Retraite : est-il possible de partir plus tôt en rachetant des trimestres ? On vous explique

Le rachat des trimestres de cotisation, permet-il de prendre la retraite avant l’heure ? Quelles sont les limites de ce dispositif ?

Source : iStock

La réforme du système de retraite a toujours été l’une des ambitions d’Emmanuel Macron. Ce dernier a déjà évoqué à plusieurs reprises l’idée de refonder le système de solidarités inter-générations. Le président de la République pourrait mettre en place cette réforme durant son second mandat.

Aussi, rappelons-nous que le changement fera travailler plus longtemps certains salariés. Nombreux travailleurs veulent y échapper et souhaitent partir à la retraite plus tôt. Ainsi, de nombreux dispositifs s’offrent à eux pour rendre possible l’avancement du départ à la retraite. On vous explique tout dans les détails.

L’achat des trimestres de cotisation et la retraite

Nombreuses personnes veulent éviter de travailler plus longtemps après l’adoption de la réforme de retraite d’Emmanuel Macron. Donc, ces derniers pourraient songer à partir à la retraite un peu plus tôt. Cela ne sera pas la première fois que cela se passe en France.

Réforme des retraites
Source : Pixabay

Dans les colonnes de Planet, l’économiste, Philippe Crevel, explique que c’est un phénomène que l’on a déjà observé par le passé. Ainsi, des travailleurs ont pris leur retraite de manière anticipée en 2003 et en 2010.

Parmi les solutions que les salariés peuvent adopter, se trouve le rachat des trimestres de cotisations. Aussi, ce dispositif est même une solution potentielle pour cesser l’activité plus tôt. Le rachat des trimestres de cotisation permet d’atteindre le nombre de trimestres qu’il faut pour atteindre le taux plein.

En optant pour ce dispositif, les salariés pourraient travailler moins longtemps sans forcément perdre les possibles pensions de retraite. Alors, seules les sommes investies pour l’achat des trimestres de cotisation leur seront retirées. Toutefois, il faut savoir que le dispositif ne fonctionne pas pour tout le monde.

Quelles sont les limites du rachat de trimestres ?

Il est possible de partir à la retraite plus tôt que prévu en rachetant des trimestres, mais pas avant l’âge autorisé. Le site Notre Temps nous rappelle que le dispositif ne permet pas de cesser une activité avant l’âge légal de départ.

Actuellement, un salarié peut légalement partie à la retraite à l’âge de 62 ans. Si la réforme du président de la République prend place, les travailleurs ne pourront se retirer qu’à l’âge de 65 ans. Si un salarié souhaite prétendre à un départ à la retraite avant 62 ans, il doit pouvoir se justifier d’une longue carrière.

Ce dernier doit donc avoir cotisé pas moins de 5 trimestres de cotisation avant ses 20 ans. Alors, ce nombre de trimestres diminue à 4 si le salarié est né entre le 1er octobre et le 31 décembre de l’année courante.

Rachat de trimestres
Source : Pixabay

Nos confrères chez Planet expliquent que la longue carrière peut permettre la cessation d’activité pour les salariés nés avant 1960. Pour ceux qui sont nés entre 1953 et 1954, il faudra avoir cotisé près de 173 trimestres au total.

L’âge légal et la carrière longue font partie des restrictions qui peuvent empêcher le départ à la retraite anticipée. Mais, seulement, un autre fait peut s’ajouter à la liste des empêchements.

Le rachat de trimestres est coûteux…

Il faut se rappeler qu’il n’est pas possible de racheter tous les trimestres. Ainsi, le site du service public fait comprendre qu’un salarié ne peut pas acquérir plus de 12 trimestres.

D’autant plus que cette opération se présente comme particulièrement coûteuse pour les salariés. Alors, il arrive que les trimestres de cotisation soient plus onéreux que la décote que les travailleurs veulent éviter.

Un tel investissement requiert une bonne analyse de la rentabilité. Cela permettra à l’intéressé de décider si oui ou non, il va acheter des trimestres de cotisations. Aussi, si ce dernier n’est pas rentable, la retraite avec décote sera plus préférable.

Partir à la retraite avant l’âge légal ?

La première est la retraite anticipée pour cause de pénibilité. Cette option dépend des contraintes physiques que le travailleur subit dans son métier. Alors, l’autorisation de retraite prend en compte l’environnement de travail du salarié.

Et ce, sans oublier le rythme de travail et ce que cela peut engendrer sur la santé du salarié. La deuxième possibilité de départ à la retraite anticipée est le handicap. Pour cela, le taux d’incapacité du salarié doit être égale à au moins 50 %.

Même la retraite anticipée pour handicap a besoin de la validation des durées d’assurance. Il faut aussi remplir les cotisations nécessaires pour que le travailleur qui souffre d’un handicap puisse partir à la retraite.