Fort Boyard : Passe-Partout est en couple avec la belle-mère de Passe-Muraille !

C'est une drôle d'histoire que nous raconte André Bouchet, star de Fort Boyard depuis des années dans le rôle de Passe-Partout.

Source : Capture Facebook

C’est une surprenante anecdote qui a été racontée par André Bouchet, l’acteur qui interprète le rôle de Passe-Partout dans l’émission Fort Boyard. Face à Jordan de Luxe, il fait une révélation qui n’a rien d’actuelle, mais qui ne s’est jamais retrouvée dans les médias. Cela fait douze ans que le comédien est en couple. On ignorait avec qui. Mais désormais, nous savons qu’il partage sa vie avec… la belle-mère de son ami Passe-Muraille. Pour Télé Loisirs, il est revenu en détail sur cette étonnante rencontre.

Passe-Partout revient sur sa rencontre avec Passe-Muraille

Pour expliquer sa rencontre avec sa compagne, André Bouchet commence déjà par parler de sa rencontre avec son ami depuis 20 ans, Anthony Laborde. C’est ce dernier qui souhaite entrer en contact avec celui qui joue Passe-Partout dans Fort Boyard, comme l’explique André Bouchet. « Passe-Muraille voulait me rencontrer. Il est venu à l’association des personnes de petite taille pour rencontrer Passe-Partout et tout de suite le contact s’est bien fait avec Anthony ».

Les deux hommes deviennent amis et, rapidement, Passe-Partout à une idée. Il souhaite que son ami rejoigne l’aventure de Fort Boyard. C’est comme cela que le jeune Anthony Laborde se retrouve sur les écrans de France 2, en jouant le rôle de Passe-Muraille. « Et puis voilà, c’est parti comme ça ». On pourrait penser que Passe-Muraille en doit une à Passe-Partout. Après tout, c’est grâce à lui qu’il a réussi à trouver un travail depuis toutes ces années. Mais ce qu’on ignore, c’est qu’il lui a rendu bien plus que la pareille, il y a déjà de nombreuses années. 

Passe-Partout en couple avec la belle-mère de Passe-Muraille

Passe-Muraille a trouvé un travail qui lui a apporté succès et reconnaissance grâce à Passe-Partout. Mais Passe-Partout a trouvé l’amour de sa vie grâce à Passe-Muraille. C’est le genre d’amitié qu’on rêve tous d’avoir, non ? C’est en tout cas ce qu’il révèle face à Jordan de Luxe, surpris par ses confidences. « Lui, il sort avec la fille. Et moi, je suis avec la maman de la fille (…) C’est familial !« . Cela fait douze ans qu’il est en couple avec la mère de la femme de Passe-Muraille.

Il a accepté de revenir sur leur rencontre, qui n’était pas prévue. « Lui, il était à son appartement, et un jour, je lui dis, tiens, Anthony, je vais passer te voir chez toi. Je passe en voiture et je vois au balcon une jolie blonde. Et je l’appelle et je lui dis, il y a une jolie blonde. Il me fait, ‘bah, c’est la maman de ma femme’. Il me fait, ‘tu veux monter ? Venir prendre un verre ?’ Je dis, ‘bien sûr’. Et voilà« . Une belle histoire qui n’inspire pas grand-chose à Jordan de Luxe, si ce n’est cette phrase : « Tous les quatre, vous devez vous faire des sacrées soirées avec toute la famille ».

Fort Boyard et une polémique autour des tigres

Depuis des années, les associations de défense de la cause animale demande à la production de se passer des tigres. L’activiste Hugo Clément accepte de participer au programme tant qu’il ne se retrouve pas dans une épreuve incluant des animaux. Il profite de son passage pour parler avec la production concernant les tigres, transportés chaque année jusqu’au Fort. Après des années de bataille, la production a décidé de se passer, pour la première fois, des tigres. 2022 marque donc un tournant pour l’émission qui revient chaque été.

Le problème, c’est que les tigres ne sont pas réellement absents. Ils ont été remplacés par des tigres numériques, intégralement créés en images de synthèse. Le but n’est pas de faire du photoréalisme, mais plutôt de créer des animaux qui ne font pas peur aux enfants. 

Un parti pris vivement critiqué sur les réseaux par des internautes qui ne comprennent pas ce choix. Quand ils apprennent que ces tigres ont nécessité quatre mois de travail, ils ne se retiennent pas de moquer des animateurs, sans se douter qu’il s’agit sans doute d’une demande de la production.