Christophe Willem : ni gay, ni hétéro, ses confidences cash sur sa vie sentimentale !

La vie intime de Christophe Willem a toujours intéressé les fans, peut-être parce que les réponses apportées sont jugées trop floues.

Source : Getty Images

Quand une personne devient célèbre, elle le sait, de nombreuses questions tournent autour d’elle. Christophe Willem devient une personnalité publique en participant à la Nouvelle Star. Puisqu’il s’agit d’un télé-crochet où les candidats sont jugés sur la voix, on pourrait naïvement penser que la sexualité des chanteurs n’a rien à faire dans l’histoire. Ce serait oublier que les téléspectateurs sont curieux. Et quand une personne sort des normes, ils veulent à tout prix la catégoriser, comme pour se rassurer. Mais Christophe Willem a toujours refusé qu’on lui colle une étiquette.

Christophe Willem répond en chanson

A l’occasion d’un entretien accordé à Purecharts, le chanteur Christophe Willem accepte de parler de sa sexualité. Pour cela, une chanson en particulier est abordée, sa chanson Ni reine ni roi, issue de son nouveau disque. Le titre fait référence au propre ressenti de Christophe Willem concernant sa vie intime. 

« C’est un titre qui est important, car j’y affirme que je ne suis ni l’un ni l’autre. Je sors de toute norme binaire. Je ne suis pas gay comme je ne suis pas hétéro. La vraie liberté, c’est de coucher sans aucune limite quant au sexe de l’autre« .

On pourrait penser qu’il a répondu à la question. Pourtant, les internautes sont toujours curieux. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que Christophe Willem répond à la question. Mais comme il décide de brouiller les frontières, de voir les choses en gris et pas en noir ou blanc, les fans ne sont pas rassasiés. Ils ont besoin de plus. Mais ce plus, Christophe Willem ne leur donnera pas.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christophe Willem (@christophewillem)

Christophe Willem n’est pas attiré par un genre

Cette frustration ressentie par certains fans est d’autant plus étrange que Christophe Willem a abordé le sujet plusieurs fois. « J’ai jamais menti sur ce que je suis. J’ai toujours dit : ‘C’est une question de personne’. Mais les gens ça ne les satisfait pas… Les gens n’entendent pas ce que je dis ! C’est compliqué quand on te colle une étiquette qui n’est pas la tienne. »

Il a par exemple expliqué qu’un magazine voulait de lui pour sa Une… à condition qu’il fasse son coming-out public. Au-delà de la demande ridicule de la part de la rédaction, c’est d’autant plus stupide qu’il n’y a aucun coming-out à faire puisqu’il a toujours été honnête concernant sa sexualité.

« Mais il n’y a pas de coming-out ! C’est hyper violent, mais c’est la vérité de ce que j’ai pu vivre. Du coup, j’étais blacklisté de certains trucs parce que je ne pouvais pas faire ça. On te colle une étiquette et tu subis ça, car il est hors de question que je cède à un chantage pareil« . Pour tenter de satisfaire au mieux les curieux sans pour autant se renier, Christophe Willem a trouvé le bon terme. « S’il faut trouver un terme qui englobe tout, je me définis queer. Après, est-ce que je suis plus gay, plus hétéro, plus bi ? J’ai envie de te dire que c’est en fonction de ma vie et d’avec qui je couche« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christophe Willem (@christophewillem)

Un passé difficile pour le chanteur

Le nouvel album de Christophe Willem est sans doute celui où il s’ouvre le plus aux fans. Il veut se mettre à nu face à eux. « Je ne veux pas être le meilleur, je veux juste être moi« , chante celui qui a, justement, eu beaucoup de mal à faire accepter qui il était. Depuis petit, son désir est de laisser les autres indifférents. Il ressent depuis longtemps le « besoin d’être dans un moule« . Pourquoi ? Car « quand t’es montré du doigt, ton envie première, c’est d’être lambda« .

Il ne le cache pas, il a été « persécuté » du fait de sa sexualité supposée, de son physique atypique, de sa voix unique. « C’était très violent« , explique-t-il à Bernard Montiel sur les ondes de la radio RFM. Blessé d’être le bouc-émissaire de ses camarades, il commence à fumer, en espérant que la cigarette fasse changer sa voix. « J’espérais que ma voix devienne plus grave alors que, mauvais conseil, ça ne marche pas du tout« .