Delphine Jubillar : de nouvelles analyses révèlent que son téléphone n’a jamais quitté le domicile !

Il y a du nouveau sur l’affaire Delphine Jubillar ! Comme quoi, le téléphone de la jeune infirmière n’aurait jamais quitté le domicile.

Source : Capture Facebook

Disparue voilà près de 2 ans, Delphine Jubillar ne donne toujours aucun signe de vie. Pendant ce temps, les enquêteurs ne se tournent pas les pouces. Par ailleurs, récemment, des analyses approfondies du réseau téléphonique semblent favoriser une hypothèse. Le cellulaire de la disparue du Tarn serait resté dans le domicile. On fait le point.

La version de Cédric Jubillar

Pour rappel, Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. C’est Cédric, son mari, qui a signalé la disparition de l’infirmière de 33 ans auprès des autorités.

Selon les déclarations de l’homme, qui est actuellement en détention provisoire, ce soir-là, sa femme aurait promené leurs chiens. Avant de sortir de la maison, elle aurait pris soin d’emporter son téléphone. Ce fut la dernière fois qu’il l’aurait vue.

Autant dire que les enquêteurs ne l’ont pas cru sur parole. Si bien que le père de famille est vite devenu le suspect numéro 1 de l’affaire. En effet, plus le dossier avançait, plus la version de Cédric Jubillar présentait des incohérences.

La dernière en date concerne le téléphone de Delphine Jubillar. Si Cédric a toujours affirmé que son épouse était sortie avec son cellulaire, les récentes analyses disent le contraire. Selon elles, le téléphone de l’infirmière serait resté dans le domicile.

Le téléphone de Delphine Jubillar

Pour rappel, Cédric Jubillar est censé avoir un procès vendredi 23 septembre 2022. Ce sera une occasion pour percer un peu plus le mystère de la disparition de Delphine Jubillar. Parce que, pour l’heure, Cédric demeure présumé innocent.

Parmi les pistes exploitées, il y a la téléphonie du couple. Si l’appareil du principal suspect a fait l’objet d’analyse minutieuse, celui de sa femme n’a jamais été retrouvé. Cela dit, depuis le début des enquêtes, les experts ont établi que l’appareil a borné dans un rayon de 2 km la nuit de la disparition.

Dans le cadre d’une récente enquête, les gendarmes spécialisés en cybercriminalité ont tenté d’affiner ce périmètre. Ce sont alors 3 experts informatiques qui s’y sont collés. Par ailleurs, leur rapport est disponible depuis le 9 septembre dernier.

Comme quoi, ces 3 experts s’accordent à dire que le téléphone de la présumée victime n’aurait pas quitté une zone couvrant uniquement les abords du domicile du couple Jubillar. Ce qui réduit considérablement la zone de recherche.

Toujours est-il que cette nouvelle information dément le récit de Cédric Jubillar. Rappelez-vous, ce dernier a toujours soutenu que sa femme avait quitté la maison, pour promener les chiens, avec son téléphone.

C’est par ailleurs pour cette raison que les enquêteurs sont allés jusqu’à fouiller le cimetière de Cagnac-les-Mines. En effet, ce dernier se trouve à près de 2 km du domicile de Delphine Jubillar.

Le téléphone n’a jamais été éteint

Quoi qu’il en soit, les analyses aboutissent sur le fait que le téléphone n’a jamais quitté le domicile des Jubillar. Les experts informatiques insistent néanmoins sur le fait que l’architecture du réseau a évolué depuis 2020.

En outre, les analyses ont également pu déterminer les activités du téléphone. Ainsi, entre 22 h 26 et 7 h 48 est resté allumé et n’a jamais été hors couverture réseau. Durant cette période, l’appareil n’a jamais été mis en mode avion.

De plus, l’absence d’« événement réseau » prouve que l’appareil est resté immobile. Notons que cela n’est pas en contradiction avec ce que les enquêteurs savaient déjà. Notamment le fait que le téléphone a été activé ou s’est activé plusieurs fois.

Pour rappel, à 00 h 09 le smartphone s’est connecté à WhatsApp, à la caméra à 1 h 33 et à l’interface à 00 h 07, 1 h 34 et 6 h 52. C’est cette dernière activation qui intéresse particulièrement les magistrats. La raison ?

À cette heure-là, soit le 16 décembre 2020, les gendarmes étaient déjà au domicile avec Cédric Jubillar. Ce dernier aurait-il caché le téléphone de sa femme ? Était-ce encore lui qui avait éteint le téléphone à 7 h 48 lorsque les gendarmes sont sortis ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le mystère reste encore entier. Et nous le disons encore une fois, jusqu’à la proclamation d’un jugement, Cédric Jubillar reste présumé innocent.

L’amant de Delphine Jubillar a parlé…

Rappelons qu’avant de disparaître, durant tout l’été 2020, Delphine Jubillar voyait un autre homme. Une liaison que Cédric aurait finie par découvrir et suivie d’une demande de divorce. Depuis, les tensions étaient palpables entre les parents de 2 enfants.

« À partir du mois de juillet, je n’ai pas observé de moments apaisés (…) Il fait tout pour lui rendre la vie infernale », témoigne Anne, la meilleure amie de l’infirmière.

De son côté, l’amant de Delphine Jubillar se souvient de « nombreuses disputes ». Jaloux et voulant reconquérir sa femme, le plaquiste aurait même tenté de géolocaliser la mère de ses enfants.

« Ça a créé une énorme dispute entre eux », révèle l’amant de Delphine Jubillar.

Aujourd’hui encore, les enquêteurs ne savent pas si la disparue est vivante ou morte. En tout cas, les enquêtes se poursuivent.