enseigne a reçu au total  20 millions d’euros de subventions directes. Mais également un effacement de 20 millions d’euros de dette fiscale et sociale par l’État.

Un refus également alimenté par le manque « d’épaisseur et de crédibilité » du business plan proposé in extremis, a commenté un conseiller du cabinet du ministre de l’Industrie Roland Lescure, dans les colonnes du Parisien qui cite un autre fonctionnaire ayant suivi le dossier de la reprise de l’enseigne en 2020 : « À l’époque, Michel Ohayon a dit ‘Je finance tout’, sans expliquer grand-chose. Et le tribunal lui a donné Camaïeu. On ne va pas refaire l’histoire, mais ce n’était probablement pas la meilleure décision ».

Le couperet final est tombé mercredi 28 septembre. Le tribunal de commerce de Lille a décidé la liquidation judiciaire de l’enseigne de prêt-à-porter Camaïeu. Plus de 500 magasins Camaïeu fermeront définitivement leurs portes. Les clients se pressent donc pour profiter cette braderie de dernière minute.