Impôt sur le revenu : la revalorisation de 5% des tranches du barème est une bonne nouvelle ? On vous explique

Que signifie cette augmentation de 5 % du barème ? Quelles en sont les conséquences au niveau de l’impôt sur le revenu à payer en 2023 ?

Source : IStock

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire vient de le confirmer. Le futur barème de l’impôt sur le revenu ne sera pas le même que celui de cette année. Le barème de 2023 connaîtra une augmentation de 5 %.

Selon Bruno Le Maire, cette revalorisation était fixée selon le niveau d’inflation au cours de l’année 2022. Ceci permet aux Français de ne pas payer plus d’impôts malgré l’inflation. On vous explique l’impact de cette modification du barème dans le calcul de l’impôt sur le revenu de 2022.

Le barème de 2022 pour l’impôt sur le revenu de 2021

Pour rappel, voici le barème de calcul qu’il fallait utiliser pour calculer l’impôt sur le revenu de 2021. Celle-ci est divisée en 5 tranches de revenu par part fiscale :

  • Jusqu’à 10 225 euros, le revenu est exonéré d’impôts
  • À partir de 10 225 euros à 26 070 euros, le taux d’imposition était de 11 %
  • De 26 070 euros à 74 545 euros, vous serez taxé à hauteur de 30 %
  • Entre 74 545 euros à 160 336 euros de revenu, le taux d’imposition était à 41 %
  • Pour ceux qui gagnent plus de 160 336 euros, l’impôt sur le revenu s’élevait à 45 %

Pour mieux comprendre, prenons en exemple le cas de Jean. En 2021, ce salarié célibataire avait un revenu net imposable de 32 000 euros.

Pour la déclaration de revenus 2022, Jean a été imposé sur trois tranches. Jusqu’à 10 225 euros de revenus, ce dernier n’a rien payé. Entre 10 225 à 26 070 euros, Jean a dû payer 1 742,95 euros. Ce montant représente un taux de 11 %.

Pour les 5 930 euros de revenus restants, le régime de 30 % se faisait appliquer à Jean. Cela équivaut à 1 779 euros d’impôt. Au total, Jean a dû payer 1 742,95 + 1 779 euros. Le salarié a donc payé 3 521,95 euros d’impôt sur le revenu.

Certains ménages auront moins d’impôts à payer

L’année prochaine, toutes les tranches vont augmenter de 5 %. Avec cette revalorisation, le seuil d’entrée dans le barème à 11 % s’élève à 10 736 euros. Cette augmentation va ravir de nombreux ménages.

Revenons sur l’exemple de Jean pour mieux comprendre l’impact de ces 5 % de plus. Pour rappel, seul 10 225 euros du revenu du célibataire était exemptés d’impôts. L’an prochain, il ne paiera d’impôt sur le revenu qu’à partir de 10 736 euros.

La revalorisation à 5 % du barème est en quelque sorte un coup de pouce pour aider les Français. Elle permet de faire face aux coûts de l’inflation. L’augmentation du barème permet aussi d’éviter une hausse des impôts sur le revenu.

Si le salaire de Jean n’a pas évolué entre 2021 et 2022, il paiera peut-être moins d’impôts l’année prochaine. Le gel du barème en 2012 avait obligé près de 400 000 nouveaux ménages à payer l’impôt sur le revenu.

Près de 20 millions de ménages ont subi une hausse de 80 euros d’impôts en moyenne. La revalorisation pourra soulager de nombreux foyers fiscaux. Les revalorisations du barème de l’impôt sur le revenu sont prises en compte dans la loi de finances de chaque année.

Les 5 % d’augmentation concernent le barème d’impôt de l’année 2023. Celle-ci se basera sur les revenus de l’année 2022. Cela dit, l’impôt sur le revenu à payer après la déclaration 2023 dépendra du barème réévalué à 5 %.

Un nouveau taux de prélèvement à la source

Le taux de prélèvement à la source évolue chaque année. Les contribuables doivent surveiller ce changement parce que cela peut avoir des conséquences sur leur bulletin de paie.

La DGFiP prend en compte les ressources de 2021 pour déterminer l’évolution du taux de prélèvement à la source applicable. Celle-ci concerne tous les foyers fiscaux imposables. Les foyers qui ont opté pour le taux neutre ne subiront pas cette évolution.

Il en est de même pour ceux qui ont déjà modifié leur taux de prélèvement à la source de l’année 2022. Il arrive que des événements influencent le montant des impôts sur le revenu à payer. En cas d’éventuel changement, il sera mieux de l’informer au fisc.

Pour ce faire, il faut se rendre sur son espace personnel sur le site gouvernemental des impôts. La rubrique « Gérer mon prélèvement » permet aussi de connaître son taux de prélèvement à la source. Pour le modifier, il faudra aller vers la rubrique puis « Actualiser suite à une hausse ou une baisse de revenus ».