Faites très attention à cette arnaque Snapchat qui promet de faire sauter vos PV

Certains comptes Snapchat prétendent pouvoir faire sauter les PV. méfiez-vous de cette arnaque qui se répand de plus en plus sur le réseau social.

Source : iStock

De nombreuses arnaques de différents types fleurissent de plus en plus sur le territoire français. Carte bancaire, compte personnel de formation, carte Vitale, phishing… Cette fois-ci, l’arnaque se déroule sur Snapchat. En effet, certains malfaiteurs ont trouvé le moyen de soutirer cinquante euros à des personnes insouciantes. En effet, par le biais de Snapchat, il existerait une méthode pour faire disparaître les PV. Toutefois, comme vous l’aurez bien compris, cela constitue une arnaque. Une arnaque par laquelle le détenteur du compte Snapchat prétend pouvoir faire sauter les PV pour seulement 50 euros. On vous dit tout ! 

La nouvelle arnaque sur Snapchat 

Depuis quelques mois, certains comptes sur les réseaux sociaux, donc Snapchat, ont enregistré plusieurs arnaques. En effet, il semblerait que le compte prétend pouvoir faire sauter l’amende ou la perte de points pour un montant minime. Leur astuce ? L’arnaqueur désigne alors, à votre place, une personne possédant un permis de conduire étranger pour assumer les frais et devenir l’auteur des infractions. Cette technique représente une véritable arnaque qui fait de nombreuses victimes. Un avocat spécialisé dans le droit routier, M. Etienne Lejeune, a expliqué : « Des conducteurs, qui se sont laissés tenter par cette combine, se retrouvent aujourd’hui convoqués devant la justice pour dénonciation calomnieuse et fournitures de faux renseignements », explique M. Etienne Lejeune. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jacques Parraud (@jack.paper)

La procédure reste simple. Après avoir envoyé l’avis de contravention et payé un montant minime, le « prestataire » s’occupe de tout. Il n’y a donc plus d’amende à payer, et surtout aucune perte de points. En contrepartie, l’automobiliste se doit de verser la moitié du prix de la contravention au prestataire, soit en général 45 €. « De toute évidence, l’offre est alléchante pour certains conducteurs verbalisés pour de petites infractions de vitesse. (…) J’ai eu l’occasion de voir ce genre d’annonce, et très honnêtement, c’est hyper bien fait. Vous avez un beau flyer avec de jolies voitures, il y a une vraie com’… », explique M. Etienne Lejeune, à nos confrères 20 Minutes. Cet avocat se retrouve à défendre plusieurs victimes de cette arnaque.

« La même identité utilisée plus de 14.000 fois »

Les conducteurs, après avoir fait la démarche auprès du prestataire, pensent donc se retrouver débarrassé de l’amende. Toutefois, quelques mois après, ils ont reçu une convocation ! « Certaines personnes, des clients que je défends aujourd’hui, ont reçu des convocations devant le tribunal de police, dans lesquelles ils étaient accusés d’usurpation d’identité, avec menaces de poursuites pour dénonciation calomnieuse et fournitures de faux renseignements », déclare l’avocat spécialisé dans le droit routier. 

« Sur l’un des courriers, il était même indiqué que l’identité communiquée à l’administration pour contester le PV avait été utilisée plus de 14.000 fois ! Car l’astuce consistait en fait pour le « prestataire » à désigner comme auteur des infractions, à votre place, une personne titulaire d’un permis de conduire étranger, qui ne peut pas être verbalisée sur le territoire français. Sauf que le suivi des contestations des PV sans interception est centralisé au Centre national de traitement de Rennes. Qui, évidemment a commencé à tiquer quand il a reçu plusieurs centaines de désignations au nom du même individu ! », continue M. Etienne Lejeune.

Une arnaque qui coûte cher aux victimes

La convocation, pour faits graves, coûte très cher aux victimes de l’arnaque. En effet, non seulement ils se retrouvent à devoir verser les 45 euros au prestataire mais également un montant bien plus lourd auprès de la justice. « Je défends actuellement un chauffeur-routier de Béthune (Pas-de-Calais) qui risque également de perdre son travail », ajoute l’avocat. Cet avocat a déjà eu affaire à une dizaine de clients dans le même cas. Des personnes qui ont eux aussi fait l’objet d’une arnaque similaire. Et, il ne se trouve pas le seul avocat en France à faire face à ces victimes. Il faut donc croire que cette arnaque se propage donc à une vitesse excessive. 

Il semblerait que quatre personnes aient déjà reçu une convocation au tribunal de Nîmes pour ceci. En effet, ils risquent 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Et ce, pour complicité de faux et usage de faux. Ainsi que pour l’excès de vitesse, objet de l’avis de contravention initial. Une conséquence difficile à admettre.