Rentrée : une directrice, au bout du rouleau, démissionne 5 jours avant le retour en classe

Alors que la rentrée 2022 bat son plein, l'Éducation Nationale fait face à une vague de démissions inédite !

Source : iStock

Ces temps-ci, l’Éducation Nationale n’en finit plus de faire parler d’elle. Il s’agit d’affaires qui donnent plutôt une mauvaise image de l’institution. Dans la semaine qui a précédé la rentrée, de nombreux enseignants démissionnaires se sont expliqués dans la presse. Ainsi, en Haute-Savoie, une directrice d’école primaire a annoncé sa démission, cinq jours avant la rentrée. Un phénomène dont il faut bien prendre la mesure !

« Je n’ai plus la force de continuer » : elle craque quelque jours avant la rentrée scolaire

Pour cette professionnelle rattachée à l’Éducation Nationale, le malaise vient de son rapport à la hiérarchie. Comme beaucoup d’autres, elle a l’impression que les consignes qui sont données ne tiennent pas compte de la réalité. Sur le terrain, de nombreux enseignants se sentent donc incompris par le gouvernement et le rectorat. Cette directrice a donné des détails à ses collègues dans un courrier indiquant son départ en cette rentrée 2022.

« Je pars, car je ne suis plus en phase avec un système que je ressens dirigé par des personnes totalement déconnectées de notre réalité »

Juste avant la rentrée, elle a compris qu’elle ne pourrait plus enseigner dans ces conditions. Cette décision est le fruit de plusieurs semaines de réflexion, lors des congés d’été.
« Je n’ai plus la force de continuer à me sacrifier pour autant d’ingratitude. Il m’a fallu les vacances pour sortir de mon propre déni. »

Du côté de l’école, l’équipe pédagogique consacre tout son temps à organiser la rentrée au mieux. Ainsi, l’établissement pourra bien accueillir les élèves normalement. De plus, une membre de l’équipe a déclaré qu’elle pouvait assurer l’intérim en attendant la prochaine directrice. Pour ce faire, elle bénéficiera de l’appui de l’académie. Elle pourra donc compter sur un conseiller pédagogique et une inspectrice de l’académie pour la guider.

La grande démission des profs

Ces derniers mois, le monde du travail traverse une période d’instabilité unique ! Démissions, reprises d’études ou pénurie de main d’œuvre : le marché paraît bien détraqué. Aussi, il manque environ 4 000 enseignants dans les rangs de l’Éducation Nationale en cette rentrée 2022 !

Majoritairement exercé par des diplômés d’un Master (BAC+5), ce métier, déprécié par le public, reste aussi mal payé par l’État. Aussi, l’école a du mal à attirer de nouvelles recrues. Et le Ministère de l’Éducation Nationale prépare sa rentrée en catastrophe. Cet été, l’opinion avait découvert avec colère les « speed dating » organisés dans l’académie de Versailles ! Cette action devait permettre de trouver des professeurs contractuels. Ces profils ne passent pas de concours et ni de formation en institut national supérieur du professorat et de l’éducation. D’ailleurs, l’information a déplu aux parents d’élèves.

Pourtant, la tendance se confirme chez les enseignants. Ainsi, le fameux « Monsieur Le Prof » qui partageait son quotidien sur Twitter a annoncé sa démission lui aussi. Les départs volontaires ont beaucoup augmenté ces derniers mois. D’environ 1500 en 2019-2020, ils dépassent la barre des 2200 en 2020-2021.

En cause ? Deux années de pandémie, très éprouvantes en classe, et un malaise à l’Éducation Nationale. En cette rentrée 2022, de nombreux pros de l’école ont tenu à assumer leur démission. Ils ont aussi pu s’expliquer sur le sujet. Espérons que les familles et le gouvernement sauront comprendre leur point de vue.