Réforme de retraites : voici tout ce qui change du côté des trimestres

Bientôt, une nouvelle réforme des retraites va être adoptée. Quels seront les changements du côté des trimestres ? On vous y répond.

Source : IStock

Un des programmes d’Emmanuel Macron durant sa première élection est la réforme des retraites. Pendant son premier mandat, avec la crise sanitaire et les différents aléas économiques, cela n’a pas été exécuté. Il a été réélu cette année, bien que le projet soit plutôt silencieux jusqu’ici, la réforme des retraites est imminente.

Par ailleurs, l’une des grandes lignes de cette réforme des retraites est l’âge légal pour partir à la retraite. Aujourd’hui, celui-ci est à 62 ans. Toutefois, selon le programme du président de la République, l’âge légal va être repoussé à 65 ans. Le calcul des trimestres et le système de solidarité intergénérationnel vont donc changer.

Retraite : qu’est-ce que les trimestres ?

Quand on parle de retraite, les trimestres sont l’unité de base de calcul dans la durée d’assurance. Pour être sûr de recevoir le taux plein, il faut valider un certain nombre de trimestres. Mais en pratique, c’est quoi exactement ?

Selon le site Internet du service public, c’est l’unité qui permet d’identifier la durée d’assurance retraite. En d’autres termes, c’est avec les trimestres qu’on peut savoir exactement quand on peut partir à la retraite et quel sera le montant.

En effet, il est possible que vous ayez 62 ans, mais que vous ne pouviez pas encore partir à la retraite. Du moins, si vous cessez votre activité, vous n’aurez pas le montant total de toute votre retraite.

Voilà pourquoi il est important de bien calculer le nombre de trimestres avant de partir à la retraite. Il existe deux types de trimestres pris en compte pour calculer la durée d’assurance retraite. Les voici :

1. La cotisation

Les trimestres cotisés représentent la durée que vous avez passée à travailler. Le calcul se fait par nombre d’heures. Chaque mois, pour le paiement de votre salaire, votre employeur paie des cotisations. Pour identifier lesquelles, scrutez votre fiche de paie.

Source : Pexels

2. Les trimestres dits assimilés

Ces trimestres ne sont pas prélevés de votre salaire ni payés par votre employeur. N’empêche, ils sont pris en compte pour calculer la durée d’assurance retraite. Voici les cas où cette cotisation non cotisée intervient :

  • Le chômage
  • La maternité/paternité
  • La maladie
  • Le service militaire
  • Les sportifs de haut niveau
  • La détention provisoire
  • Les stages de formation professionnels

Il faut dire que ces trimestres dépendent de l’âge de départ à la retraite et de l’âge auquel vous avez commencé à travailler. Ainsi, si dans la nouvelle réforme des retraites, l’âge légal de départ à la retraite est repoussé, il va y avoir du changement aussi concernant les trimestres.

La réforme des retraites : partir à 65 ans

Emmanuel Macron a été clair. Il souhaite reporter progressivement l’âge légal du départ à la retraite à 65 ans. Les Français devront alors travailler plus longtemps. Du moins, s’ils veulent recevoir des pensions de retraite à taux plein.

Source : Pexels

Cependant, le principe même de trimestres de cotisation ne devrait pas connaître un changement fondamental. La validation d’un semestre sera toujours la cotisation d’un montant correspondant à 150 fois le SMIC horaire.

Le SMIC pris en compte est le SMIC intervenant au premier janvier de l’année en cours. Selon la banque en ligne Boursorama, en 2022, cette cotisation représente 1585 euros bruts.

Le nombre de trimestres validés dépend donc en partie du montant de votre salaire. De son côté, la validation des trimestres dépend du montant minimum du salaire, et de la différence entre trimestres assimilés et cotisations.

On pourrait croire que peu importe l’âge légal du départ à la retraite, cela ne change rien au système de trimestres proprement parlé. Et pourtant, ce n’est pas tout à fait vrai. La réforme des retraites apportera des changements. Voici les explications.

Il faut travailler davantage

Augmenter l’âge légal du départ à la retraite signifie augmenter le nombre de trimestres à remplir pour prétendre à une pension de retraite à taux plein. Néanmoins, cela dit, attention, le nombre de trimestres à compléter n’est pas toujours le même pour chaque génération.

Voici quelques données par génération recueillies par Boursorama :

  • Générations 1964-1965-1966 : l’âge légal étant à 62 ans, il faut valider 169 trimestres pour accéder au taux plein.
  • Générations 1967-1968-1969 : l’âge légal étant à 62 ans, il faut valider 170 trimestres pour accéder au taux plein.
  • Générations 1970-1971-1972 : l’âge étant à 62 ans, il faut valider 171 trimestres pour accéder au taux plein.
  • À partir de 1973 : l’âge légal étant à 62 ans, il faut valider 172 trimestres pour accéder au taux plein.

Ainsi, au vu de ces chiffres, on comprend pourquoi la gauche s’oppose fermement à cette réforme des retraites.

Source : Pexels