Voici les aides très utiles pour payer ses factures et rénover son logement, selon l’UFC-Que Choisir

Avec l’inflation, le prix de l'énergie a atteint un pic. Voici les diverses aides de l’État qui peuvent soulager le paiement des factures.

Source : iStock

Les tarifs du gaz et de l’électricité en France ont connu une forte hausse. Au mois d’août dernier, le prix du mégawattheure a atteint 1 000 euros. Pourtant, il y a un an, cela ne coûtait que 85 euros. Face à une telle augmentation, les consommateurs vont devoir penser à diminuer leurs consommations énergétiques. D’un autre côté, les aides du gouvernement vont apporter un coup de pouce pour régler les frais des dépenses énergétiques.

Le chèque énergie

L’impact de la hausse des prix de l’énergie se fait sentir dans tous les niveaux de revenu. Elle est encore plus pesante chez les foyers qui ont une faible ressource. D’autant plus que les dépenses de logement sont élevées dans leur panier de consommation. Le gouvernement a déployé le chèque énergie exceptionnel pour leur venir en aide.

Le montant de ce chèque énergie exceptionnelle va de 100 à 200 euros. Le versement se fera d’ici à la fin de l’année pour les 40 % des ménages les plus précaires. Cette intervention s’ajoute au chèque énergie mise en place depuis 2018. Les bénéficiaires peuvent s’en servir pour régler leurs factures d’électricité, de fioul, de gaz ou autres sources d’énergie.

L’année dernière, près de 5,8 millions de ménages ont reçu un chèque énergie nominatif. Le montant était entre 48 et 277 euros. Pour le chèque énergétique exceptionnel, il faut se rendre sur le site du ministère de la Transition énergétique. Le simulateur permet de vérifier si le particulier peut bénéficier de cette aide.

L’attribution de cette aide ne requiert aucune démarche de la part du bénéficiaire. L’administration fiscale a pour rôle d’établir la liste des bénéficiaires. Ensuite, elle la transmettra à l’agence de services et de paiement responsable des chèques énergie. Une fois la liste reçue, l’agence se chargera d’envoyer le chèque au domicile des particuliers.

Les aides pour le paiement des factures d’énergie

Les foyers qui font face à des difficultés dans le paiement de facture d’énergie doivent en discuter avec leur fournisseur. Les contacter devrait être le premier réflexe pour essayer de trouver une solution. La mise en place d’un échéancier de paiement pourrait être un terrain d’entente.

Si la facture reste impayée après la date qu’ils ont consentie, le fournisseur enverra plusieurs courriers d’avertissement. Si le non-paiement de la facture persiste, le fournisseur pourra suspendre la fourniture d’énergie. Cela est valable sauf durant la trêve hivernale entre le premier novembre et le 31 mars.

Durant cette période, le fournisseur n’aura pas le droit de retirer la fourniture d’énergie. À la place, il aura l’autorisation de réduire la puissance de l’électricité. Si l’étalement du paiement ne suffit pas pour régler le problème, il faudra contacter les services sociaux. Le particulier pourra saisir le Fonds de solidarité pour le logement (FSL).

Les aides pour le paiement des factures d’énergie
Source : iStock

Cela peut se faire seul ou avec l’aide d’une assistante sociale d’un centre communal d’action sociale. Le FSL accorde des aides financières aux Français dans le besoin pour payer les dépenses liées à leur logement. L’attribution du FSL dépend des ressources et diffère selon les départements.

Il est aussi possible de contacter la Caisse d’allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole. L’allocataire pourra demander s’il peut bénéficier d’aides pour payer ses factures d’énergie. Un retraité peut faire de même en consultant sa caisse de retraite.

Les aides pour la rénovation énergétique

Le gouvernement français a aussi établi quelques dispositifs pour apporter des aides pour ceux qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation énergétique. La prime de rénovation nommée MaPrimeRénov’ en fait partie. Tous les propriétaires et les copropriétaires peuvent bénéficier de cette aide.

Celui qui veut en bénéficier doit faire une demande en ligne avant de commencer les travaux. La prime se verse à la fin des travaux d’amélioration. Le montant de cette prime dépend des revenus du foyer et des économies d’énergie que les travaux de rénovation vont apporter.

Prenons exemple le cas d’un foyer aux ressources précaire qui bénéficie du dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité. Si l’amélioration permet un gain énergétique de 35 %, l’aide financière peut couvrir jusqu’à 35 ou 50 % HT des dépenses.

Les ménages aux revenus intermédiaires et supérieurs peuvent bénéficier du forfait rénovation globale. Celui qui engage des travaux de rénovation énergétique peut aussi profiter d’un bonus supplémentaire de 1 500 euros. Et ce, dans le cas où l’amélioration permet au logement de sortir de la catégorie thermique (étiquette F ou G).

Il faut savoir qu’en plus des aides MaPrimeRénov’, le bénéficiaire peut aussi toucher l’aide des fournisseurs d’énergie. Cette subvention est le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE). Avec certificats, les fournisseurs d’énergie peuvent verser des aides aux particuliers ou entreprises qui s’engagent dans une rénovation énergétique.

Ils se baseront sur les travaux et l’efficacité énergétique de l’amélioration pour définir la somme de la subvention.

Autres aides à la rénovation énergétique

Certaines banques peuvent proposer l’éco-prêt à taux zéro aux éligibles du dispositif MaPrimRénov’. Il s’agit d’un prêt sans intérêt pour financer le reste des travaux de rénovation énergétique. Le bénéficiaire peut toucher un prêt entre 7 000 et 50 000 euros selon les travaux à effectuer.

Les conditions d’attribution de l’éco-prêt à taux zéro ne prennent pas en compte les sources de revenus. Pour faciliter les projets d’amélioration énergétique aux consommateurs, l’État a ouvert le service public France Rénov’. Depuis janvier 2022, le dispositif se charge aussi de donner des conseils gratuits aux ménages pour leurs projets.

France Rénov’ permet aux particuliers d’estimer le montant d’aides auxquelles ils pourraient avoir droit. Ces derniers peuvent contacter gratuitement le 0 808 800 700 pour joindre des conseillers. Par ailleurs, le gouvernement a aussi annoncé la reconduction du bouclier tarifaire.

Selon l’Insee, le dispositif a permis de réduire à moitié l’effet de l’inflation chez les ménages et les entreprises. Pour rappel, le bouclier tarifaire avait pour objectif d’éviter l’augmentation du prix de l’énergie. Une protection qui faisait partie des mesures pour aussi préserver le pouvoir d’achat des Français.

Le bouclier tarifaire devait aussi arriver à l’échéance le 31 décembre 2022. Le 14 septembre dernier, l’État a annoncé qu’il allait se prolonger en 2023. Si la hausse est actuellement plafonnée à 4 %, elle se limitera aussi à 15 % l’année prochaine.