Pensions de retraite : l’UFC-Que Choisir fait le point sur les revalorisations

Pour soutenir les anciens salariés, des pensions de retraite ont fait l’objet d’une revalorisation. Prochainement, d’autres vont suivre.

Source : iStock

En cette période de hausse de prix, les retraités sont à la peine. Leur pouvoir d’achat connaît une perte palpable. Pour couronner le tout, ils ne peuvent ni espérer ni négocier d’augmentation de salaire. Et ce, alors que le rythme annuel de la hausse de prix est de l’ordre de 6 %. Cela étant, le gouvernement, au cours des dernières semaines, a décidé de revaloriser les pensions de retraite. Ces revalorisations viennent d’entrer concrètement en vigueur et d’autres vont suivre d’ici à la fin de l’année selon UFC-Que Choisir.

Une revalorisation pour les anciens salariés

Le gouvernement a décidé d’une revalorisation exceptionnelle de 4 % à compter du 1er juillet dernier. C’est dans le cadre de la loi portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat. Une revalorisation portant sur les pensions de retraite de base des anciens salariés.

Cela inclut les ex-salariés dans le secteur privé, agricole et régimes sociaux ou fonctionnaires, indépendants ou professions libérales. Sauf, bien sûr, les avocats. Cette revalorisation intervient alors qu’en janvier 2022, une autre de 1,1 % est survenue.

Cependant, cette revalorisation exceptionnelle n’est pas entrée en vigueur dans l’immédiat. En effet, les dates de versement des pensions de retraite varient selon les régimes de retraite. Par exemple, la hausse de la pension de base versée aux ex-salariés a pris effet le 9 septembre dernier seulement.

Et ce, avec intégration de la revalorisation de 4 % pour la pension du mois de juillet, versée en août. À noter que c’est le régime général qui l’a versée.

Une revalorisation prévue en janvier 2023

Pour les pensions des fonctionnaires de l’État, la hausse prendra effet lors du versement des pensions de ce 29 septembre. De même pour celles des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers. Et ce, non avec les 4 % de revalorisation.

En effet, ceux-ci doivent s’appliquer rétroactivement sur les pensions des mois de juillet et d’août le 28 octobre prochain. À noter que les fonctionnaires de l’État sont affiliés au service de retraite de l’État. Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers à la caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales.

Le 7 octobre prochain aura lieu le versement des pensions de septembre à la mutualité sociale agricole. Les 4 % dus pour les pensions de juillet des salariés agricoles y seront intégrés. À noter que cette revalorisation de 4 % concerne également les pensions de réversion.

Ces dernières profitent aux conjoints (ou ex-conjoints) survivants et différents régimes de base les versent sous conditions. Par ailleurs, une revalorisation de ces mêmes pensions de base pourrait survenir à partir de janvier.

C’est l’avant-projet de loi sur le financement de la sécurité sociale qui la prévoit. On parle d’une revalorisation de 0,8 %, mais on attend encore l’adoption de cette mesure. En effet, ce n’est encore pour l’instant qu’un projet.

Une revalorisation selon le poids de la retraite de base

Cette revalorisation est un coup de pouce. Toutefois, les seniors ne vont pas en bénéficier de la même façon. En fait, tout dépend du poids de la retraite de base dans la pension globale perçue. Celle-ci comporte également les retraites complémentaires.

De ce fait, le pouvoir d’achat est maintenu en fonction de l’importance de cette retraite globale. Ainsi, les fonctionnaires sont gagnants. C’est ce qu’en tout cas souligne la fondatrice de Sapiendo, Valérie Batigne. À noter que Sapiendo est un cabinet privé d’expertise en retraite.

Le régime additionnel

Le régime additionnel de la fonction publique verse une pension minoritaire. Cela étant, celle des fonctionnaires s’articule donc autour d’une retraite de base. Il en va de même pour les ex-salariés percevant des petites pensions de retraite.

En revanche, pour les salariés cadres, cela se passe différemment. En effet, pour ces derniers, la revalorisation réelle est de l’ordre de 2 %. Et ce, dès lors que leur retraite complémentaire (hors revalorisation) représente plus de 50 % de la pension globale perçue.

Pour rappel, le régime général a versé en 2021 la somme de 755 euros. C’était pour le compte du montant moyen mensuel de la pension de base. Soit 858 euros pour les hommes et 674 euros pour les femmes. Cela étant, la revalorisation de 4 % se chiffre à 30,20 euros par mois.

En outre, la revalorisation est de 23 euros par mois pour certains professionnels libéraux, dont les médecins. Pour ceux-ci, la pension de base ne représente que 24 % de leur retraite globale en moyenne. C’est la caisse autonome de retraite des médecins de France qui a fourni ces données.

Les partenaires sociaux vont se positionner

Du côté des retraites complémentaires, ce sont les conseils d’administration de ces régimes qui décident des revalorisations. Ce n’est pas un texte de loi comme pour d’autres. En application d’un accord datant de mai 2019, les partenaires sociaux vont ainsi se positionner le 6 octobre prochain.

Ils vont décider de la hausse à appliquer à partir des pensions de novembre. C’est-à-dire le 2 novembre 2022. À noter que cette revalorisation concernera également les pensions de réversion. À noter également que lesdits partenaires sociaux gèrent l’Agirc-Arrco. L’Agirc-Arrco est le plus grand de ces régimes complémentaires et comporte actuellement 13 millions d’allocataires.

Pensions de retraite : les attentes

Jusqu’ici, la fédération Agirc-Arrco se retient de communiquer des chiffres à propos de cette hausse. Cela étant, il est certains administrateurs de ce régime qui ont fait part de leur avis. Michel Beaugas par exemple « souhaite aller au maximum de ce que permet l’accord de 2019 ».

Concrètement, cela sous-entend une revalorisation à hauteur de 4,9 %. Cela étant, le conseil d’administration de l’institution a entre les mains 0,5 %, plus ou moins. La revalorisation pourrait donc finalement atteindre plus de 5 %.

À noter que Michel Beaugas est le secrétaire confédéral de Force ouvrière. Du Côté des retraités, on s’attend à une hausse supérieure aux 4 % accordés sur la pension de retraite de base. Ils s’attendent même à ce qu’elle soit supérieure à 4,9 % qu’a envisagé l’Agirc-Arrco.

Cela étant, elle devrait toutefois être inférieure à la progression des prix hors tabac chiffrée à 5,3 % en glissement annuel.