Prime exceptionnelle de rentrée : voici la démarche à suivre si vous l’avez pas encore reçue !

Plusieurs millions de foyers ont récemment reçu la prime exceptionnelle de rentrée. Avez-vous reçu votre part ? Sinon, lisez l’article.

Source : Istock

Beaucoup ont attendu le jour du 15 septembre 2022. En effet, c’était le jour où 10,8 millions de foyers devaient percevoir leur prime exceptionnelle de rentrée. En ce jour donc, ces foyers éligibles doivent avoir déjà perçu cette aide. Toutefois, il y en a certains qui ne l’ont pas encore perçu dus à des erreurs ayant pu survenir. Pas d’inquiétude si vous en faites partie. Voici ce que vous devez faire pour la percevoir.

Les services d’aides se sont chargés du versement

La prime exceptionnelle de rentrée est une aide d’un montant de 100 euros. Plus 50 euros pour chaque enfant à charge. Le jour du 15 septembre 2022, les foyers éligibles à cette prime auraient dû la percevoir dans leur compte. Soit 10,8 millions de foyers.

Ce sont les services d’aides (Caf, Pôle Emploi, Caisses des retraites) qui se sont chargés du versement. D’ailleurs, le site gouvernemental du Service Public explique que le versement, pour les personnes éligibles, s’effectue automatiquement. C’est-à-dire sans démarche.

C’est l’organisme dont dépendent les allocations des concernés qui s’en charge. La Caf pour les bénéficiaires du RSA ou l’APL et Pôle Emploi pour les demandeurs d’emploi. 6,8 millions d’allocataires affiliés à la Caf ont reçu l’aide assure-t-elle au média Actu.fr.

Il s’agit d’une aide d’un montant moyen de 133,5 euros. La Caf a même laissé entendre que lors du versement, « aucun couac n’a eu lieu ». Nos confrères d’Actu.fr ont également contacté Pôle Emploi. Ce dernier leur a expliqué que les demandeurs d’emploi auront leur part à partir du 27 septembre.

Et ce, directement sur leur compte bancaire et sans démarche s’ils sont éligibles. Le service d’aide explique par ailleurs qu’une attestation sur l’honneur accompagnera le courrier d’attribution de l’aide socle.

Le demandeur d’emploi aura donc à compléter cette attestation et la renvoyer avec une copie du livret de famille. Ainsi, il pourra recevoir l’aide complémentaire de 50 euros par enfant à charge.

Envoyez un mail

La date de versement de la prime exceptionnelle de rentrée était le jour du 15 septembre 2022. Cela étant, il se peut que certains n’aient pas reçu leur part, jusqu’à ce jour. Si vous en faites partie, envoyez un mail.

« Il ne faut pas hésiter à envoyer un mail au service qui vous concerne », dit la CAF.

Elle explique qu’un mail permet de dater la requête, ce qui n’est pas le cas d’un coup de téléphone. De plus, les mails laissent des traces. Par ailleurs, l’organisme conseille également de vérifier les coordonnées bancaires enregistrées dans les comptes CAF ou autres.

Pôle Emploi souligne de son côté que l’on peut envoyer un recours si l’on n’a rien reçu. L’organisme précise que cela se fera 15 jours après la date de versement. Patientez donc un peu. Si d’ici au 14 octobre, vous n’avez rien reçu, le 15 octobre, vous pourrez envoyer un recours.

Pour cela, il faut d’abord vérifier les conditions d’éligibilité à l’aide exceptionnelle de solidarité sur Pôle-Emploi. Le demandeur d’emploi doit être sûr de remplir les conditions pour recevoir l’aide exceptionnelle de solidarité de Pôle Emploi.

Il pourra alors contacter son conseiller et déposer sa demande au 39 49, par mail ou en agence. On examinera alors sa situation pour voir s’il peut en effet recevoir l’aide.

Les personnes éligibles à la prime exceptionnelle

La CAF rappelle qu’il faut vérifier si l’on est bien éligible à cette prime exceptionnelle de rentrée. Pour cela, voici les dispositifs dont vous devez bénéficier :

  • Revenu de solidarité active (RSA). Sinon, revenu de solidarité outre-mer (RSO)
  • Aide à la vie familiale et sociale des migrants dans leur pays d’origine. Il faut toutefois justifier d’une résidence stable et régulière en France
  • AFIS ou aide financière à l’insertion sociale et professionnelle
  • AAH ou l’allocation aux adultes handicapés
  • Une des aides personnelles au logement : APL, ALF ou ALS
  • ASS ou l’allocation de solidarité spécifique
  • AER ou l’allocation équivalent retraites
  • ASPA ou l’allocation de solidarité aux personnes âgées ou l’allocation spéciale pour les personnes âgées
  • L’allocation simple pour personnes âgées

Les étudiants boursiers ne percevant pas d’APL bénéficient quant à eux d’une aide financière exceptionnelle de 100 euros. 50 euros par enfant s’ajoutent à ces 100 euros versés par le Crous. L’aide concerne également les personnes qui ne touchent que la prime d’activité.

Pour celles-ci, ce sera 28 euros plus 14 euros par enfant à charge. Selon le site gouvernemental du Service Public, le versement aura lieu mi-novembre. Ainsi, patientez un peu si vous êtes dans cette situation.

Prime exceptionnelle de rentrée et ARS

Récemment, plus précisément fin août, près de 3 millions de familles ont touché à l’allocation de rentrée scolaire ou ARS. La Caf verse cette aide chaque année pour aider les familles modestes. Cette année, elle a fait l’objet de revalorisations.

D’abord de 1,8 % puis de 4 % suite aux débats parlementaires sur le projet de loi pouvoir d’achat. Les allocataires de cette aide l’ont reçu de manière automatique. En effet, pour y prétendre, il fallait remplir certaines conditions comme ne pas dépasser des plafonds de ressources.

Les sommes à verser diffèrent selon les tranches d’âge des enfants. Comme quoi, les principaux bénéficiaires de l’aide étaient les écoliers, les collégiens, les lycéens ainsi que les étudiants. Ils devaient tous être inscrits dans un établissement privé ou public.

Cela dit, un enfant instruit au sein de sa propre famille n’a pas eu droit à l’allocation. Inutile donc de rappeler que l’allocation de rentrée scolaire est différente de la prime exceptionnelle de rentrée. La première est une aide que le gouvernement offre aux foyers modestes tous les ans.

La seconde est un tout nouveau coup de pouce qui s’ajoute à la liste des aides déjà existantes. Toutefois, les deux sont cumulables. Cela veut dire que le fait que vous ayez bénéficié de l’ARS ne vous privera pas de la prime exceptionnelle.

Autrement dit, aux 392,05 euros, 413,69 euros ou 428,02 euros que vous avez perçus pour l’ARS s’ajoutera la prime exceptionnelle. Celle-ci qui est, rappelons-le, de 100 euros plus les 50 euros par enfant à charge.