Revalorisation de retraite : quels Français sont concernés et pour quel montant ? On vous dit tout

Dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat, quinze millions de retraités vont bénéficier d’une revalorisation de 4%. Mais qui est concerné, et combien vont-ils toucher ?

Source : Istock

Le gouvernement a adopté, dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat, de revaloriser quelques aides afin d’amortir le choc causé par l’inflation fulgurante. Pour le bonheur de quinze millions de pensionnaires, les pensions de retraite et d’invalidité se trouvent parmi les aides revalorisées. En effet, pour compenser la hausse des prix, les pensions de retraites ont commencé à bénéficier d’une revalorisation de 4% à partir du mois de juillet. On vous dit tout sur cette revalorisation, qui peut en bénéficier et quel montant ? 

La revalorisation de la pension de retraite de d’invalidité 

Comme le précise le site Service public, dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat, les pensions vont bénéficier d’une revalorisation. En effet, cette revalorisation s’applique à partir du mois de juillet. Le montant de cette hausse se trouvera donc versée avec le paiement de la retraite du mois de septembre. À compter de ce vendredi 9 septembre, de nombreuses personnes vont pouvoir bénéficier de cette aide, qui devrait amortir le choc de l’inflation. Or, tous les bénéficiaires ne trouvent pas cette aide suffisante face à l’inflation fulgurante qui a atteint 6,1 % au mois de juillet.  

Ainsi, cette aide financière s’avère sévèrement jugée par certains bénéficiaires. « Ça ne changera rien », souligne un senior interrogé dans le reportage du 13H de TF1. Pour une autre,  « comme la vie augmente énormément, le peu qu’ils vont nous donner ne servira pas à grand-chose ». Il faut savoir qu’une revalorisation de 4 %, face à l’inflation, ne couvre pas totalement la hausse des prix récente

Qui pourra en bénéficier ? 

Le site gouvernemental a listé les bénéficiaires de cette revalorisation de 4%. En effet, elle concerne toutes les retraites de base, la pension de réversion, l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) et l’allocation d’invalidité (ASI). Les retraites complémentaires, quant à elles, ne pourront pas bénéficier de cette aide. Cette revalorisation vient s’ajouter à la hausse de 1,1 % qui a eu lieu en début d’année. Les pensions du secteur privé, de la Fonction publique, des régimes spéciaux et des indépendants font partie des bénéficiaires. 

Pour les anciens salariés et les anciens indépendants, l’augmentation devient visible dès le versement des pensions ce vendredi 9 septembre. Et ce, puisque les montants se trouvent toujours versés en début du mois. Le montant comprendra donc la revalorisation de 4%. Et ce, du mois d’août et du mois de juillet. Comme la loi ne se trouvait pas encore officielle, l’aide subi un effet rétroactif. Ce vendredi la hausse concernera également les personnes qui touchent l’Aspa. 

Du côté des bénéficiaires de la pension de base de la Mutualité sociale agricole (MSA), le versement aura aussi lieu ce 9 septembre. Or, cette dernière contient toutefois une différence. En effet, le montant, dû au titre du mois de juillet, ne fera que partie du versement des pensions de septembre payées en octobre. De même pour les retraités de la fonction publique d’État, la revalorisation se concrétisera le 29 septembre. De ce fait, les sommes de juillet et août feront partie du versement d’octobre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par EDCE Courtage (@edce.assurances)

Quel est le montant de la revalorisation ? 

D’après les statistiques de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV), le montant moyen de la pension de base du régime général se chiffre à 755 euros bruts. L’augmentation de 4% s’égale donc à un montant de 30 euros. Selon Marie-Françoise, une retraitée de 66 ans anciennement femme de ménage, touche une pension de 807 euros. Parmi ce montant,  717 euros représentent la retraite de base mensuelle. De ce fait, l’augmentation de 4 % se chiffre à 28 euros. « Quand les gens ont de grosses retraites, ça va, ça fait pas beaucoup, mais quand vous avez une petite retraite, ça fait du bien quand même », confie-t-elle. Elle dit même en avoir « la chair de poule ». 

Cet avis ne semble pourtant pas partagé par un ancien cadre nommé Christian et Joëlle, ancienne comptable. Ces deux seniors ne travaillent plus depuis une dizaine d’années. Les deux interrogés touchent, à eux deux, 2320 euros de retraite. Ils vont ainsi pouvoir bénéficier de 50 euros en plus chaque mois. Cette somme, selon eux, reste dérisoire. « Si vous n’avez pas le bonheur de gagner à l’EuroMillions, surtout avec l’euro actuellement, le coût de la vie, c’est ridicule », déclare Christian, sur un ton d’agacement. 

Il convient de noter que la revalorisation ne concerne pas tous les régimes de la même manière. Le Figaro souligne le fait que les fonctionnaires se trouveront avantagés par rapport aux salariés du privé. En effet, la pension de base sur laquelle se base la revalorisation constitue près de 98% de la pension des agents de la Fonction publique. Et ce, contre 70% pour un salarié non cadre et seulement 50% pour un salarié cadre. L’aide grâce à cette revalorisation se verra donc plus importante pour un fonctionnaire que pour un salarié du secteur privé.

Les retraites complémentaires ?

La retraite complémentaire ne se trouve pas encore concernée par la mesure. Celle mise en place dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat. Toutefois, elle pourrait bientôt, elle aussi, bénéficier d’une revalorisation. Le 29 août dernier, l’Agirc-Arrco, qui gère les pensions complémentaires obligatoires des salariés du secteur privé, a souligné : « Les partenaires sociaux se réuniront le 6 octobre prochain, lors du conseil d’administration de l’Agirc-Arrco pour décider de l’évolution de la valeur de service du point Agirc-Arrco et donc des pensions de retraites complémentaires à compter du 1er novembre 2022 ». 

La décision se fera, en prenant en compte à la fois « le taux prévisionnel de l’inflation moyen sur l’année fourni par l’INSEE » et « l’indice d’évolution des salaires ». Il faudra alors attendre quelques semaines de plus. Et ce, pour savoir si la pension complémentaire bénéficiera d’une augmentation. Et si la réponse est oui, de combien.