Départ à la retraite : ces erreurs qu’il faut à tout prix éviter

Partir à la retraite est bien souvent un grand pas dans la vie. Mais même si l’on pense avoir tout prévu, certaines erreurs ne pardonnent pas.

Source : IStock

Le système en France fait que la plupart du temps un travailleur se rend au travail tous les jours, en attendant avec impatience la retraite. Ainsi, quand cette dernière approche enfin, tout se prévoit à l’avance. Que ce soit la façon de partir, la date, l’emploi du temps ou même un déménagement. Mais, de nombreux jeunes retraités ont fini par se rendre compte que ce qu’ils considéraient comme leur retraite idéale ne leur convenait en réalité pas. Ainsi, de nombreuses personnes ayant des regrets se sont confiés et ont ainsi donné des conseils pour que les prochains ne fassent pas les mêmes erreurs qu’eux. On vous explique tout ici. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Da Fine (@kseizeart)

La retraite, une nouvelle page 

Si de nombreuses personnes semblent attendre la retraite de pied ferme presque autant la redoute. En effet, c’est un nouveau chapitre d’une vie qui se prépare. Ou toutes les habitudes acquises se voient radicalement modifiées. Ce nouveau moment offre bien plus de temps, et parfois trop. Certains voient l’occasion de se rapprocher de leurs proches, d’autres d’accomplir des rêves. Ainsi, chacun vit cette étape différemment

En tout cas, pour tous, la retraite doit rester un moment qui se prépare longtemps à l’avance. En effet, il faut choisir le moment idéal pour partir afin de bénéficier d’une meilleure pension. Il faut aussi choisir si quitter la maison dans laquelle ils ont toujours vécu leur apportera plus de bonheur que d’y rester. Tout cela nécessite beaucoup de préparation et de temps. Nos confrères de Planet ont ainsi pu interroger une retraitée d’une soixantaine d’année. Cette dernière était enseignante et semble désormais beaucoup s’ennuyer.

Ainsi, le conseil qu’elle paraît donner, reste de bien prévoir des activités, des choses à faire pour la retraite. Sinon, on peut vite finir par tourner en rond. Elle conseille aussi de continuer à rester actif, elle semble beaucoup regretter d’avoir tout arrêter du jour au lendemain

Trop de choses à faire à la retraite

Une autre retraitée a donné un point de vue bien différent de l’ancienne enseignante. En effet, elle déclare avoir bien trop de choses à faire. Alors que nos confrères de Planet l’interroge, elle déclare ne pas réussir à faire tout ce qu’elle avait pourtant prévu. Elle paraissait avoir bien prévu de continuer à faire des activités, comme l’ancienne enseignante paraissait recommandé. Mais Lise, elle, n’arrive pas à suivre le rythme.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Anne-laure S. (@mmekokote)

Elle déclare que “J’avais à peine pris ma retraite que je m’étais déjà inscrite à un cours de marche et à un club de bridge. Ensuite je me suis portée bénévole auprès d’une association qui vient en aide aux animaux”. 

Le quotidien de Lise

Ainsi, elle paraissait avoir tout prévu, qu’elle avait peur de l’ennui de la retraite. Mais finalement cela parait rester tout le contraire. Elle déclare que “ finalement, j’étais encore plus fatiguée qu’avant de prendre ma retraite”. Aussi, elle regrette de n’avoir le temps “ne rien faire » : « J’aurais dû prendre ce temps pour moi, les premières semaines, de rester chez moi, de prendre le temps d’avoir le temps”. 

Désormais, Lise profite de sa retraite. Elle paraît avoir arrêté plusieurs activités afin de mieux se concentrer sur deux ou trois autres. Elle déclare donc “Quand j’ai envie de marcher, je mets mes chaussures et je pars quand je veux. Pareil pour le bridge, je joue avec des amies une à deux fois par mois”. Ainsi, elle paraît bien avoir trouvé le juste milieu entre activité et repos. Mais cela ne semble pas le cas de tout le monde. 

