« Ça me fait peur » : ce célèbre animateur ne sait plus comment gérer la célébrité

L’animateur Yann Barthès se confie sur les conséquences de sa notoriété sur RTL. Il avoue qu’il s’en passerait bien.

Source : Capture TMC

En mai 2016, Yann Barthès a annoncé qu’il voulait partir du « Petit Journal » de Canal+ après y avoir travaillé pendant 12 ans. Il a rejoint le groupe TF1 et a gagné sa place sur TMC pour parler des chroniques et des reportages sur le « Quotidien ». Depuis cette transition, l’animateur de 47 ans réunit toujours un grand public sur la chaîne. Interrogé sur sa popularité grandissante à la télévision, sa réponse est surprenante. Il affirme qu’il est dépassé par toute cette notoriété.

L’animateur aurait voulu exercer son travail « sans être connu »

En dehors du petit écran, Yann Barthès s’est toujours montré très discret. Il est plutôt rare qu’il accepte les interviews. Son entretien dans « On refait la télé » fait partie des rares fois où il accepte de parler de lui.

Sur le sujet, Eric Dussart fait une première approche :

« On dit que ça ne vous plaît pas beaucoup d’être connu… Que vous vous en seriez bien passé. C’est vrai ? »

Celui-ci acquiesce bien qu’il soit surpris que son interlocuteur connaisse ce détail sur lui.

« S’il y avait un moyen de faire ce métier sans être connu, je le ferai », ajoute-t-il.

En acceptant de travailler au « Petit Journal », Yann Barthès ne réalisait pas encore l’impact que cela allait avoir sur sa vie.

« Si j’avais su, j’aurais peut-être réfléchi un peu plus ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Actu-Mag.fr (@actumagfr)

Il affirme que toute cette célébrité n’est pas faite pour lui.

« C’est énorme et c’est trop. C’est trop lourd, » avoue-t-il.

Il a spécifié que les gens autour de lui n’étaient pas désagréables. Mais avec le temps, cet environnement l’aurait rendu agoraphobe.

« Je me suis peut-être renfermé, parce que ça me fait peur ».

L’animateur s’est confronté à des situations difficiles

Yann Barthès a révélé que le comportement agressif de certains téléspectateurs lui posait un problème.

« Il y a quand même une chose. Pendant Le Petit Journal, c’était très bienveillant. Même Quotidien, les gens sont à 99 % bienveillants. Sauf qu’il y a aussi une société qui a changé et il y a des gens qui sont prêts à vous mettre leur poing dans la figure. Surtout depuis quelques temps, depuis notamment l’an dernier, c’est un peu plus compliqué », affirme-t-il.

Ces personnes qu’Eric Dussart nomme « les anti-Quotidien », perturbent l’animateur lorsqu’il les croise dans des lieux publics. Yann Barthès confie qu’il s’est déjà trouvé dans des situations compliquées. D’après lui, depuis l’année dernière, cette partie de la société ose de plus en plus les confrontations.

« Il y a donc une chance ou une malchance sur dix de tomber sur quelqu’un qui trouve que vous êtes un vendu », regrette-t-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SANSURE.FR (@sansure.fr)

Mais Yann Barthès s’est préparé à cette éventualité. Pour se protéger contre ce genre de situation, l’animateur est prêt à riposter grâce à ses techniques de boxe thaï.

« Je suis sûr que vous restez très pacifiste », répond Eric Dussart sans savoir réellement si l’animateur plaisantait ou pas.

Le succès incontesté

Afin d’augmenter l’audience de l’access prime time, TMC a fait appel à Yann Barthès en septembre 2016. Le talent d’animation de ce dernier lui a permis de rassembler des centaines de milliers de téléspectateurs, grâce à Quotidien.

Yann Barthès aurait bouleversé le monde de la télévision. C’est le constat posé par Sonia Devillers, la spécialiste des médias. Selon elle, très peu d’animateurs ont su autant captiver le public comme il le fait.

Il a réussi à toucher un jeune public. L’âge moyen de son audience est de 41,9 ans. Pourtant, la télévision réunit en général un public de 52,5 ans. C’est un exploit si l’on considère que les jeunes d’aujourd’hui préfèrent les vidéos des YouTubeurs aux émissions télévisées. D’après Sonia Devillers :

« Ils ne sont que deux à avoir réussi ce pari : Cyril Hanouna et Yann Barthès. »

L’experte a souligné que Yann Barthès devait ce succès grâce à sa sélection stratégique des personnages de l’émission :

« Si la télévision ne veut pas mourir avec ses téléspectateurs, il faut renouveler les programmes, mais aussi rajeunir les visages qui les incarnent. C’est ce qu’a fait Yann Barthès en ne mettant à l’antenne que des trentenaires. »

L’animateur a même choisi des adolescents comme Panayotis Pascot. Ce dernier n’avait que 17 ans lorsqu’il a intégré l’équipe de son émission.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yann Barthes (@0yann0)