Charles III : poète officiel, salaire… voici les incroyables avantages du nouveau roi

À l’annonce du décès de la reine Elizabeth II, son fils a pris le trône. Le nouveau monarque Charles III a donc des avantages avec son nouveau rôle…

Source : Getty Images

La fin d’une ère. Le jeudi 8 septembre, la reine Elizabeth II d’Angleterre a perdu la vie à l’âge de 96 ans. Et ce, après avoir régné pendant plus de 70 ans. Son fils, Charles Mountbatten, ou Charles III, lui succède de fait sur le trône. Le monarque de 73 ans a été proclamé roi le samedi 10 septembre lors d’une réunion du Conseil de succession à Londres, selon un communiqué du palais de Buckingham… Conformément au protocole, le deuil de la famille royale durera jusqu’à sept jours après les funérailles d’Elizabeth II. Ses funérailles ont lieu à la fin de l’année, autour du 19 décembre. Le jeudi soir après les faits, le futur souverain a publié la première déclaration dans laquelle il a exprimé sa peine dans « un moment de grande tristesse ». Bien sûr, ce nouveau monarque hérite de quelques avantages aussi. On vous dit tout !

La reine Elizabeth II : un deuil mondial

« Nous pleurons profondément la disparition d’une souveraine chérie et d’une mère bien aimée. Je sais que sa perte sera profondément ressentie dans tout le pays, les royaumes et le Commonwealth, ainsi que par d’innombrables personnes dans le monde entier », a déclaré le futur souverain nommé Charles III.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Manon 🦕💖 (@_dinobooks)

Il a continué en disant : « […] Pendant cette période de deuil et de changement, ma famille et moi serons réconfortés et soutenus par le fait que nous savons le respect et la profonde affection dans lesquels la Reine était si largement tenue ». À la peine se mêle désormais le sentiment du devoir. En effet, le fils de la reine devient roi à la seconde même où la reine d’Angleterre a rendu son dernier souffle.

Le nouveau rôle du prince Charles

Le prince de Galles prend à présent le titre de Charles Ill. De ce fait, il faut s’adresser à lui, ou le mentionner, par le prédicat « Sa/Votre Majesté ». Toutefois un couronnement ne semble pas encore à l’ordre du jour : « Les ours et semaines suivants seront consacrés à Elizabeth Il et plusieurs semaines ou mois, pourraient s’écouler avant que Charles IlI ne soit couronné », note nos confrères de FranceInfo. En conformité avec la tradition millénaire, le roi devra faire l’objet d’un couronnement à l’abbaye de Westminster à Londres. Et ce, par l’évêque de Canterbury.

En attendant, une première étape a été franchie le samedi 10, avec la proclamation du roi Charles Ill. Le Conseil d’accession, constitué de certains membres de la famille royale, du premier ministre et de plusieurs ministres d’État. Ainsi que deux archevêques de l’Église d’Angleterre, du lord-maire de la City, et des quelque sept cents membres du « conseil privé » du monarque, se sont réunis au palais Saint-James, à Londres. La proclamation a alors été lue devant le Palais, puis au Royal Exchange, un bâtiment de la City. La femme du roi Charles III, Camilla, se trouve également désignée reine consort. Les drapeaux, en berne pour le deuil de la reine, se voient donc remontés sur le moment, en tête de mât. Ce qui signifie que le pays dispose d’un nouveau souverain.

Les nouveaux avantages du roi Charles III

Deux anniversaires pour Charles III

Dû à l’anniversaire de nouveau monarque étant le 14 novembre 1948, il semble fort probable qu’il puisse fêter son anniversaire deux fois. La première fois étant le jour de sa naissance mais une autre fois un jour où la météo permet de nombreuses festivités et célébrations officielles. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Le Parisien (@leparisien)

Un salaire exceptionnel

Le souverain du Royaume-Uni, Charles III, bénéficie d’une allocation annuelle, nommée “sovereign grant », versée par le trésor public. Elle s’établit à 15 % des revenus du patrimoine de la couronne. En 2021-2022, elle avait ainsi atteint 86,3 millions de livres (près de 100 000 millions d’euros au taux actuel). Cette allocation se voit notamment utilisée par le monarque pour financer les dépenses liées aux obligations de la famille royale (salaires du personnel, entretien de palais, voyages et réceptions officielles…). Le nouveau souverain hérite également du duché de Lancaster, propriété de la famille royale depuis des siècles, et qui génère chaque année 24 millions de livres, spécialement destinés au roi.

Un distributeur de billets

La famille royale ne nécessite pas de faire d’aller-retours à la banque pour leur argent. En effet, selon RTL, ils bénéficient d’un distributeur de billets dans le Buckingham Palace.

Pas de vote pour Charles III

Il y a une stricte neutralité politique pour les membres de la famille royale. En effet, le souverain Charles III n’a donc pas le droit de vote comme le reste de la population. Et ce, impliqué par le système monarchique parlementaire britannique. 

Pas de permis, ni passeport

Charles III n’a besoin ni de passeport, ni de permis de conduire pour se déplacer. En effet, peu importe où il ira, il n’aura besoin de rien. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by jasonjmike (@william_jasondmv)

Un “troubadour” pour Charles III

Tous les 10 ans, un artiste a la chance d’être désigné “poète du souverain”. De ce fait, il doit honorer la tâche d’écrire des vers de poèmes pour toute occasion de célébration telle que les jubilés ou les anniversaires. Le dernier, désigné en 2019, se nomme Simon Armitage et bénéficie d’un généreux tonneau de sherry en remerciement de son service. 

Une fortune familiale extravagante

En tant qu’héritier du trône, Charles III hérite également de la fortune royale de sa défunte mère. Selon un journal britannique intitulé le Sunday Times, la reine, en 2022, avait un patrimoine personnel de près de 413 millions d’euros. Alors tout ce qui appartenait à la reine Elizabeth II revient donc au roi Charles III.

Le “roi des dauphins”

Les cygnes, les esturgeons et les dauphins, depuis plusieurs siècles constituent la propriété du monarque donc Charles III. La loi date de 1324. Tous les ans, les animaux constituent des êtres symboliques et comptés dans la Tamise. Et ce, afin de les préserver.