RSA : voici le montant de la prime inflation tant attendue !

Les bénéficiaires du RSA ont enfin touché la fameuse prime exceptionnelle de rentrée, versée pour lutter contre l'inflation.

Source : Istock

Le mois de septembre est marqué par le versement d’une toute nouvelle prime. On parle ici de la prime exceptionnelle de rentrée, validée par le Sénat pour soutenir les Français dans le besoin. L’époque est historique avec une hausse de l’inflation record. Ce sont des millions de citoyens qui ignorent comment boucler les fins de mois. Cette prime est là pour aider ceux qui sont dans le besoin, qui perçoivent le RSA et les minimas sociaux.

Une prime versée pour soutenir les bénéficiaires du RSA

Début août, au micro de RTL, Bruno Le Maire parle de cette nouvelle prime qui vient tout juste d’être validée par le Sénat. Le Ministre de l’Économie se montre cependant avare en détail concernant son versement, puisqu’il annonce que ce dernier aura lieu « courant septembre ». Mais une date a finalement été donnée : celle du 15 septembre. Il a cependant tenu à rappeler que, pour lui, cette prime doit servir à « financer les courses alimentaires », contrairement à l’allocation de rentrée qui est elle prévue pour les courses scolaires. Mais c’est bien les parents qui décideront comment ils souhaitent dépenser cette prime. Car la rentrée scolaire est généralement synonyme de dépenses, parfois très élevées.

À l’origine, le Sénat voulait que cette prime soit versée à tous les travailleurs modestes. Finalement, ce sont tous les bénéficiaires de la prime d’activité, ainsi que toutes les personnes qui sont concernées par les minimas sociaux qui la toucheront. Cette décision est la conséquence du compromis trouvé entre les députés et les sénateurs le 3 août dernier en commission mixte paritaire. Bruno Le Maire se félicite qu’une telle décision a été prise. « Il était injuste de priver des millions de Français« .

L’enveloppe totale de la prime est de 1.1 milliard d’euros. Chaque personne concernée touchera 100 euros tout ronds. À cette somme s’ajoute 50 euros pour chaque enfant ! Ses fonds ont logiquement été débloqués pour aider les Français en cette période où l’inflation est historiquement en hausse. Et aucune démarche ne doit être faite pour la toucher.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par O’Travail ! (@o_travail)

Le RSA a été revalorisée par le gouvernement 

Le gouvernement en a parlé depuis des semaines. C’est désormais une réalité. Les prestations sociales, les minimas sociaux et les retraites ont été revalorisées de 4 %. Ce coup de pouce a été validé par le Sénat début août. Sur l’année 2022, les pensions de retraite bénéficient d’une augmentation de 5.1 % (car déjà indexées sur l’inflation en janvier). Quant au RSA, il passe de 575 euros à 598. 

Du côté des logements, l’augmentation des APL de 3.5 % a également été votée. L’augmentation des loyers est de son côté plafonné à 3.5 % pendant un an, à partir du 15 octobre prochain. Ce bouclier pour les loyers n’est pas le seul qui se mette en place puisque nous pouvons aussi parler du bouclier tarifaire sur l’énergie. En septembre, la ristourne à la pompe sera de 30 centimes (au lieu de 18 aujourd’hui). En novembre / décembre, elle sera de 10 centimes.

Pouvoir d’achat : la fin d’une taxe ! 

Cette année, les Français qui possèdent une télévision n’auront pas besoin de payer l’habituelle taxe audiovisuelle, d’une valeur de 138 euros. Cette dernière est habituellement payée au même moment que la taxe d’habitation. Mais puisque cette dernière a disparu, Emmanuel Macron considérait que la suppression de la taxe audiovisuelle était l’étape logique. Et il n’a pas chômé. Aussitôt réélu, il a fait valider la suppression de cette taxe. C’est 138 euros d’économies pour les Français.

On se demande cependant comment l’audiovisuel public sera désormais financé après cette énorme perte. Le texte prévoit de lui affecter une « fraction » de la TVA. Le montant serait de 3.7 milliards d’euros. De quoi répondre aux inquiétudes concernant le financement. Aucune hausse d’impôt n’a été prévue.

Même si la fin de la taxe et l’arrivée de la prime de rentrée peuvent satisfaire les Français, la hausse des prix vient leur rappeler que l’inflation est toujours là, et qu’elle augmente. Son pic ne devrait pas être atteint avant 2023, de quoi laisser penser que les prix continueront leur hausse dans les semaines et mois à venir.