Prime inflation 2022 : voici pourquoi vous n’avez pas bénéficié des 100€ promis

La prime inflation promise par le gouvernement pour lutter contre la hausse des prix a été versée… mais à certains Français seulement.

Source : IStock

La prime inflation tant attendue s’est enfin retrouvée sur le compte en banque de certains Français. Cette prime, le gouvernement en parle depuis plusieurs semaines. Le Sénat l’a validé début août, de quoi permettre un versement dès le mois de septembre, comme annoncé par Bruno le Maire. Mais la réalité est un peu différente. Si le versement commence le 15 septembre, il ne concerne pas tout le monde. Comme d’autres aides avant elle, la prime inflation va être versée progressivement. On vous donne les dates clés pour ne pas paniquer.

La prime inflation : c’est quoi ?

La prime inflation, également appelée prime exceptionnelle de rentrée, est un versement proposé par le gouvernement à des millions de Français. Son but ? Les aider à faire leurs courses alors que les prix ne cessent d’augmenter du fait de l’inflation. 

Qui va recevoir cette prime ? Tous les bénéficiaires de la prime d’activité, ainsi que ceux qui sont concernés par les minima sociaux. Cette décision a été prise à la suite d’un compromis trouvé entre les députés et les sénateurs le 3 août dernier en commission mixte paritaire. Pour Bruno Le Maire, c’est la décision la plus juste. « Il était injuste de priver des millions de Français« .

Cette aide est d’un montant de 100 euros. Mais certains foyers vont toucher plus puisqu’il faut ajouter à ces 100 euros 50 euros par enfant. L’enveloppe totale de la prime est de 1.1 milliard d’euros. Son but est simple : aider les Français en ces temps de crise. Le gouvernement se fait néanmoins positif. Alors que certains économistes prévoyaient le pic de l’inflation pour 2023, il aurait déjà été atteint. L’inflation devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année, avant de se réduire.

L’année dernière, 38 millions de Français avaient perçu la première version de cette prime qui a donc été reconduite cette année. Ce sont cette fois-ci 10.8 millions de foyers qui sont concernés et qui vont la recevoir automatiquement. En effet, aucune démarche ne doit être effectuée pour la toucher.

Quand la prime inflation est-elle versée ?

Bruno Le Maire a annoncé début août que cette prime serait versée courant septembre. Finalement, c’est la date du 15 septembre qui a été choisie. Mais la réalité est un peu différente. En effet, le 15 septembre, tout le monde ne touche pas cette prime. Seuls les bénéficiaires de minimas sociaux et les étudiants boursiers ont reçu le versement. Pour les autres, il va falloir attendre un peu. En effet, le deuxième versement a été fait le 27 septembre dernier. Cette fois-ci, ce sont les bénéficiaires de la prime forfaitaire mensuelle ou de l’allocation de solidarité spécifique qui étaient concernés. Le prochain versement n’a pas de date précise mais se fera à la mi-octobre. Ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans et qui perçoivent l’allocation de solidarité aux personnes âgées qui sont cette fois-ci concernées.

Enfin, pour finir, les bénéficiaires de la prime d’activité vont recevoir cette prime exceptionnelle de rentrée à la mi-novembre. Le montant est différent pour ces derniers puisqu’il n’est pas de 100 euros, mais de 28 euros. Il faut ajouter 14 euros par enfant à charge. 

Pas de panique donc si vous n’avez pas encore reçu la prime inflation, vous n’êtes tout simplement pas encore concerné par le calendrier de versement. Ou alors, vous n’êtes pas concerné tout court par le versement de cette prime. Si vous avez l’impression d’être oublié, rendez-vous sur le site du gouvernement.

Les autres aides de l’État pour lutter contre l’inflation 

Le Sénat a adopté en première lecture le second volet des mesures en soutien au pouvoir d’achat. Les discussions ont été longues, et c’est finalement à 4 heures du matin que les mesures ont été adoptées. Quelles sont les aides ou les ajustements proposés par le gouvernement qui attend les citoyens ?

On peut parler de la revalorisation de 4% des prestations sociales, des minima sociaux et des retraites. Ce coup de pouce a été validé par le Sénat. Sur l’année 2022, les pensions de retraite bénéficient d’une augmentation de 5.1 % (car déjà indexées sur l’inflation en janvier). Quant au RSA, il passe de 575 euros à 598.

Du côté des logements, l’augmentation des APL de 3.5 % a également été votée. L’augmentation des loyers est de son côté plafonné à 3.5 % pendant un an, à partir du 15 octobre prochain. Ce bouclier pour les loyers n’est pas le seul qui se mette en place puisque nous pouvons aussi parler du bouclier tarifaire sur l’énergie. En septembre, la ristourne à la pompe est passée à 30 centimes (au lieu de 18 aujourd’hui). En novembre / décembre, elle sera de 10 centimes.

Les Français inquiets par la crise

L’inflation a pour conséquence une hausse des prix pour tout le monde. Aucune différence n’est faite entre les riches et les pauvres, toute la population est concernée. Mais les seconds sont logiquement plus touchés par l’inflation. Elle a plus d’impact sur eux que sur les plus riches, qui peuvent s’en sortir.

Au premier trimestre, alors que les médias parlaient énormément de l’inflation, deux familles sur trois s’étaient préparées à perdre en pouvoir d’achat dans les mois à venir. Les familles les plus touchées sont les familles monoparentales. C’est logique puisqu’elles n’ont qu’un seul salaire. 78% d’entre elles ont indiqué avoir constaté une baisse drastique de leur niveau de vie. Ce constat est également fait par les ouvriers. Trois sur quatre, plus précisément.