Pouvoir d’achat : voici les Français qui vont bénéficier du chèque énergie « exceptionnel »

Ce mercredi 14 septembre, Elizabeth Borne a révélé quels Français pourront bénéficier du chèque énergie pour booster leur pouvoir d'achat !

Source : iStock

Depuis plusieurs mois déjà, les Français doivent faire face à la hausse des prix. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle affecte leur pouvoir d’achat. Pour leur venir en aide, l’État a annoncé l’arrivée d’un chèque énergie.

Une hausse des prix qui affecte le pouvoir d’achat

Pour l’année 2023, le gouvernement a d’ores et déjà prévu une inflation de 4,2%. Une très mauvaise nouvelle pour les Français qui vont voir leur pouvoir d’achat encore affecté.

D’autant plus que l’augmentation du gaz et de l’électricité va aussi affecter leur train de vie. Face à la crise énergétique, l’État a opté pour une hausse des prix de 15% dans les prochains mois.

Pour aider le pouvoir d’achat des Français face à cette inflation, Elizabeth Borne, la Première Ministre, a annoncé que les Français bénéficieront d’une aide. Ce mercredi 14 septembre, elle a donné plus d’informations.

Elle a révélé que de nombreux Français toucheront un chèque énergie exceptionnel face à cette hausse de 15%. Ils ne vont pas remplacer les chèques énergie habituels. En effet, ils viendront s’ajouter à ces derniers. Une bonne nouvelle pour leur pouvoir d’achat.

Les foyers les plus modestes depuis 2018 auront droit de toucher cette aide. Cette dernière leur permettra d’alléger leur facture d’énergie. Comme le gaz, le fioul, le chauffage au bois ou encore l’électricité.

Elizabeth Borne a aussi annoncé la prolongation du bouclier tarifaire en 2023. Et ce, pour « tous les ménages, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et les plus petites communes ».

Les foyers concernés par le chèque énergie exceptionnel

Cette nouvelle aide qui permettra de booster le pouvoir d’achat des Français devrait toucher 12 millions de foyers. À savoir les « 40% des ménages les plus modestes« , selon la Première Ministre.

D’après les estimations de Bercy, ce chèque énergie exceptionnel devrait coûter 1,8 milliard d’euros à l’État. Un coût très important qui risque encore de creuser la dette du pays.

Elisabeth Borne a aussi annoncé que la hausse des prix va « conduire à une hausse moyenne des factures de l’ordre de 25 euros par mois. Et ce, pour les ménages qui se chauffent au gaz ».

« Et à une augmentation moyenne de l’ordre de 20 euros par mois pour les ménages qui se chauffent à l’électricité ». Les Français devraient toucher 100 euros ou 200 euros pour booster leur pouvoir d’achat. Cela dépend de leur décile.

Les Français dont le niveau de vie annule ne dépassent pas 12 710 euros recevront 200 euros. Ceux dont le niveau de vie est en dessus de 17 530 euros bénéficieront d’un chèque énergie exceptionnel de 100 euros.

La Première ministre a expliqué : « C’est par exemple une femme au SMIC avec 2 enfants. Ou un ménage au revenu net de 3.000 euros avec 2 enfants ».

Une aide pour booster le pouvoir d’achat

Pour l’instant, il reste tout de même un point assez flou au sujet du versement de cette aide. En effet, pour l’instant, le gouvernement n’a pas fait preuve de clarté sur le sujet.

Une chose est sûre, les chèques énergies exceptionnels seront versés à la fin de l’année. En attendant de recevoir cette aide, les Français ont pu bénéficier de la prime inflation de 100 euros par fois. Et 50 euros par enfant.

Une aide appréciée qui permettra à certaines familles de booster leur pouvoir d’achat. Comme l’a rapporté Le Figaro, le gouvernement travaille aussi sur une aide qui pourrait se situer entre 100 et 200 euros.

Le versement devrait s’effectuer à partir de novembre. Elle s’adressera à la moitié des Français qui se chauffent au fioul. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal sur France Info.

Cette aide, qui va aussi booster le pouvoir d’achat des Français, concernerait 1,4 million des foyers les plus modestes. Elle sera aussi ajoutée au chèque énergie. Une bonne nouvelle pour ceux qui subissent de plein fouet la hausse des prix.

Gabriel Attal a d’ailleurs précisé sur France Info : « Pour les ménages les plus modestes, ça fait jusqu’à 400 euros d’aides exceptionnelles cet hiver ».

Les Français appelés à diminuer leur consommation

Si Elizabeth Borne a annoncé la mise en place du chèque énergie pour booster le pouvoir d’achat des Français, elle a incité ces derniers à baisser leur consommation d’énergie. Elle a appelé la France à faire plus attention à l’utilisation du gaz ou encore de l’électricité.

La Première Ministre a d’ailleurs annoncé : « Seules la sobriété et la solidarité européenne nous permettrons d’éviter des coupures. Et des rationnements »

« Notamment dans les cas de figure les plus pessimistes. Comme un hiver particulièrement froid cumulé à des difficultés d’approvisionnement ». Elizabeth Borne a aussi donné plus d’infos sur le manque d’énergie.

Elle a débuté : « Cette rentrée, je le sais, se déroule dans un contexte d’inquiétude pour nos concitoyens, nos collectivités et nos entreprises. Les prix continuent d’augmenter et cette hausse touche de nombreux produits », qui affecte le pouvoir d’achat des Français.

La Première Ministre a poursuivi : « L’explosion du cours du gaz et de l’électricité à l’échelle européenne renforcé aujourd’hui les préoccupations de nos compatriotes et pèse sur notre économie« .

« Ces mesures ont un coût pour nos finances publics »

Lors de la conférence de presse, Elizabeth Borne a alors expliqué : « Très tôt, nous avons pris des mesures fortes pour protéger les Français ». Elle a tout de même rappelé que ces mesures ont un coût pour le gouvernement.

Si l’État veut préserver le pouvoir d’achat des Français, cela a des conséquences. La Première Ministre a spécifié :  » Mais chacun le sait, et il faut le dire de manière transparente, ces mesures ont un coût pour nos finances publiques ».

Elle a déclaré : « Dans ce contexte, nous devons continuer à répondre aux inquiétudes tout en veillant à ne pas creuse davantage notre dette. Et à cibler au moins nos dispositifs comme le Président de la République l’avait annoncé dès le 14 juillet ».

Par la suite, elle a révélé pour quelles raisons la France risque de faire face à une pénurie d’énergie. C’est pour deux raisons que l’électricité et le gaz risquent de manquer cet hiver.

Elizabeth Borne a souligné : « L’arrêt quasi total des livraisons de gaz russe et les travaux de maintenance sur de nombreux réacteurs nucléaires français provoquent une situation énergétique exceptionnelle ».

Par la suite, la Première Ministre a aussi admis : « Le 1er défit de mon gouvernement est de nous assurer qu’il y aura suffisamment de gaz et d’électricité cet hiver pour tous les Français ». Affaire à suivre donc !