Budget 2023 : voici ce qui vous attend avec le projet de loi de finances

Lundi 26 septembre 2022, le gouvernement présentera le budget 2023. Découvrez tous les détails concernant ce sujet dans cet article.

Source : Istock

Que ce soit le bouclier tarifaire ou encore l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu, tout est évoqué dans le budget 2023. La devise pour l’année prochaine est de protéger les Français contre l’inflation.

Le calendrier budgétaire

Les feuilles commencent à tomber, ce qui veut dire qu’on est déjà en automne. C’est notamment durant cette période que le gouvernement présente le budget de l’État pour l’année suivante. C’est ce qu’on appelle aussi le projet de la loi.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, le projet de la loi est un document qui a pour but de regrouper toutes les dépenses et les recettes de l’année à venir, au regard de la politique du gouvernement. Le budget 2023 sera annoncé le 26 septembre 2022 lors du Conseil des ministres.

La Première ministre le présentera également pendant une interview sur BFMTV, le même jour. Bien évidemment, l’inflation est le point le plus important dans le budget 2023. Le gouvernement doit protéger les familles françaises de la hausse des prix tout en gardant le déficit public.

Toutefois, la Banque de France craint déjà des risques de récession. Et cela, au vu de l’intervention du budget dans un contexte de croissance plus faible qu’anticipé. En effet, celle-ci ne devrait pas dépasser 1 % l’année suivante. Par ailleurs, il y a certaines dates qu’on ne doit pas oublier.

Le 3 octobre 2022 marque, par exemple, l’ouverture de la session parlementaire à l’Assemblée Nationale. Puis, le début des discussions au sujet du projet de la loi 2023 est prévu pour le 10 octobre 2022. Comme l’a précisé l’article 47 de la Constitution, les parlementaires ont 70 jours pour statuer.

Le bouclier tarifaire

À cause du contexte actuel, nous faisons face à une hausse de prix de l’énergie. Et cela, depuis un bon moment déjà. Un problème que le gouvernement n’a pas oublié d’évoquer dans le budget 2023.

Si le bouclier tarifaire est déjà en place depuis quelque temps, on pourra aussi toujours l’appliquer l’année prochaine, mais de façon plus allégée. Que ce soit « les ménages, les copropriétés, les logements sociaux », tous pourront en effet se servir du bouclier tarifaire. Les petites entreprises et les plus petites communes en bénéficieront également.

Grâce à ce dernier, l’évolution du prix de gaz sera limitée à plus de 15 % en janvier 2023. De même pour l’électricité, dont le prix est limité à plus de 15 % en février 2023. Ainsi, les familles qui se chauffent à l’aide d’un gaz doivent payer 25 euros par mois. Ceux qui utilisent l’électricité versent 20 euros par mois.

Le coût de cette mesure s’élève à 16 milliards d’euros. On a aussi mis en place le chèque énergie exceptionnel. Cela devrait être versé auprès de 12 millions de foyers à la fin de l’année 2022. Elle est comprise entre 100 et 200 euros.

Une aide financière pour les familles utilisant le fioul est déjà aussi en route. Le gouvernement veut aussi offrir un « chèque transport » aux familles modestes. Et ce, pour qu’ils puissent payer le train à 50 euros, comme l’a précisé Le Parisien.

Quant au pouvoir d’achat, il y aura une revalorisation des bourses sur critères sociaux. Afin de faire avancer un peu plus vite les rénovations des chantiers globales, le budget pour Ma Prime Rénov’ sera reconduit. L’objectif est aussi d’aider les plus modestes à moderniser leurs passoires thermiques.

Bouclier tarifaire
Source : Capture Twitter

Qu’en est-il des impôts dans le budget 2023 ?

Le gouvernement n’a pas du tout l’intention d’augmenter le prix de la fiscalité. Pour le budget 2023, il y aura une indexation du barème de l’impôt sur le revenu en fonction de la hausse des prix à la consommation.

Cela signifie donc que ceux qui ont eu une augmentation de salaire en raison de l’inflation ne passeront pas dans la tranche supérieure d’imposition. Et ce, vu la hausse des prix. Le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, a notamment révélé que cette indexation évoquée dans le budget 2023 s’élève à 6,2 milliards d’euros.

Par ailleurs, les impôts locaux n’ont pas non plus été négligés. À noter que chaque année, les bases cadastrales sont revalorisées suivant l’inflation. Ainsi, vu la persistance des hausses de prix ces derniers temps en France, les bases locatives pourraient donc être revalorisées. Comme l’a indiqué Le Parisien, cette revalorisation sera de 3,5 %.

Pour éviter les dépenses, le gouvernement a décidé d’étaler en 2 ans la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises. Cela permet d’économiser 4 milliards d’euros en 2023. Quant au sujet de la taxe sur les superprofits, il ne fait pas du tout l’unanimité.

Si la Première ministre dit « ne pas fermer la porte » pour cela, Bruno Le Maire a dit :

« Je ne sais pas ce qu’est un superprofit »