Voici les astuces infaillibles et simples pour reconnaître une voiture radar privée !

Quatre nouveaux véhicules banalisés flashent de manière invisible dans de nombreux départements. Voici comment les repérer.

Source : Istock

Vous conduisez derrière un véhicule qui affiche un étrange petit rectangle noir à l’arrière, ralentissez ! Il s’agit sans doute d’un des nombreux nouveaux radars privés qui apparaissent petit à petit sur toutes les routes de France. Déjà implantés dans quelques régions, les radars privés devraient se déployer sur l’ensemble du territoire français avant la fin de l’année. On compte au total près de 400 véhicules qui se feront flasher de manière invisible sur tout le territoire. Et, à en croire le site auto-moto.com, de tout nouveaux modèles de véhicules banalisés circulent à présent sur les routes, prêts à flasher ! Alors, afin d’éviter de perdre des points de permis de conduire, il vaut mieux tenir compte des limitations de vitesse… Ou donc, repérer les véhicules équipés de radars à l’avance. On vous explique tout ici ! 

Comment fonctionne la voiture radar ?

Le propriétaire et conducteur de ces véhicules banalisés se contente de suivre un itinéraire établi au préalable en fonction des instructions de son GPS. Le système automatisé installé à l’arrière de la voiture se charge de signaler par des clignotements. Et ce, en signalant tout déplacement, tout dépassement ou tout passage d’une autre voiture.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by LCI (@lciofficiel)

Toutefois, il faut savoir que cet appareil peut vérifier la vitesse des voitures qui circulent dans les deux directions. De ce fait, aucun contrôle à l’arrêt ne peut avoir lieu. Et ce, puisque cette opération ne peut se faire que par des policiers ou des agents assermentés.

Peut-on reconnaître une voiture radar privée ?

Étant donné que les véhicules banalisés comportent des radars de nouvelle génération, il devient bien plus difficile de les détecter ! Heureusement, il y a certains indicateurs qui pourraient vous permettre de les repérer à distance. Si vous observez bien, vous pourrez apercevoir un carré noir sur la plage arrière accompagné de deux petites caméras. De nuit, un détecteur rouge apparaîtra et donc se distinguera par les petites LED rouges voyantes à distance.

À l’heure actuelle, les modèles les plus courants sur les routes du pays sont les suivants. Les Citroën Berlingo, les Dacia Sandero, les Ford Focus. Ainsi que les Peugeot 208, 308, 508 et Partner, les Renault Megane, les Seat Leon. Et enfin, les Skoda Octavia, les Volkswagen Passat et Golf. Toutefois, selon auto-moto.com, la liste vient de se prolonger avec quatre modèles. En effet, il y aurait également les Volkswagen Golf 7, les Passat 8, les Ford Focus 4 SW et les Peugeot 308 SW phase II.

Dans le but de vous aider, le site radar-prive.fr répertorie, pour chaque département, les plaques d’immatriculation et les différents modèles de ces véhicules radars. À titre d’exemple, dans le département du Lot, une voiture radar privée circule : un Citroën Berlingo portant le numéro DF-133-YH. Cependant, vous l’aurez bien compris, de nouveaux véhicules sont à prévoir dans les mois à venir. Afin d’éviter de recevoir de mauvaises surprises chez vous et de ne pas risquer de vous mettre en danger, il convient de ne pas presser l’accélérateur et de bien respecter toutes les limitations de vitesse…

La marge de tolérance d’une de ces voitures ? 

Le modèle Gatso Millia, le radar qui équipe les voitures banalisées, a des marges de tolérance plus importantes que les radars tourelle, discriminants ou autonomes. La tolérance retenue se chiffre à 10 km/h lorsque la vitesse enregistrée se situe en dessous de 100 km/h. Et dès que la vitesse dépasse les 100 km/h, la tolérance devient de 10 %. Par exemple, sur une autoroute sur laquelle la limitation de vitesse se situe à 130 km/h, les radars privés acceptent un écart de 13 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée. Veillez donc à ne pas forcer sur la pédale. En effet, un radar peut en dissimuler un autre, dont la marge de tolérance reste plus faible !

Il convient également de noter que ces voitures ont pour mission de circuler sur tous les types de routes : nationales, départementales et autoroutes. De ce fait, vous pouvez croiser ces véhicules de jour comme de nuit. Et ce, sept jours sur sept, même les jours fériés. Il n’y a pas non plus de pause pendant les vacances ! Restez vigilants et surtout, veillez à adopter une bonne conduite.