Augmentation des retraites : cette hausse prévue en janvier

L’État anticipe une hausse des retraites. Cette augmentation s’inscrit dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Source : IStock

Dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale, le gouvernement entend revaloriser les retraites en janvier 2023. À quel montant vous attendre ? Quels régimes sont concernés ? Découvrez tous les détails dans cet article.

Une hausse prévue en janvier 2023

À en croire les informations du quotidien Les Échos, ce serait une augmentation à hauteur de 0,8 %. Ceci tient évidemment compte de l’évolution de l’inflation.

Les prix à la consommation ont augmenté de 5,9 %

Les prix à la consommation ont augmenté de 5,9 % sur un an en août. C’est ce que révèlent les derniers chiffres de l’Insee. En effet, le gouvernement a mis en œuvre une revalorisation des pensions de retraite du régime général.

C’était dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat. Une revalorisation qui ne concernait que les pensions de retraite et les pensions d’invalidité du régime général de base. Mais aussi l’ex-minimum vieillesse que l’on appelle allocation de solidarité aux personnes âgées et la pension de réversion.

À noter que cette revalorisation s’est ajoutée à la hausse de 1,1 % de janvier 2022. Cela étant, il y a une autre revalorisation en prévision pour janvier 2023. Il faut aussi rappeler qu’au 1er novembre, l’Agirc-Arrco doit rehausser la complémentaire des ex-salariés du privé.

4 % à 5 % pour les retraites complémentaires

L’Agirc-Arrco est l’organisme paritaire chargé de la gestion de la retraite complémentaire du secteur privé. Pour mettre en œuvre cette augmentation, l’organisme doit tenir compte du salaire moyen par tête. De l’inflation et de la soutenabilité financière du régime de retraite également.

Cela dit, la valeur du point de retraite de l’Agirc-Arrco devrait connaître une forte revalorisation. Entre 4 % et 5 % selon les informations du site MoneyVox, si l’on considère les éléments statistiques déjà à disposition.

Le Parisien, de son côté, parle d’une hausse dans l’intervalle 4,9 % et 5,2 % au 1er novembre 2022. Cependant, plusieurs syndicats ont fait savoir à MoneyVox qu’il faut encore aller plus loin. En effet, selon eux, ce ne serait que logique vu l’augmentation des prix à la consommation.

Reste à voir ce que l’Agirc-Arrco décidera lors de son conseil d’administration qui se tiendra d’ici quelques jours. Soit le 6 octobre prochain.

Les dates de versement de la pension de retraite

Le 9 août dernier, la revalorisation des retraites aurait dû prendre effet. Cette date correspond au versement de la pension de retraite du mois de juillet. Cependant, le gouvernement a dû décaler la date de cette revalorisation.

En effet, elle sera finalement perceptible à compter du versement de la pension d’août. Autrement dit, le 9 septembre 2022. Il est toutefois une chose à clarifier. Cette date ne concerne pas tous les retraités. De ce fait, voici le calendrier à garder en tête :

  • Le 1er septembre 2022 : perception des pensions de ceux affiliés à la Carsat Alsace-Moselle ;
  • Le 9 septembre 2022 : perception des pensions de ceux affiliés à la Cnav et à la MSA ;
  • Le 28 septembre 2022 : perception des pensions des retraités de la fonction publique de l’État ;
  • Le 29 septembre 2022 : perception des pensions des retraités de la fonction publique territoriale et hospitalière.

Une augmentation des retraites pour qui ?

Le gouvernement a annoncé cette augmentation des pensions dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat. Elle s’adresse à tous les retraités dont les anciens du secteur privé ou, par exemple, les fonctionnaires.

Selon le site gouvernemental du Service Public, cette revalorisation s’applique aux pensions des retraités du secteur privé et de la fonction publique. Mais également des régimes spéciaux et des indépendants. Cela étant, elle ne concerne pas l’intégralité de la pension.

En effet, cette revalorisation, en fonction de l’inflation, concerne uniquement la pension de retraite de base et la pension de réversion. Mais aussi l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ainsi que l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI). Une chose à se rappeler aussi est que le montant de l’augmentation dépend de chaque pension.

Des différences selon les régimes

Selon une estimation du ministre du Travail, Olivier Dussopt, le gain est de 45 euros par mois. Ceci pour une pension à 1200 euros, et ce, en tenant compte d’une inflation à 4 %. Cela pourrait même faire 48 euros. Cependant, à en croire le cabinet Sapiendo, il y a des différences selon les régimes.

Considérons que la revalorisation de 4 % ne s’applique que sur la pension de base et non sur les complémentaires. Le gain sur le pouvoir d’achat sera donc plus ou moins proche des 4 %. Cela dépend de l’importance de la part de la retraite de base dans la pension totale du sénior.

« Et sur ce point, tous les régimes ne sont pas égaux », explique la fondatrice et présidente, Valérie Batigne, dans un communiqué.

Pour un ex-salarié cadre, sur la pension de retraite, l’impact global de l’augmentation des retraites de 4 % est à 2 %. C’est selon les estimations de Sapiendo. Pour un fonctionnaire par contre, l’impact est de +3,9 %.

Hausse des retraites des anciens fonctionnaires

Au 1er juillet 2022, les anciens agents de la fonction publique vont bénéficier de la hausse de la pension. Somme toute, la pension de retraite de base constitue la majorité de la pension totale. Cela étant, pour ces agents de la fonction publique, la revalorisation devrait être plus profitable. Plus que pour les ex-salariés du secteur privé.

Leur versement aura lieu à la fin du mois, comme dit plus haut. C’est à la date du 1er novembre 2022 que correspond l’augmentation des retraites complémentaires. Une augmentation faite par l’intermédiaire de la valeur du point retraite Agirc-Arrco, anciennement deux caisses séparées Arrco et Agirc.

Pour rappel, il n’y a pas eu de hausse en 2015 et 2016. En novembre 2018, il y a eu une augmentation. On a augmenté le point au 1er novembre 2019 de 1 % pour s’établir à 1,271 4 euros. Le montant est resté le même un an plus tard, c’est-à-dire au 1er novembre 2020.

Au 1er novembre 2021, le point est passé à 1,284  euros en augmentant de 1 %. Ce sont les partenaires sociaux qui gèrent les retraites complémentaires du secteur privé. Ce qui les exclut donc de la hausse du 1er juillet 2022.