Impôt sur le revenu : une baisse à prévoir avec la revalorisation des barèmes ? On vous dit tout

Le gouvernement a annoncé une revalorisation "autour de 5 %" des tranches de l’impôt sur les revenus 2022. Les salariés dont les revenus n'ont pas augmenté pas devraient voir leur impôt baisser.

Source : iStock

Le mercredi 8 juin, le Ministre de l’Économie a promis que le barème de l’impôt sur le revenu sera revalorisé l’année prochaine afin d’éviter que l’inflation ne fasse exploser la facture fiscale des ménages.

Indexé à l’inflation, le barème de l’impôt sur le revenu semble revalorisé chaque année. En 2021, il ne l’a été que de 0,2 %. Mais en 2022, cette revalorisation est passée à 1,4 % afin de contenir les effets de la hausse des prix sur le niveau d’imposition des ménages. Quant à 2023, tous les seuils des tranches d’imposition devraient être rehaussés d’environ 5%.

Autour de 5%

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Angélique Zéla (@angelique_zela)

Dans une interview accordée aux Échos le jeudi 1er septembre, Bruno Le Maire, le Ministre de l’Économie, a annoncé, une revalorisation « autour de 5 % » du barème de l’impôt sur le revenu.

Déjà, au début du mois de juin, Le Ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Lemaire, avait tranché En effet, sans attendre les tours de table de septembre quant au budget 2023, il avait annoncé cette indexation. « Nous allons indexer le barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation pour éviter que les Français se retrouvent à payer plus d’impôts« , avait-il déclaré au micro de BFMTV. « Il est hors de question que des salariés, des Français paient plus d’impôt sur le revenu avec l’inflation« , avait-il ajouté avec insistance.

Qu’est-ce que le barème de l’impôt sur le revenu ?

Le barème de l’impôt sur le revenu est progressif. Cela signifie que votre revenu imposable reste réparti dans les différentes tranches. Chaque tranche a, bien sûr, un taux d’imposition différent.

Afin de déterminer votre taux moyen d’imposition, il convient de respecter 3 étapes de calculs.

  • Déterminer la fraction du revenu imposable pour une part 
    Revenu net imposable du foyer /  Nombre de parts de votre foyer
    (le cas échéant majoré ou minoré des revenus, des charges ou des abattements particuliers). Exemple : Un couple dispose d’un revenu net imposable total de 84 000 € pour 2 parts.
    84 000 / 2 part = 42 000 € = fraction du revenu imposable du foyer pour 1 part.
  • Appliquer ce résultat au barème progressif que vous trouverez sur le site du gouvernement.
  • Déterminer le taux moyen d’imposition :
    (Montant de l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année d’imposition / Revenu net imposable du foyer) x 100
    (le cas échéant majoré ou minoré des revenus, des charges ou des abattements particuliers).Afin de mieux comprendre l’effet de la revalorisation du barème, prenons le cas d’une personne célibataire qui gagne 2000 euros par mois, soit 24.000 euros par an. Sur ses revenus de 2021, elle a payé 1515 euros. L’année prochaine, si ses revenus sont les mêmes, elle devrait payer environ 1459 euros, soit 56 euros de moins.

Un coup de pouce

« Le gouvernement était obligé de prendre cette mesure pour que la taxation des revenus soit alignée sur la hausse des revenus et sur la hausse des prix« , a expliqué à TF1 l’avocate fiscaliste Virginie Pradel, présidente de l’Institut de recherche sur la fiscalité française et internationale (IRFFI).

En résumé, si vos revenus n’ont pas augmenté de plus de 5% d’une année sur l’autre, votre impôt sur le revenu n’augmentera pas. Notons que la hausse des prix est, elle aussi, estimée à 5% en 2022. C’est donc ce taux que l’État a retenu, pour l’instant, afin, au moins, de booster aussi le pouvoir d’achat.

L’année dernière, le gouvernement avait aussi voté, au titre des revenus 2021, une hausse de 1,4 %. Depuis, l’inflation a explosé. Cette revalorisation autour de 5% est donc un petit coup de pouce fiscal bienvenu. Et ce, afin de compenser l’inflation qui vous a depuis fait dépenser plus.