Électricité : voici ce que cache la terrible flambée à venir sur votre facture !

Les Français se préparent à l'augmentation de leur facture en électricité. Mais pourquoi cette augmentation ? On vous dit tout.

Source : Istock

Selon l’étude Younited – Opinion Way (Les Français et l’inflation), neuf Français sur dix sont touchés par l’inflation. Cette dernière ne fait pas de distinction entre les riches et les pauvres, tous sont victimes de la hausse des prix. Et seulement 10% des Français ne sont pas impactés par cette hausse. Près de la moitié des sondés indiquent suivre les conseils du gouvernement en optant pour la sobriété énergétique. C’est la seule solution pour faire des économies, et ils savent que cet hiver, le chauffage sera moins élevé. Il faut dire que les annonces font peur, tant les prix semblent s’envoler. Mais pourquoi ? Comment ?

Électricité : le prix du kilowattheure

Les ménages qui ont souscrit à une offre d’électricité qui est indexée sur les prix du marché savent que les hausses des prix peuvent atteindre 111%. Pas de panique, il est possible d’opter gratuitement pour les tarifs réglementés d’EDF. Mais une nouvelle fois, les nouvelles ne semblent pas bonnes. Le bouclier tarifaire du gouvernement va disparaître dès le 1er février 2023. Le plafonnement sera de 15%, soit une hausse moyenne sur la facture de 20 euros par mois pour les personnes qui se chauffent à l’électricité. La hausse des prix est découpée en trois parties : le prix du kilowattheure, le prix de l’abonnement, et enfin, les taxes.

Le prix du kilowattheure représente 36% de la facture globale en électricité. Sur le marché des gros, le mégawattheure a connu une grosse augmentation puisqu’il est passé, en un an de 85 euros à 1000 euros sur le marché de gros. Le tarif bleu d’EDF vend le kWh à un prix unique de 0,1740 euro TTC (prix donné au 1er août 2022). Ce prix change pour les contrats heures creuses / heures pleines. Pour les heures pleines, il est de 0,1841 euro TTC, et pour les heures creuses, il est de 0,1470 euro TTC. La meilleure protection pour le consommateur reste aujourd’hui le tarif réglementé d’EDF.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ICI Alberta (@icialberta)

Électricité : le prix de l’abonnement

Le prix de l’abonnement représente 27% du total final. Le prix varie en fonction de la puissance du compteur : 3, 6, 9, 12… KVa. Le choix de cette puissance est important puisque cela détermine la quantité maximale d’électricité que vous pouvez utiliser simultanément. Le prix de l’abonnement est fixe, peu importe votre consommation. Il correspond tout simplement aux frais liés à l’acheminement de l’électricité.

EDF fait payer l’abonnement en avance. Le prix de l’abonnement a augmenté en 2020 de 15 euros. Par an, il représente 136.12 euros pour un contrat au tarif réglementé avec un compteur 6 kVA. Le contrat heure creuse / heure pleine est plus cher, puisqu’il est de 144.32 euros. Le fournisseur peut faire payer son abonnement plus cher que les prix fixés par l’État (en fonction des frais d’acheminement). Mais une hausse des prix de l’abonnement, compte tenu de la situation économique actuelle, est peu probable.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Carrondo (@carrondo.electricite)

Les taxes

En 2021, les taxes représentent 37% de la facture que doivent payer les consommateurs. Ces taxes sont au nombre de quatre. Ceux qui ont suivi avec attention la campagne présidentielle savent que ces taxes ont été au cœur de nombreux débats. Pour contenir durablement l’envolée des prix, certains candidats proposent d’activer ce levier.

Voici les quatre taxes en détail.

  • La Contribution tarifaire d’acheminement (CTA)

Elle reste perçue sur le prix de l’abonnement et finance le régime de retraite spécifique des agents des industries électriques et gazières. Elle reste touchée par EDF, Enedis, Engie (ex Gaz de France) et GRDF (Gaz réseau distribution France).

  • Les Taxes sur la consommation finale d’électricité (TCFE) 

Ce sont les départements et les communes qui les perçoivent. Le niveau de ces taxes ne semble pas immuable, il dépend des politiques publiques mises en place.

  • La Contribution au service public de l’électricité (CSPE)

En dix ans, cette taxe a augmenté de 12%. A l’origine, elle sert à financer les énergies renouvelables. Mais depuis 2017, elle reste directement reversée au budget du général de l’État. Elle aide donc à financer le chèque énergie… qui vient aider les Français à payer leur dépenses en électricité.

  • La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

La TVA s’applique sur l’abonnement, à hauteur de 5.5% et sur la consommation, ç hauteur de 20%.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Quelstravaux.fr (@quelstravaux.fr)

Les Français sont inquiets

L’avenir fait évidemment peur aux Français, surtout à ceux qui, actuellement, ne peuvent pas boucler les fins de mois. La hausse des prix annoncent des mois très difficiles et les actions prises par le gouvernement ne comptent pas la classe moyenne, également fragilisée, mais qui ne peut pas toucher les aides mises en place.

On le sait, il faudra rationner son électricité cet hiver et éviter de surchauffer son habitation. Elisabeth Borne et Emmanuel Macron l’ont rappelé et ont demandé aux Français de chauffer les habitations à 19 degrés, pas plus. Ce n’est que comme cela que les Français pourront faire des économies, en dépensant moins d’énergie.

Sinon, la facture risque de s’alourdir comme vous avez pu le constater, du fait des taxes, du prix de l’abonnement et du prix du kilowattheure. Évitez de laisser vos objets électroniques allumés, de passer trop de temps sous une douche chaude et évitez de chauffer toute la journée et toute la nuit des pièces dans lesquelles personne ne vit (chambre d’ami, débarras…).