Impôts : les gains d’une braderie doivent être déclarés ? On vous dit tout !

Alors que des millions de braderies ont lieu chaque année en France, les vendeurs se demandent s'ils doivent tout déclarer aux impôts !

Source : Istock

En France, plusieurs braderies se déroulent toutes les semaines. L’occasion pour de nombreux Français de se faire un peu d’argent en vendant d’anciens objets. Mais certains se demandent réellement s’ils doivent déclarer leurs gains aux impôts.

La France passionnée par les braderies

Il y a quelques semaines déjà, la plus grande braderie de France a eu lieu. Comme toujours, cette dernière se situe à Lille. Durant 34h, de nombreuses personnes ont tenté de dénicher les objets dont ils avaient besoin.

La Voix du Nord a indiqué que la braderie de Lille avait accueilli 8 000 exposants, 80 km d’étals, 500 tonnes de moules, 30 tonnes de frites. Des chiffres assez impressionnants. Jusque tard dans la soirée, acheteurs et exposants étaient présents.

Chaque année en France, c’est près de 50 000 braderies qui sont organisés. Et comme l’indiquent nos confrères de MoneyVox, ce chiffre ne cesse d’augmenter au fur et à mesure des années. En revanche, les particuliers se demandent s’ils doivent déclarer leurs gains aux impôts.

Si de nombreuses applications pour vendre de particulier à particulier ont vu le jour, ce n’est pas pour autant que les brocanteurs stoppent les brocantes, braderies ou encore les vide-greniers.

En cette période d’inflation, elles sont d’ailleurs très prisées. Et pour cause, les acheteurs ont besoin de faire des économies et d’acheter à moindre coût. Tandis que les vendeurs ont besoin d’obtenir quelques gains pour récupérer de l’argent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par De Raymonde à Zoé (@deraymondeazoe)

Il ne faut pas déclarer les gains aux impôts

Il y a tout de même quelques règles à respecter pour les brocantes, braderies et vide-grenier. Avant de vous dire si les gains doivent être déclarés aux impôts, on vous dévoile les conditions auxquelles il ne faut pas déroger.

Dans un 1er temps, le ministère de l’Economie a indiqué que les braderies doivent rester ouvertes aux particuliers. Il ne faut vendre que « des objets personnels et usagés ». Interdiction de vendre des objets neufs. Mais ce n’est pas tout.

Vous n’avez pas non plus le droit de vendre les objets que vous avez créés, sauf si vous avez le statut d’un professionnel. En revanche, dans ce cas-là, il faut déclarer ses gains aux impôts.

Il ne s’agit donc pas de la meilleure idée. De leurs côtés, les particuliers n’ont pas besoin de déclarer leurs gains aux impôts. En revanche, il y a deux exceptions. Dans un 1er temps, si les produits vendus sont en métaux précieux.

Et si vous vendez un produit à plus de 5 000 euros. Et ce, hors électroménager, meubles et automobiles. Par la suite, sachez aussi que vous n’avez pas le droit de faire plus de deux brocantes par an.

Des conditions à respecter pour les braderies

Afin de s’assurer que tous les brocanteurs respectent bien cette condition, ils doivent s’inscrire au registre d’identification des vendeurs de l’événement. De nombreuses personnes ont d’ailleurs accès à ce fameux registre durant tout l’évènement.

À savoir, la gendarme, les services des impôts, mais aussi les douanes. Par la suite, c’est la préfecture qui garde ce fameux document. En effet, le but est de s’assurer que vous n’avez pas participé à plus de deux brocantes.

Comme l’indiquent nos confrères de MoneyVox : « Les organisateurs peuvent également vous demander d’attester sur l’honneur que vous n’avez pas déjà participé à deux autres ventes au déballage au cours de l’année civile ».

Si vous n’avez pas respecté cette condition, vous risquez de très grosses sanctions. En effet, ces dernières peuvent aller jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Une chose est sûre, il est très important de respecter cette condition !