Allergique à l’eau et à ses propres larmes, cette adolescente raconte son enfer quotidien !

Une jeune adolescente de 14 ans, Sadie Tessmer, habitant Buffalo dans le Missouri aux USA, a été diagnostiquée d'une maladie rare appelée urticaire aquagénique. Il s’agit d’un cas d’allergie à l’eau extrêmement rare.

Source : iStock

L’urticaire aquagénique est une forme rare d’urticaire. Il s’agit un type d’urticaire qui provoque l’apparition d’une éruption cutanée après avoir été en contact avec de l’eau. Elle génère des démangeaisons et des brûlures. L’urticaire aquagénique est considéré comme une allergie à l’eau, surtout chez les adolescentes.

 

Cette forme rare d’urticaire touche principalement les jeunes femmes. En effet, voici l’histoire d’une jeune adolescente de 14 ans, a qui l’on a posé le diagnostic de cette maladie rare.

L’eau, l’ennemie d’une adolescente

C’est l’histoire d’une jeune fille de 14 ans, Sadie Tessmer, qui habite à Buffalo dans le Missouri (USA) et qui vit un véritable calvaire au quotidien.

Cette adolescente, allergique à l’eau, dit qu’elle ne peut pas se mouiller sans que sa peau éclate en urticaire rouge et douloureux qui donne l’impression d’être « aspergée d’essence et incendiée ».

« Parfois, j’ai l’impression que quelqu’un un vers de l’essence sur mon corps et me met le feu et ça me démange », a ainsi déclaré Sadie Tessmer.

Sadie Tessmer, a commencé à souffrir d’urticaire aquagénique à la fin de l’année dernière lorsque sa peau est devenue rouge et douloureuse après les douches.

Elle qui a toujours aimé nager, pagayer à la plage et même transpirer pendant les entraînements de football…. Mais cette allergie a mis fin à tout.

Les larmes la blessent

L’adolescente avoue qu’elle n’est même plus capable de pleurer sans que les éruptions rouges la couvrent et la démangent. « J’ai toujours une réaction lorsque je me douche ou que je me lave les mains. Ou même lorsque je pleure ou que je transpire », a déclaré Tessmer dans les colonnes de l’Independent.

Et l’adolescente d’ajouter : « La douche me fait tellement mal que je commence à pleurer et ça aggrave la situation parce que je suis allergique à mes propres larmes, ce qui me stresse. »

Moins d’une personne sur 230 millions

Terrorisée par un éventuel choc anaphylactique, la jeune adolescente avoue rarement se laver le visage. « J’essaie d’éviter d’avoir de l’eau sur mon visage ou mon cou parce que je ne veux pas faire de choc anaphylactique. J’ai des EpiPen (piqure anti-allergique), mais c’est terrifiant ».

Son allergie a commencé au milieu de l’année 2021. Et, il lui a fallu près d’un an pour obtenir un diagnostic définitif. Elle avoue aujourd’hui que cela « ne semble pas réel » que quelqu’un puisse être allergique à l’eau.

Profondément marquée, cet urticaire aquagénique a impacté très difficilement sa santé mentale et sa relation avec ses amis.

« J’étais inquiète des choses que je pourrais faire dans ma vie. Des choses comme ma carrière et même mes études », a déclaré l’adolescente. Et d’ajouter « J‘ai été assez déprimé pendant quelques mois à cause de cela, et je suis vraiment contrariée quand les gens me demandent si je veux aller à la plage. Je n’arrête pas de penser que ma vie est finie. Je voulais rentrer dans l’armée pour toute ma vie… Et j’ai découvert que je ne pouvais plus faire ça parce que je ne pouvais plus faire d’exercice, ce qui était dévastateur ».

Aujourd’hui, Sadie est toujours capable de boire de l’eau, mais elle doit le faire avec une paille. En effet, si elle touche ses lèvres, comme lorsqu’elle boit au verre ou à la bouteille, sa peau éclate en une éruption cutanée douloureuse.

Cette maladie est extrêmement rare, avec seulement environ 100 personnes dans le monde. Ainsi, moins d’une personne sur 230 millions serait touchée dans le monde. Il n’y a pas de remède, et les spécialistes préviennent que les poussées peuvent être mortelles si elles deviennent trop graves.

La jeune fille risque donc sa vie à chaque fois qu’elle entre en contact avec de l’eau.