Retraite : les Français vont devoir travailler plus longtemps à cause d’une nouvelle réforme ? On vous explique

La Première ministre a dévoilé le calendrier pour les tractations en vue des ajustements les plus essentiels sur la réforme des retraites.

Source : iStock

Emmanuel Macron avait évoqué l’idée d’une réforme des retraites vers la fin de son premier mandat. Il en a même fait une promesse de campagne. Aujourd’hui cette réforme semble être oubliée.

Toutefois, cela ne signifie pas que le projet est passé à la trappe. Les concertations sont prévues pour bientôt. En conséquence, le projet de réforme de retraite est toujours dans les tiroirs.

L’importance de la réforme des retraites

Le gouvernement n’a pas encore exposé en détail les changements prévus en ce qui concerne la retraite. L’avis du parlement sera d’ailleurs déterminant pour pouvoir effectuer le changement selon la procédure normale.

Selon les informations recueillies par MoneyBox, la Première ministre Elisabeth Borne aurait donné son avis sur le projet. Cette dernière a invoqué les intérêts liés aux réformes des retraites pendant son interview sur BFMTV.

« Pour l’équilibre de notre système, il nous faudra progressivement travailler un peu plus longtemps. Nous le ferons en tenant compte des carrières longues, de la pénibilité, du maintien dans l’emploi des seniors », a-t-elle interpellé.

Emmanuel Macron sur la réforme des retraites

Emmanuel Macron a annoncé une réforme au niveau des retraites. Le président de la République a indiqué vouloir prolonger la carrière professionnelle des salariés.

Il veut que l’âge légal de fin d’activité professionnelle soit repoussé à 65 ans. Et ce, malgré les réticences des syndicats. La réforme de retraite devrait voir le jour avant 2030.

Il est possible qu’elle soit actée en 2027. Emmanuel Macron a indiqué que l’âge légal serait réduit à 64 ans. Le président de la république actuel avait annoncé une disposition dans ce sens au terme de son second mandat.

« On ne peut pas dire le dimanche soir je veux rassembler et quand on va écouter les gens dire je ne bouge pas. Les 65 ans ne sont pas un dogme », a-t-il souligné.

Avant sa réélection, Emmanuel Macron avait déclaré vouloir lancer son projet à partir de cet automne.

Les débats autour de ce projet

Le projet de réforme des retraites entraîne des tensions. Selon Olivier Dussopt, le ministre du Travail, les concertations débuteront après la réunion du Conseil national de la refondation, en septembre.

Selon les estimations de ce dernier, les effets de l’adoption de cette réforme commenceront à se voir l’an prochain. Toutefois, de nombreux syndicats ne sont pas en accord avec l’idée de retarder l’âge de départ à la retraite.

Le sud et la CGT ont d’ores et déjà fait une déposition de préavis de grève pour le 29 septembre prochain. La Première ministre avait déjà soutenu le projet durant son allocution de politique générale en présence de l’Assemblée nationale le 6 juillet dernier.

Élisabeth Borne a d’ailleurs souligné que la réforme devrait être différenciée en rapport avec les difficultés de carrières et permettre le travail des seniors. La réforme s’opérera « en concertation avec les partenaires sociaux en associant les parlementaires le plus en amont possible ».

Les éventuels effets de la réforme

L’État devrait effectuer un relèvement progressif de la durée de cotisation de quatre mois en plus. Cela doit être conçu pour permettre que l’âge légal de départ soit à 65 ans. Cela effraie les membres de l’opposition politiques ainsi que les partenaires sociaux.

Repousser l’âge légal à 65 ans est une mesure destinée à pallier les problèmes démographiques. Ces problèmes résultent du fait que les personnes en retraite seraient plus nombreuses que les actifs. L’État envisage d’appliquer au plus vite la réforme Touraine de 2014.

Cette réforme anticipe un prolongement de la durée de cotisation. Tous les trois ans, un trimestre au plus sera nécessaire afin d’acquérir une retraite à taux plein. Les motifs du gouvernement reposent sur les projections du Conseil d’orientation des retraites (COR).

Apparemment, si le projet voyait le jour, il y aurait 9 à 11 milliards d’euros le déficit des retraites d’ici à 2027. Ce chiffre pourrait monter jusqu’à 16 milliards d’euros en 2032. Il était prévu que ce rapport soit publié lors de cette rentrée.

La situation actuelle ne permettait pas encore à l’État de rapporter des informations officielles sur le sujet. Ce projet pourrait bien aboutir puisque Élisabeth Borne a récemment rappelé le projet de réforme de retraite. On en saura plus sur le sujet durant ce mois de septembre.