Revalorisation des pensions de retraite : voici les mois concernés par la rétroactivité

C'est à partir du mois de septembre que les pensions de retraite sont revalorisées. Mais quid du mois de juillet et d'août ?

Source : iStock

Il y a quelques mois, alors que l’inflation continuait son augmentation, le gouvernement a annoncé comme première mesure forte la revalorisation de l’ordre de 4% des pensions de retraite. Le but est d’aider les retraités à maintenir leur pouvoir d’achat face à l’augmentation des prix (même si cette hausse est inférieure à la hausse de l’inflation). Mais entre l’idée et l’exécution, de longs mois se sont écoulés. Impossible dès lors pour le gouvernement de mettre en place cette revalorisation sur les retraites du mois de juillet.

Les pensions de retraites n’ont pas été revalorisées à temps

Bruno Le Maire l’annonce depuis des mois : les pensions de retraites seront revalorisées pour les retraites du mois de juillet, qui sont versées le 9 août. Le problème, c’est que les débats à l’Assemblée Nationale concernant les lois sur le pouvoir d’achat ont pris trop de temps. Le Sénat a validé par la suite le premier volet des lois, sur lequel figure la hausse des retraites. Mais cette validation a été faite le 4 août. Impossible dès lors de mettre en place le versement revalorisé des pensions de retraite pour le 9 août. Cette revalorisation a donc été reporté d’un mois, pour le versement qui a lieu le 9 septembre. C’est à partir du mois de septembre que tous les retraités verront leur pension de retraite augmenter de 4%.

Pas de panique, la mesure est évidemment rétroactive. Le mois de juillet n’est donc pas passé à la trappe. Au mois de septembre, les retraités toucheront donc les revalorisations correspondant au mois de juillet et au mois d’août. On vous donne un exemple pour que ce soit clair. Si un retraité touche 1000 euros, avec la revalorisation de 4%, sa pension passe à 1040 euros. Mais au mois de septembre (et uniquement au mois de septembre), sa pension sera de 1080 euros. Cela correspond à la hausse pour le mois de juillet et pour le mois d’août.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Efe Traducciones (@efetraducciones)

Pensions de retraite : bientôt la réforme du gouvernement ?

Le fait de parler des pensions de retraite nous fait évidemment penser à la future réforme que souhaite mettre en place Emmanuel Macron. Car si le chemin pour mener cette réforme est semé d’embûches, la volonté est toujours bien présente. Elisabeth Born le disait récemment. Évidemment que le président de la République souhaite mener jusqu’au bout la réforme des retraites. Mais elle est néanmoins obligée de le préciser puisque… cela ne semble pas avancer.

Et pour cause, les embûches rendent l’accès au chemin bien difficile. « On cherche des syndicats, il n’y en a pas un. Le Medef nous explique que ça n’est pas utile. Pas facile d’engager une réforme des retraites quand même le patronat n’en veut pas », expliquait une source gouvernementale à L’Opinion.

En outre, concernant la réforme, le Medef fait volte-face. « Ce n’est pas ce qu’il faut faire le 1er septembre, alors qu’on a plein d’autres problèmes », annonce le patron Geoffroy Roux de Bézieux. Le Medef préfère que le gouvernement se concentre sur des sujets plus importants : la réforme de l’assurance-chômage, la flambée des prix, le pouvoir d’achat, l’inflation…

Qui peut encore partir à la retraite à 62 ans ?

Cette réforme vise à faire travailler les Français plus longtemps. À terme, l’âge pour partir à la retraite ne sera plus de 62, mais de 65 ans. C’est une mesure qu’il faut impérativement prendre d’après Emmanuel Macron, puisque nous vivons plus longtemps et qu’il y a donc de plus en plus de pensions de retraite à payer.

Pour les personnes nées en 1960, point de suspense. En effet, puisqu’elles auront 62 ans cette année, elles ne sont pas concernées par la réforme. Mais si vous êtes nés en 1961 et 1962, vous pouvez échapper à la réforme et partir à la retraite à 62 ans. Mais certaines conditions doivent être remplies.

On le rappelle, pour bénéficier de la retraite à taux plein, il faut avoir validé le bon nombre de trimestres, soit 167. Si, à 62 ans, vous avez atteint ce taux-là, alors vous pouvez partir en bénéficiant de pensions à taux plein.