Maison squattée à Marseille : la locataire Nadia a fait un choix, Cyril Hanouna furieux

Depuis quelques jours maintenant, l’affaire du squat à Marseille fait la une des médias. D’ailleurs, Cyril Hanouna a reçu Nadia récemment.

Source : Capture C8

Si vous avez regardé « Touche Pas À Mon Poste » le 29 septembre 2022, vous avez sûrement pu voir le passage de Nadia. Cyril Hanouna a, en effet, réuni celle-ci avec les propriétaires de la maison où elle vit. Pour en savoir plus, lisez l’article jusqu’au bout.

Une affaire qui a bouleversé sa vie

Pour ceux qui l’ignorent, Nadia occupe illégalement une maison à Marseille. Lors de son passage dans « Touche Pas À Mon Poste », cette femme avait fait part de son calvaire. Elle a ainsi raconté ce qu’elle vit depuis que l’affaire a été rendue public.

En effet, Nadia reçoit de nombreuses menaces depuis quelque temps. Une situation qui la « perturbe », selon ses dires. À cause de ces menaces, d’après elle, sa fille ne vit plus dans cette maison depuis cinq ans.

Un problème qui inquiète notamment l’avocat de Nadia. Face à Cyril Hanouna, Me. Hervé Seroussi avait pris la défense de sa cliente en disant :

« La souffrance des uns n’empêche pas la souffrance des autres. »

L’avocat est tout à fait conscient que les propriétaires font face à une injustice. Toutefois, cela ne veut pas dire que « de l’autre côté, il n’y en a pas en cours non plus ». Nadia ne peut pas encore répondre en ce moment. Son avocat rassure alors qu’ils vont tout faire pour que cette affaire se finisse bien. Et ce, une bonne fois pour toutes.

Nadia a pris une décision

Pendant son passage dans « TPMP », l’avocat de Nadia a également rassuré que celle-ci va payer les dettes aux propriétaires. Nadia avait également assuré de son côté qu’elle quittera le domicile. Et ce, surtout après les menaces qu’elle a reçues. Des nouvelles qui semblent rassurantes, mais que Pierre et Maryse doutent fort.

Pour cause, la locataire « n’ouvre pas », selon eux. Quand on lui envoie des lettres recommandées, Nadia ne les lit pas. Le syndic est aussi venu chez elle pour qu’elle paye l’eau, mais celle-ci ne l’a pas fait non plus.

Pierre et Maryse ont aussi des raisons de ne pas être rassurés puisqu’il est interdit d’expulser quelqu’un d’une maison. Et ce, à partir du 1er novembre 2022. Ainsi, ils devraient normalement attendre que l’hiver soit fini avant d’investir à nouveau leur maison.

« La locataire a la possibilité de demander au juge de l’exécution un délai supplémentaire pour trouver un nouveau logement », précise l’avocat en droit immobilier, Me Romain Rossi-Landi.

Maintenant, il ne suffit plus d’attendre la décision du juge. S’il donne raison aux propriétaires ou bien si le gain de cause revient à Nadia, dans ce cas-là, Pierre et Maryse doivent attendre 5 mois avant que leur locataire ne parte de la maison.

Par ailleurs, la production de « TPMP » veut notamment aider Nadia à quitter le plus vite possible le logement. Cela n’a pas manqué de faire réagir les internautes. Ces derniers ont, en effet, critiqué Cyril Hanouna.

« Cyril à force de faire du sensationnalisme pour une cause dont il n’a même pas approfondi les tenants et aboutissants, il en devient ridicule », peut-on lire.

Des commentaires qui risquent de mettre en colère Cyril Hanouna.

Les responsables veulent prendre des mesures

En France, le cas des locataires mauvais payeurs est très fréquent. C’est d’ailleurs pour cette raison que Patrick Vignal, le député de l’Hérault, veut en prendre des mesures. Celui-ci souhaite en effet que les locataires qui ne payent pas leur loyer devraient également se voir punis comme les squatteurs.

Notons que le 20 octobre 2022, l’élu Renaissance proposera une loi qui vise à expulser dès la fin du bail les locataires mauvais payeurs.

« Ma proposition de loi ne vise pas seulement à encadrer, mais aussi à rajouter de l’humain dans ces affaires sensibles », précise Patrick Vignal.

Ce dernier trouve en plus que les lois en France « manque de souplesse et d’adaptabilité ». Des propos que les propriétaires ne peuvent pas nier. Et ce, vu que de nos jours, une personne peut vivre illégalement dans un logement sans qu’elle se voie virer de la maison.

Le locataire ne peut notamment pas être condamné pour cette raison, et ne quittera pas le domicile que si elle en trouve un autre. À noter que la loi voudrait d’abord punir « l’auteur de l’infraction ».

Cela permettra de « favoriser son insertion/réinsertion », comme le précise l’article 130-1 du Code pénal. L’article 132-1 du Code pénal précise toutefois que la peine du locataire dépend « sa situation matérielle, famille et sociale ».