Alain, baby-sitter

Si Lise a trouvé le juste équilibre dans sa retraite, cela ne semble pas le cas d’Alain. Ce dernier à cesser de travailler il y a de cela deux ans. Et même si lui aussi a trouvé de l’activité, il semble devoir trouver sa place dans sa famille qui, elle, ne reste pas à la retraite. Ainsi, il reste divorcé depuis déjà plusieurs années, et souhaitait passer du temps avec ses petits-enfants. Mais il paraît regretter ce choix très vite. 

Pourtant, Alain adore ses petits-enfants et souhaite réellement passer du temps avec eux. Mais déjà, le retraité vit à une heure de train d’eux. Pour les débuts, cela ne paraissait pas poser un problème puisque Alain ne reste pas réticent pour prendre le train. Mais rapidement, les choses changent. Il déclare que “Les mercredis avec mes petits-enfants m’ont épuisé plus que ce que je pensais. Je ne me rendais plus compte de l’énergie qu’il faut pour passer la journée avec des enfants !”. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Julie Raconta (@julieraconta)

Une solution simple

Mais, il a tout de même fallu quelque temps avec que le retraité admette la situation et en parle avec son fils. Il déclare que “Je commençais à redouter le mercredi, parce que parfois j’avais simplement envie de rester chez moi ou de voir des amis, pas de faire 2 heures de train et passer la journée à faire la police”. En plus que comme les parents de ses petits enfants travaillaient, il fallait qu’il se rende dès 8 heures à la maison. Ainsi, avec le train, le réveil sonnait dès 6 heures. 

Ainsi, la situation pour Alain a eu une solution. Il peut profiter de sa famille, mais aussi de sa retraite. Il explique que “Au bout de quelques mois, j’ai dit stop parce que je ne passais pas des moments de qualité avec eux, je ne les supportais plus en fin de journée”. Ainsi, les parents ont engagé quelqu’un pour s’occuper des enfants le mercredi, et le papi profite de ses petits enfants les week-ends en compagnie des parents aussi. 

Un déménagement compliqué

Marie est une autre femme à la retraite. Ici, il ne semble pas question d’activité ou de petits enfants, mais bien de maison. En effet, quand elle a arrêté de travailler, elle a décidé de partir s’installer dans sa maison de vacances. Il faut savoir que marie a toujours vécu vers Paris. Et avec son mari, ils ont acheté une maison en Loire-Atlantique, un cadre bien différent. Mais la pauvre femme a perdu son mari il y a une dizaine d’années de cela. Mais la maison qu’elle avait achetée avec lui, restait justement destiné pour les vacances en famille et la retraite. Ainsi, elle a conservé ce souhait, même sans son mari

Ainsi, après avoir arrêté de travailler, elle a décidé d’aller dans cette maison de vacances, pour profiter de sa retraite. “La maison était terminée et aménagée, mais je m’y suis vite sentie seule”. Elle confie que “Mes enfants et petits-enfants étaient à plusieurs centaines de kilomètres, ils venaient dès que possible, sur de longs week-ends, mais pas assez pour que je profite vraiment d’eux”. Et même si elle connaissait quelques personnes là-bas, ses amies semblaient bien loin. “Elles venaient de temps en temps, mais ça représente beaucoup de kilomètres en voiture et ça reste assez cher de le faire en train”. 

Un compromis

Ainsi, Marie a passé trois ans ainsi. Mais rapidement, elle fait face à la réalité, c’est une maison idéale pour les vacances, mais pas pour sa retraite. Ainsi, elle loue en plus un appartement et explique que “Je fais plusieurs allers-retours dans l’année, en passant une grosse partie de l’hiver près de mes enfants”. “Je ne regrette pas de m’être lancée toute seule, mais je regrette de ne pas avoir préparé un peu plus mon arrivée. Je ne pensais pas que je me sentirais aussi seule”.