Zone interdite : l’attitude de ce médecin sans « humanité » choque les internautes…

L’émission Zone Interdite a enquêté sur les fraudes relatives à l’assurance-maladie. Diffusée le 4 septembre, les téléspectateurs sont outrés.

Source : Capture M6

Dans un numéro intitulé « Fraudes à la Sécu : qui vole l’argent de notre santé ? » Zone Interdite a suscité des réactions vives de la part des téléspectateurs. L’enquête a dévoilé des personnes sans scrupules qui étaient concernées dans l’escroquerie. Toutefois, elle a montré la pratique insensible de certains médecins afin de débusquer les arnaques. Le but de l’enquête était de sensibiliser le public face au contrôle de ces médecins. Mais un autre message est passé.

Les arnaques scandaleuses découvertes par Zone Interdite

Zone Interdite commence l’enquête avec le cas d’une coiffeuse. Le patron de la jeune femme soupçonne celle-ci de profiter de son arrêt-maladie à son encontre. Il pense que son employée monte un business derrière son dos durant cette absence.

L’employeur engage donc un détective privé pour vérifier ses doutes. Le professionnel confirme la théorie de celui-ci. La coiffeuse travaillait bien à domicile chez les clients du salon du gérant.

Source : Capture M6

Selon l’émission, ce cas ne serait pas le seul. Chaque année, ces « malades » profitent du système, et des médecins trop charitables.

« Le montant de la fraude dont serait victime l’Assurance Maladie chaque année est colossal : 1,5 milliard d’euros. L’État lui-même admet être aujourd’hui incapable de confirmer cette estimation, » souligne l’émission.

Pour vérifier la situation, un journaliste de l’émission s’est rendu à un de ces médecins muni d’une caméra cachée. Il a obtenu un arrêt-maladie sans difficulté pour passer des vacances.

Les reporters estiment que 83 % des arrêts-maladies ne sont pas du tout contrôlés. Mais la situation commence à changer depuis que les médecins-contrôleurs se rendent au domicile des employés en arrêt-maladie. L’équipe de Zone Interdite a suivi l’un d’entre eux pour voir comment celui-ci opère.

Source : SHUTTERSTOCK

Des méthodes de travail jugées trop brutales

L’équipe de Zone Interdite a suivi un médecin-contrôleur qui s’est rendu chez un malade. Ce dernier ne lui aurait pas ouvert la porte. Le médecin a pris une décision radicale face à la situation. Il a tout de suite noté l’absence de cette personne, en dehors des heures autorisées. L’employée concernée risque de se faire retirer ses indemnités journalières.

Ce médecin-contrôleur avoue qu’il est souvent très mal accueilli lors de ses visites. Il aurait déjà été agressé par des chiens. Il aurait aussi subi des violences physiques et des insultes, dans le cadre de son travail. Toutefois, les internautes sont restés de marbre face à ces confidences. Les commentaires de ces derniers sur Twitter ont critiqué ces méthodes de travail jugées trop inflexibles.

« Aucune humanité de la part du médecin… Tout le monde n’est pas forcément un fraudeur, » écrit un internaute. « Y’a que moi, qui est choqué, par les pratiques des médecins contrôleurs ? » commente un autre.

Un terrible manque d’empathie

Le second contrôle suivi par l’équipe de Zone Interdite n’est pas mieux que le premier. Le médecin-contrôleur est venu inspecter la demeure d’un autre employé. Celui-ci l’a bien accueilli.

Afin de vérifier si l’arrêt de travail du malade est régulier, le praticien a commencé à lui poser plusieurs questions. Le malade affirme qu’il a dû arrêter de travailler à cause d’une fatigue insurmontable qui l’empêche d’effectuer ses tâches. Il ajoute qu’il ne parvient plus à dormir correctement. Il se dit très perturbé, car son employeur lui force à mentir aux clients.

Malgré ce témoignage, le médecin a tout de même répondu :

« À ce point ? ».

Il a ensuite expliqué qu’un arrêt-maladie pour de tels motifs était juste « excessivement long ».

« Quelle est la pathologie qui nécessite 14 jours d’arrêt ? […] L’explication me paraît un peu limite quand même », demande-t-il au malade.

Source : SHUTTERSTOCK

Celui-ci répond qu’il avait fait appel à un psychologue du travail. Ce dernier a cru bon de lui prescrire cette pause.

Après l’entretien avec le médecin-contrôleur, un journaliste de l’émission est resté en arrière pour discuter avec l’employé malade.

« Comment avez-vous vécu ce contrôle ? » demande-t-il au jeune homme.

Il a répondu en disant :

« J’ai trouvé ça un peu violent. »

Les internautes ont compati à la situation de l’employé malade interrogé. De toute évidence, d’après eux, ce dernier présentait les symptômes d’un burn-out.

« Bah oui… y’a les prémices des BURN OUT… et quand le gars va se suicider… vous direz Oooh quel dommage…il aurait dû s’arrêter », défend une internaute très choquée.

Toutefois, les interrogations et les interrogations du médecin-contrôleur ont questionné la condition du jeune homme qui était déjà assez compliquée. Il était déjà assez rongé par la culpabilité.

« Le mec en arrêt-maladie se retrouve encore plus en dépression après le passage de ce pseudo-médecin, » s’insurge une autre personne.

Zone interdite
Source : SHUTTERSTOCK