Arnaque : escroqué par le clone d’une banque réelle, il perd une somme impressionnante, c’est le drame

C'est une arnaque bien menée qui a vidé les comptes de Richard. Toutes ses économies sont parties dans un faux plan d'épargne.

Source : iStock

On ne le répétera sans doute jamais assez. Il faut impérativement se méfier dès qu’il s’agit d’investir son argent. Richard, la victime de notre histoire, a été prudent, et même méfiant. Mais il s’est malgré tout fait avoir. Il faut dire que les escrocs font preuve d’une imagination redoutable. Ils sont de plus en plus performants dans la mise en place de leur arnaque. Et c’est toujours via la technique du phishing qu’ils arrivent à arnaquer de pauvres innocents comme Richard.

Une arnaque bien menée grâce au clone d’une banque

Richard ne pensait pas qu’il se faisait avoir lorsqu’il décide d’investir ses économies dans un plan d’épargne et des actions à haut-rendement. Tout semblait en règle, et pourtant, tout était faux. L’histoire commence en novembre 2021 quand notre victime est approchée par une banque. Un conseiller, au téléphone, l’invite à s’inscrire dans la branche Particulier de l’organisme. L’occasion pour lui d’investir son argent de côté. Richard est séduit, mais il est méfiant.

Il vérifie les numéros SIRET, ainsi que la présence de la banque au registre de la Banque de France. Tout est en règle. . “J’avais un conseiller au téléphone, je pouvais consulter mon espace personnel sur les sites avec mes identifiants et les codes. Il n’y avait rien de louche« , indique-t-il au Parisien. Mais si le lien vers la banque était vrai, celui de son compte personnel était faux.

L’arnaque s’est refermée sur Richard quand il a voulu vendre ses actions. Tout d’un coup, le site est devenu inaccessible, et le numéro de téléphone de son conseiller désactivé. Il comprend tout de suite qu’il est victime d’une arnaque et porte plainte, le 12 mai 2022. “Depuis, j’attends. Je me sens seul au monde, on m’a dépouillé de mes économies« . En tout, Richard a perdu 128 000 euros dans cette arnaque.  

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par el hacker etico (@elhackeretico)

Une arnaque qui fonctionne grâce au phishing

C’est une arnaque qui repose sur un système d’une simplicité enfantine, mais diaboliquement efficace. Les arnaqueurs se font tout simplement passer pour un organisme officiel. Les victimes pensent se trouver au bon endroit et se font guider. Elles finissent par indiquer leurs données personnelles. Et c’est déjà trop tard. Ces informations sont entre les mains de personnes mal intentionnées qui vont parfois jusqu’à vider les comptes de la victime.

Souvent, certains organismes officiels font des communiqués pour indiquer être la cible de malfaiteurs. C’est le cas de la CAF ou de la Poste, souvent copiées pour permettre aux arnaqueurs de récupérer des sommes d’argent.

Pour vous donner un exemple de phishing, sans doute avez-vous été confrontés à des appels incessants, des mails et / ou des SMS concernant le CPF. En effet, les arnaqueurs mettent en effet les bouchées doubles. Leur but est simple, ils souhaitent récupérer les accès à votre compte pour aspirer tous les euros qui se trouvent dessus. Pour éviter de tomber dans le panneau, partez d’un constat simple, valable pour toutes les arnaques.

Les fraudes au moyen de paiement toujours importantes

Puisque les articles de presse et les organismes font beaucoup de sensibilisation concernant les arnaques, les escrocs n’ont pas le choix. Ils doivent redoubler d’inventivité s’ils souhaitent jouer avec la naïveté des victimes. À ce jeu-là, grand mal prend celui qui les sous-estime. Les escrocs sont en effet doués pour inventer des arnaques qui tiennent la route. Ce n’est pas la carte de crédit qui est la plus concernée, mais bien le chèque. Même si moins utilisé, c’est le moyen de paiement qui arrive en tête au niveau des escroqueries :

« Pour la quatrième année consécutive, le chèque reste le moyen de paiement le plus fraudé avec un taux de fraude de 0,079 %. Il concentre 37 % des montants de fraude en 2021, soit 465 millions d’euros« .

Mais la carte bancaire n’est pas loin derrière. « La carte est très proche du chèque en matière de montants fraudés : 37% également du montant global de la fraude en 2021 pour 464 millions d’euros. Dans un contexte de progression de l’usage de ce moyen de paiement, l’année 2021 marque néanmoins un recul sensible de la fraude en montant (-1,9%)« .