Impôts : ces 5 astuces pour réduire la note en 2023, selon l’UFC-Que Choisir !

Avez-vous payé trop d’impôts sur le revenu en 2022 ? Souhaitez-vous que cela change en 2023 ? On vous révèle comment faire.

Source : Istock

Les impôts sont de véritables casse-têtes. Notamment dans ce contexte économique difficile. En effet, il se peut que cette année, vous ayez payé trop de taxes. Choses que vous souhaitez ne plus vivre en 2023. Voici 5 pistes qui pourraient vous aider.

1. Encaisser des revenus non imposables

La première solution consiste à trouver des sources de revenus non imposables. Généralement, cela se fait en rentabilisant vos heures supplémentaires. Toutefois, cela peut aussi se faire en puisant dans les livrets d’épargne.

Impôts : Monétiser les RTT

Pour réduire sa charge fiscale, il n’y a pas plus facile comme solution. Cette solution offre de nombreuses possibilités. Ainsi, si vous êtes salarié, suivez cette piste. En effet, en faisant des heures supplémentaires, il est possible d’encaisser 7 500 euros de salaire exonérés par an.

C’est possible aussi en monétisant les RTT. Par ailleurs, avec une rémunération inférieure à trois fois le Smic, on peut gagner jusqu’à 3000 euros de primes défiscalisées. L’employeur peut même verser 6000 euros sous conditions.

Les bénéficiaires d’un plan d’épargne entreprise peuvent, eux, débloquer jusqu’à 10 000 euros d’épargne salariale en franchise d’impôt. Si vous en faites partie, vous avez jusqu’à la fin de cette année.

Puiser à loisir dans les livrets d’épargne

Il est également possible de puiser à loisir dans les livrets d’épargne. À savoir, le livret A ou livret de développement durable et solidaire. Vous n’aurez pas à payer d’impôts pour les intérêts récupérés. Et ce, qu’importent leur montant et la date de souscription du livret.

C’est aussi valable même en faisant un retrait sur un compte épargne logement ouvert en 2018. Ou bien en clôturant un plan d’épargne logement ouvert entre 2010 et 2017. À ne pas oublier : les titulaires d’une assurance vie depuis 8 ans peuvent chaque année, récupérer jusqu’à 4 600 euros de gain.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Plan Cash (@plancash_media)

4 600 euros produits par leur contrat en franchise d’impôt. Ce montant peut doubler pour les mariés ou pacsés. On échappe aussi à l’impôt si l’on fait des retraits sur un plan d’épargne en actions (PEA). Notons que ceux qui possèdent un grand logement peuvent en louer (ou sous-louer) une partie (meublée) à un étudiant.

Mais aussi à des touristes de passage. Dans le premier cas, ils ne feront pas l’objet d’impôt. À condition que leurs loyers en 2022 ne dépassent pas 192 euros/m²/an et qu’ils vivent en Île-de-France. Pareillement dans le second cas, si leur recette maximum en 2022 sont de 760 euros.

2. Impôts : Optimiser ses régimes d’imposition

Sur les salaires, le fisc applique, par défaut, une déduction forfaitaire de 10 %. Elle est de 30 % sur les revenus fonciers. Si les frais professionnels ou les charges foncières de 2022 sont au-dessus de ces chiffres, vous pourrez y renoncer.

À la place, vous pourrez opter pour la déduction de leur montant réel. Ainsi, vous pourrez réduire sa base imposable dans des proportions plus importantes. Vous payerez donc moins d’impôts. Vous devrez exercer cette option en 2023 lors du dépôt de la déclaration de revenus 2022.

Il est toutefois important de noter que cette option s’appliquera au minimum pendant trois ans pour les revenus fonciers. Cela dit, le mieux serait de l’exercer seulement lorsque les charges foncières de 2022 dépassent 30 % des loyers. Il en va de même pour celles de 2023 et 2024.

Par ailleurs, il se peut que leur déduction permette de dégager un déficit foncier imputable sur les autres revenus. Dans ce cas, vous devrez continuer à louer pendant 3 ans. Autrement, jusqu’à la fin de l’année 2025 minimum.

Impôts
Source : Pixabay

3. Épargner pour la retraite

Pour les contribuables qui doivent payer trop d’impôts, l’épargne retraite est une solution efficace pour se défiscaliser. Elle consiste à déduire les versements faits chaque année sur un produit de type plan d’épargne retraite des revenus imposables.

On parle de revenus imposables à hauteur de 10 % des revenus professionnels de l’année précédente, voire plus. Cela procure des économies d’impôt proportionnelles aux taux d’imposition. Par ailleurs, on ne soumet pas ces économies au plafonnement des niches fiscales.

Ce mécanisme s’applique uniquement à certaines réductions d’impôts et à certains crédits d’impôt. Si vous avez cotisé à la retraite mutualiste du combattant, on déduira intégralement les versements annuels des revenus imposables. Ils doivent dans ce cas permettre la constitution d’une rente qui donnera lieu à une majoration de l’État.

4. Impôts : Soutenir les proches dans le besoin

Comment cela se fait-il ? Eh bien, en leur versant une pension alimentaire. Ce geste réduira la note à payer au fisc en 2023. Alors, n’hésitez pas à soutenir vos ascendants ou descendants financièrement ! La pension alimentaire versée à un parent sera normalement déductible intégralement des revenus imposables de 2022.

Il en sera de même pour celle versée à un ex-conjoint pour l’entretien des enfants mineurs non comptés à charge. Cela étant, on plafonne la déduction de celle versée à un enfant majeur non rattaché à un foyer. Il s’agit d’un plafond fixé à 6 042 euros pour l’imposition des revenus de 2021.

Soutenir les proches dans le besoin
Source : Pixabay

Vous hébergez sous votre toit une personne, hors de votre ascendance, de plus de 75 ans aux ressources modestes ? Vous pourrez également déduire les frais d’accueil (logement, nourriture) supportés pour son compte.

En effet, il y aura aussi un plafond à respecter de pas plus de 3 592 euros. C’est pour l’imposition des revenus de 2021. Notons que la déduction de frais et de charges de revenus imposables de 2022 dépend de la baisse du taux de prélèvement à la source. Celui qui s’appliquera aux revenus à compter de septembre 2023.

5. Faire des dépenses défiscalisantes

D’ici à la fin de l’année, certaines dépenses ne seront pas déductibles des revenus imposables de 2022. Elles le seront directement des impôts de 2023 sous forme de réductions ou crédits d’impôt. Parmi celles-ci :

  • Les dons aux œuvres ;
  • Les frais de gardes d’enfants ;
  • L’investissement locatif à Pinel ;
  • La souscription au capital d’une PME ;
  • L’installation d’une borne de recharge pour véhicule électrique.

Au total, il y a une vingtaine de dispositifs permettant d’avoir droit à l’un ou l’autre de ces avantages fiscaux. Seulement, vous devez respecter scrupuleusement les contraintes imposées par la loi pour pouvoir en bénéficier.

Le cumul de ces bonus à outrance est aussi à éviter. Sinon, vous risquez le plafonnement des niches fiscales. Mais aussi la perte de la part de ses réductions et ses crédits d’impôt qui excède 10 000 euros.