Retraites : le gouvernement va bientôt dévoiler sa nouvelle réforme ? On vous dit tout !

La réforme des retraites était l'un des piliers d'Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle. Il était prévu que ce dossier figure au menu du Conseil National de la Refondation le 8 septembre. Où en est-on ?

Source : Istock

La réforme des retraites était un pilier du programme de la campagne présidentielle du Président de la République, Emmanuel Macron. Et, à ce jour, elle reste un dossier politique sensible.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par zelenskiy_makron (@volzeleemma)

La réforme des retraites figurera au menu du Conseil national de la refondation. Il s’agit d’une nouvelle instance de dialogue décidée par Emmanuel Macron. Elle a pour objectif principal de régler plusieurs gros chantiers, dont celui des retraites. Ce sera pour quand ?

La réforme des retraites à l’issue du Conseil National de la Refondation ?

Le Conseil National de la Refondation (CNR) doit être prendre place le 8 septembre. Pour l’instant, son contour reste encore flou. Il doit incarner une nouvelle méthode de concertation afin de préparer les réformes. Le CNR réunira des représentants du monde politique et syndical, mais aussi des citoyens.

Alors que les concertations doivent s’ouvrir au Conseil national de la refondation, la semaine prochaine, les débats sont houleux au sein du gouvernement quant au calendrier de mise en œuvre.

Le gouvernement va « bien évidemment » faire la réforme des retraites, a assuré la Première ministre Élisabeth Borne ce jeudi 1er septembre au micro de France Inter. Cette réforme « reste un enjeu très important. On souhaite engager les discussions avec les organisations patronales et syndicales, on souhaite avoir des discussions évidemment avec les parlementaires », a ajouté la cheffe du gouvernement. Il semblerait donc que ces discussions « s’engageront après le Conseil National de la Refondation ».

Cela parait évident qu’Elisabeth Borne n’a pas évoqué le dossier de la réforme des retraites comme étant un dossier explosif. Il n’est semble-t-il plus aujourd’hui parmi les priorités de l’exécutif à l’issue du séminaire gouvernemental de mercredi prochain.

Le dossier de la réforme des retraites, qui avait été annoncé comme étant un des plus grands chantiers du second quinquennat Macron, ne semble pas aujourd’hui le plus prioritaire. D’ailleurs, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, qui qualifiait cette réforme d' »indispensable » en juin dernier, a déclaré ce lundi 29 août au micro de France Inter : « Ce n’est pas ce qu’il faut faire le 1er septembre, alors qu’on a plein d’autres problèmes (…) nous ne voulons pas relancer le dossier à ce stade et préférons insister sur le chantier de l’assurance chômage qui est déjà lancé. »

Est-elle aux oubliettes ?

Mais, pas de panique ! La réforme des retraite version 2022 n’est pas pour autant passée aux oubliettes. Rappelons qu’elle a tout de même été celle esquissée lors du quinquennat précédent, pour cause de Covid-19.

Elisabeth Borne a tout de même pris le soin de le rappeler lundi. En effet, elle était au micro de France Inter. Elle a rappelé que ce chantier fait bel et bien partie des dossiers importants qui ont été posés sur la table du gouvernement. « Pour l’équilibre de notre système, il nous faudra progressivement travailler un peu plus longtemps. Nous le ferons en fonction de la pénibilité, des longues carrières, du maintien dans l’emploi des seniors. (…) Nous mènerons des concertations dès l’automne. ». La messe est dite !

Quant à l’objectif du Président de la République, Emmanuel Macron, lui, serait une entrée en vigueur de cette réforme des retraites dans un an : « Quant au travail sur la réforme des retraites, qui est indispensable au financement de nos transformations, il commencera après ce conseil [national de la refondation]. Et la réforme entrera en vigueur dès l’été 2023 ; », avait, en effet, déclaré Emmanuel Macron début juin dans un entretien avec plusieurs titres de presse régionale. Mais notons que cet entretien avait eu lieu avant les élections législatives, qui se sont soldées par une majorité relative à l’Assemblée nationale…

Le recul de l’âge légal de la retraite

Prévue de s’appliquer au début de l’année 2023 en cas de réélection d’Emmanuel Macron et d’adoption par les Parlementaires d’ici à la fin de cette année, la réforme des retraites incluant le recul de l’âge légal du départ à la retraite touchera en premier lieu la génération née en 1961.

Le recul de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans, contre 62 actuellement, annoncé par le président-candidat Macron au printemps dernier, est-il négociable ? « Il n’y a pas de totem en la matière », a déclaré Olivier Dussopt, le Ministre du Travail.

Pour mémoire, la réforme prévoit que l’âge légal actuel (62 ans) devrait augmenter de 4 mois par an. Il devrait atteindre 65 ans en 2031. D’après les calculs, le recul de cet âge légal pourrait s’enclencher dès le début de l’année prochaine. Et, à cet effet, la mesure touchera en premier lieu les personnes nées en 1961. Néanmoins, le départ à la retraite à l’âge de 65 ans concernera la génération née en 1969. Et, même si la réforme pourrait s’appliquer dès janvier 2023, les travailleurs nés au cours du premier semestre 1961 ne seront pas concernés.

Quoi qu’il en soit, le Président de la République, Emmanuel Macron avait déclaré lors de sa conférence de presse du 17 mars dernier, pendant sa campagne, que le report de l’âge légal sera un sujet de négociation et devra se faire de manière progressive.

Affaire à suivre !