Pénurie : voici les 10 produits les plus touchés et qui ont disparu des rayons des supermarchés

Les Français l'ont remarqué, certains rayons dans les supermarchés sont désespérément vides. Quels sont les produits concernés ?

Source : iStock

Réchauffement climatique, contexte géopolitique, panique des consommateurs… Les pénuries n’arrivent pas sans raison, mais concernent tous les consommateurs Français. Depuis des mois, il est très difficile d’acheter certains produits, peu ou plus disponibles dans les rayons des supermarchés. Mais quels sont les produits qui sont les plus concernés ? La liste va-t-elle s’allonger ? On vous dit tout.

Les supermarchés proposent moins de produits

En août, le taux de rupture (proportion de produits marquants dans les supermarchés) a atteint 5.7%, selon une étude du cabinet NielsenIQ. C’est 1.6 point de plus que sur la même période, un an en arrière. A l’heure actuelle, les spécialistes préfèrent parler de rupture de stock plutôt que de pénurie. La durée moyenne des ruptures a atteint quatre jours. Le manque à gagner, pour le secteur, est énorme : 2.7 milliards depuis le début de l’été.

Le classement des produits manquants est dominé par la moutarde, avec un taux de 21.2%. Suivent ensuite les vinaigrettes qui contiennent de la moutarde (-14%), les graisses à cuisiner (-11.1%), les sandwichs (-10.5%) et les eaux plates (-9.2%). 

L’institut NielsenIQ précise que certaines ruptures de stock sont provoquées par les consommateurs eux-mêmes, qui font l’erreur de surstocker en craignant justement de manquer. C’est notamment le cas de l’huile de tournesol qui a vu ses ventes progresser alors qu’elle commençait à manquer. C’est d’autant plus dommage que les pénuries se résorbent avec le temps. Par exemple, le taux de disponibilité de la moutarde est passée, fin août, 73%. Mais de nouveaux produits semblent concernés par des ruptures à venir, du fait des sécheresses. C’est le cas des pommes de terre, du miel, du lait et du maïs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par atabula.com (@atabulacom)

Le foie gras bientôt absent des supermarchés ?

Les pois chiches risquent d’être moins présents dans les rayons dans les semaines et mois à venir. À cause du réchauffement climatique et du contexte géopolitique en Europe de l’Est, l’offre mondiale devrait chuter de 20% cette année. La ville de Nice est très inquiète concernant cette pénurie. Et pour cause, la socca, une galette de farine de pois chiche typique de la ville, s’en trouve menacée.

En outre, les fêtes de fin d’année risquent de se faire sans foie gras. A cinq mois de Noël, tout indique que le foie gras va manquer, et qu’il faudra dès lors s’en passer. Mais pourquoi ? D’abord à cause de l’épizootie de grippe aviaire qui a touché les élevages de canards. Cela ne vous a sans doute pas échappé, surtout si vous avez voulu commander du canard dans un restaurant. Une véritable pénurie du fait de la grippe aviaire a lieu. La production de foie gras, en 2022, s’en retrouve réduite de moitié.

« Les conséquences sont d’une gravité particulière avec 16 millions de volailles abattues dans le pays, dont 11 millions dans le Grand Ouest. L’an dernier, 3,5 millions de volailles avaient été tuées », nous apprend Ouest-France.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Ulyces (@ulyces.co)

Des pénuries et une inflation : un temps de crise pour les Français

Après plusieurs mois à tenter de vivre normalement avec une nouvelle maladie (le covid-19), les Français doivent maintenant subir les conséquences du contexte géopolitique en Europe de l’Est et de la non-action des gouvernements successifs sur la cause climatique depuis des années. Résultat des courses : l’inflation bat des records d’un côté, et la planète meurt à petit feu de l’autre. 

Si les Français semblent, pour la grande majorité, avoir pris conscience de l’importance d’agir pour le climat, cela ne semble pas être le cas du gouvernement. Ce dernier est vivement critiqué pour son manque d’initiative.

De plus, si l’inflation en France est moins importante que dans d’autres, c’est bien dans le pays présidé par Emmanuel Macron que les salaires ont perdu le plus en valeur. De quoi provoquer une véritable crise, pas vraiment calmée par les aides de l’État, comme cette prime de rentrée de cent euros. Une grève nationale est annoncée pour fin septembre et jamais le retour du mouvement des gilets jaunes n’a été aussi proche. D’autant plus que, malgré la crise, Emmanuel Macron travaille sur sa réforme des retraites.