Impôt sur le revenu : attention, le prélèvement arrive bientôt !

Les contribuables risquent de devoir s’acquitter d’un solde d’impôt sur le revenu, et la date des prélèvements arrive à grands pas…

Source : IStock

L’impôt sur le revenu fait l’objet, depuis 2019, d’un prélèvement à la source. Et ce, via l’application d’un taux ou alors le prélèvement d’acomptes. Tous les ans, les foyers fiscaux du pays se doivent de continuer à effectuer une déclaration de revenus. Ce document rend ainsi possible de déterminer le montant total de l’impôt sur le revenu de l’année fiscale. En se servant essentiellement de l’application du barème progressif de l’impôt sur le revenu. Compte tenu de ce que le contribuable a réglé avec le prélèvement à la source, l’administration fiscale définit si le contribuable conserve un solde d’impôt sur le revenu en septembre. En effet, les contribuables risquent de devoir verser un solde d’impôt sur le revenu dans les prochains jours. On vous dit tout ! 

Le barème de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement a fait savoir qu’il comptait procéder à l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu sur l’augmentation des prix à la consommation dans le cadre du projet de loi de finances. Et ce, dans le but d’éviter les effets de plafond. Ainsi, les contribuables qui ont pu profiter d’une augmentation de salaire, en raison de l’inflation, ne basculeront pas dans la tranche d’imposition supérieure. L’inflation ne sera pas comptabilisée en raison de l’importante hausse des prix et les salaires qui ont dû suivre. Le coût de cette indexation se chiffre à 6,2 milliards d’euros, a indiqué le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal. « Ce seront 6,2 milliards d’euros rendus aux Français », a-t-il donc déclaré au micro de nos confrères CNews. 

Il a donc ajouté : « Une personne seule qui travaille au SMIC, si on ne faisait pas ça, elle rentrerait dans l’impôt, alors qu’elle ne le paye pas aujourd’hui, et elle paierait à peu près 130 euros ». À vrai dire, l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu ne constitue pas une nouveauté, loin de là. Chaque année, le barème fait l’objet d’un ajustement en fonction de l’évolution des prix dans le PLF. Le gouvernement français a dû se résigner une seule fois à y renoncer, en 2012 et 2013. En effet, sous les mandats de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Next Wave Capital (@nextwavecapital)

Le fonctionnement du barème de l’impôt

Le barème de l’impôt sur le revenu se décline en cinq branches de revenus. Pour objectif de calculer le montant de l’impôt brut. Chaque branche de revenu correspond également à un pourcentage d’imposition. Tous les ans, ce barème fait l’objet d’une mise à jour ou d’une revalorisation. Et cette année, il a dû, plus que jamais, tenir compte de l’inflation fulgurante qui hante les Français. Pour donner quelques exemples, si un contribuable renseigne que son revenu représente jusqu’à 10 225 €, alors il n’aura pas de taux d’imposition.

De l’autre côté de la balance, on peut retrouver un revenu imposable au-delà de 160 337 € avec un pourcentage d’imposition de 45 %. Les taux d’imposition restent applicables pour une part de quotient familial, pour les revenus générés au cours de l’année 2021.

Les dates à retenir 

Quand le printemps approche, tous les ans, les contribuables se retrouvent à devoir déclarer leurs revenus. En effet, cela permet au fisc de pouvoir calculer le montant total de la solde de l’impôt sur le revenu. Et ce, selon l’année précédente, l’année d’imposition. Il faut donc retenir quelques dates pour être sûr de ne rien oublier quant aux déclarations et versements. Le jeudi 7 avril de cette année, la campagne déclarative a fait l’objet d’un lancement, préparant les objectifs à venir. 

Entre le 29 juillet et le 31 août, si vous bénéficiez d’un remboursement d’impôt sur le revenu, vous recevrez votre avis d’imposition. Toutefois, sinon, entre le 25 juillet et le 5 août, vous recevrez un papier indiquant qu’aucun montant d’impôt sur le revenu ne reste à payer. Enfin, entre le 29 juillet et le 5 août, vous allez pouvoir réceptionner votre avis d’imposition. Et ce, si vous vous trouvez redevable d’un solde d’impôt sur le revenu en septembre 2022. 

Comment calculer son impôt sur le revenu ? 

Il existe trois étapes nécessaires avant de pouvoir calculer son impôt sur le revenu. La première étape consiste à diviser le revenu imposable par le nombre de parts de quotient familial auquel vous avez droit. Jusque-là, il n’y a rien de bien compliqué. Ensuite, il faut appliquer à chaque tranche le pourcentage d’imposition qui se trouve dans le barème. Enfin, il ne vous reste plus qu’à additionner les impositions et multiplier le total par le nombre de parts du début.

Pour mieux comprendre, il suffit de prendre l’exemple d’un célibataire sans enfants à charge. S’il a perçu un revenu net imposable de 35 000, le calcul est le suivant.  Il faut diviser par le nombre de parts (35 000 / 1 = 35 000). Ensuite il faut appliquer le pourcentage se trouvant dans le barème de l’impôt sur le revenu (Jusqu’à 10 225 € : 0 € ; De 10 226 € à 26 070 € : (26 070 – 10 226) x 11 % = 15 844 x 11 % = 1 742,84 € ; De 26 071 à 35 000 € : (35 000 € – 26 071) x 30 % = 8 9289 × 30 % = 2 678,7 €).

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Acm Dph (@acm.dm)

Puis il ne reste plus qu’à additionner les impositions et les multiplier par le nombre de parts. Dans ce cas de figure, il faut ajouter 0 € + 1 742,84 € +2 678,7 €. Pour ensuite les multiplier x 1 = 4 421,54 €. Le montant total de son impôt brut est de 4 421,54 €. 

Qui peut bénéficier d’un remboursement en 2022 ? 

L’administration fiscale peut, dans certains cas, procéder au remboursement de l’impôt sur le revenu. Or, pour cela, il faut remplir certaines conditions sans faille. Le plus souvent, dans le cas d’un remboursement, le contribuable reçoit un virement à la fin du mois de juillet. Et donc, avant l’envoi des avis d’imposition. Les deux conditions à remplir résident dans le fait que vous avez bénéficié d’une avance de crédit d’impôt en janvier 2022. Par ailleurs, vos prélèvements à la source vous ont permis de dépasser le montant total de l’impôt sur le revenu. Dont vous serrez redevable pour l’année 2021. Dans ces cas de figure, l’administration fiscale rectifie la situation en versant le trop-perçu. Et ce, au cours de l’année fiscale, via le prélèvement à la source. 

Seul l’avis d’imposition, transmis au mois de juillet, a une quelconque valeur dans ce domaine. En effet, même si vous avez rempli votre déclaration de revenus en ligne, ainsi que votre ASDIR (avis de situation déclarative de l’impôt sur le revenu). L’ASDIR indique bien que vous pourrez devenir bénéficiaire d’un remboursement. Toutefois, il vous faudra encore attendre la validation finale de l’administration fiscale pour avoir la garantie de ce remboursement.